Geneviève Lalonde aux Jeux du Commonwealth pour la première fois

Geneviève Lalonde est une habituée des grands rendez-vous internationaux. Son prestigieux parcours ne l’a toutefois jamais amené jusqu’aux Jeux du Commonwealth, une compétition réservée à ce qui était autrefois «l’Empire britannique.» Tout ça va changer en avril, alors que l’athlète de Moncton représentera le Canada lors de l’événement qui sera présenté à Gold Coast, en Australie, du 4 au 15 avril.

Lalonde est la seule athlète du Nouveau-Brunswick parmi les 46 hommes et femmes qui composeront la délégation canadienne.

Elle parlait donc d’un très bel honneur, quelques heures après avoir appris la grande nouvelle.

«J’ai hâte de représenter le Canada à une autre compétition d’envergure mondiale. Ça me donne toujours un peu plus d’énergie», assure la spécialiste du 3000m steeplechase.

«La fierté est toujours là. C’était comme ça à mes premiers Jeux de l’Acadie, alors que je représentais le Sud-Est et ça l’est encore aujourd’hui. C’est un honneur chaque fois qu’on peut enfiler le maillot avec la feuille d’érable sur le coeur.»

L’Acadienne se dit chanceuse de pouvoir découvrir un autre genre de compétition.

«Ce sera ma première expérience aux Jeux du Commonwealth. C’est toujours plaisant d’aller à des grosses compétitions comme ça. C’est un peu comme les Jeux olympiques, il y a l’athlétisme, mais aussi plein d’autres sports.»

Sa nomination n’est évidemment pas une surprise, puisque Lalonde détient présentement le record canadien dans sa discipline.

«Je m’y attendais un peu, mais je suis très contente que ma nomination soit officielle. Je me suis préparée pendant tout l’automne comme si je faisais partie de l’équipe», avance-t-elle.

«J’ai vraiment hâte de retourner en Australie. On planifie d’arriver vers la fin du mois de février, juste pour s’adapter au climat. Je connais bien le coin parce que j’ai passé du temps à cet endroit l’an passé quand je terminais la rédaction de ma maîtrise (en géographie).»

Même si plusieurs gros pays n’y seront pas, l’athlète âgée de 26 ans s’attend quand même à une compétition très relevée au pays des kangourous.

«Il va y avoir de très bonnes coureuses. Et comme c’est en tout début de saison, ça va être une course tactique et plaisante à courir.»

Ces 21es Jeux du Commonwealth auront une importance particulière cette année, puisqu’il s’agit de la plus grande compétition de la saison 2018.

«Cette année, il s’agit de l’une des plus importantes compétitions parce qu’il n’y a pas de championnat du monde. C’est certain que tout le monde va mettre l’accent sur cette course», mentionne Geneviève Lalonde.

La fusée acadienne se dit en pleine force à l’aube de ce grand rendez-vous, tellement qu’elle se propose d’abattre son propre record canadien (qui est de 9m29s99c).

«Mon but ultime cette saison est vraiment de courir le plus vite possible. Je ne pense pas gagner la course, mais c’est sur que je veux finir dans les 10 meilleures, et si c’est possible, dans les 5 meilleures. J’ai fait la finale aux Jeux olympiques et il y a plusieurs des pays qui ne seront pas représentés en Australie. Je veux donc être dans le groupe de tête et voir ce que je peux faire.»

Le reste de sa saison sera consacré aux championnats canadiens, aux Championnats NACAC d’athlétisme (à Toronto) et à quelques courses de la Ligue de diamant de l’IAAF.