Olivier-Luc Haché, de Shippagan, a forcé la main des Huskies

Quand tu es passionné et que tu mets les bouchées doubles pour atteindre tes objectifs, des belles choses peuvent arriver. Olivier-Luc Haché, de Shippagan, vient d’apprendre qu’il allait terminer la saison avec les Huskies de Rouyn-Noranda. Un exploit pour le moins extraordinaire pour un joueur qui n’a pourtant été sélectionné qu’en 13e ronde lors de l’encan de 2016.

Haché était à Cleveland avec son club de Rothesay Netherwood, en fin de semaine, lorsqu’il a reçu un appel de son père.

«J’étais là pour un tournoi de hockey et je m’en allais vers l’aéroport avec les gars quand mon père m’a contacté. Il m’a dit que Gilles Bouchard venait de l’appeler pour lui dire que j’allais aller terminer la saison à Rouyn-Noranda. Je ne l’ai pas cru sur le coup. Mais il était tellement que j’ai bien fini par le croire. Et Gilles m’a ensuite appelé peu de temps après», raconte le jeune hockeyeur âgé de 17 ans.

Plus heureux que Olivier-Luc Haché, aujourd’hui, serait bien difficile. La réalisation d’un rêve a toujours cet effet.

«Je suis ici pour leur prouver que j’ai ma place ici et qu’ils ont pris la bonne décision de me rappeler. Je veux faire certain qu’ils ne le regrettent pas. J’ai l’intention de travailler fort», confie-t-il.

Rappelé en novembre pour deux matchs pendant un voyage des Huskies dans les Maritimes, Haché avait épaté la galerie en amassant une passe dès son premier match. Il faut croire que son brio a fortement impressionné l’équipe d’entraîneurs.

«Lors de mes deux matchs en novembre, j’ai eu le sentiment que je pouvais jouer dans cette ligue. Ça m’a donné beaucoup de confiance. J’ai également pu voir comment les gars travaillaient à ce niveau. Depuis ce temps, j’ai monté mon jeu d’une autre coche.»

Haché est débarqué à Rouyn-Noranda sur l’heure du midi. Après une halte à sa pension, il s’est ensuite dirigé vers l’aréna Dave-Keon où il a pu rencontrer ses coéquipiers.

«Les gars m’ont très bien accueilli. Ils m’ont tout de suite fait sentir que je faisais partie de l’équipe. Les Huskies sont une excellente organisation qui a la réputation de bien développer leurs joueurs. C’est aussi un club qui est réputé pour donner de véritables chances à leurs joueurs. Je ne suis qu’un choix de 13e ronde et je suis ici. Ça prouve que tous leurs choix sont importants. C’est aussi une organisation où les Acadiens ont eu du succès. Philippe Myers a connu une grande carrière ici et Daniel LeBlanc est le directeur du recrutement. Ces gars-là sont de beaux modèles pour moi», assure Olivier-Luc Haché.

Bouchard croit en lui

Le directeur général et entraîneur des Huskies, Gilles Bouchard a révélé en entrevue que le jeune Haché méritait cette opportunité.

«Nous avons voulu le récompenser pour sa progression des deux dernières années, dit-il. Nous lui avions demandé d’améliorer des choses précises, comme sa force physique et sa vitesse, et il a travaillé vraiment fort là-dessus depuis deux ans.»

«C’est un gars très intelligent et qui a une attitude exemplaire. C’est un bon coéquipier et on voulait lui donner sa chance», indique Bouchard.

«Ce n’est pas un gars qui va jouer dans notre top 6. Il sera là comme 12e ou 13e attaquant et il va nous apporter de la stabilité. C’est un gars qui est fiable sur la glace et qui est capable de bien jouer dans notre système. Il a aussi des bons outils offensifs», souligne-t-il.

Bouchard dit qu’il avait déjà aimé ce que pouvait apporter le jeune Haché à une équipe lors du dernier camp d’entraînement. Une blessure à genou a toutefois brisé l’élan du jeune acadien. Heureusement, il s’est bien rétabli.

«Il doit profiter du moment présent et travailler le plus fort possible. On verra l’an prochain ce que sera sa situation avec notre équipe. On ne promet rien à personne», révèle le patron des Huskies.

  • Avec la participation du journaliste Stéphane Paquette