Un voyage qui tombe à pic pour le Titan

Pour Mario Pouliot, le présent voyage en sol québécois ne pouvait arriver à un meilleur moment. Après le stress du récent marché des transactions, période qui a d’ailleurs provoqué le départ de quelques coéquipiers et l’entrée en scène de plusieurs nouveaux visages, les joueurs auront l’occasion d’apprendre à mieux se connaître au cours des prochains jours.

«Ça va faire du bien aux gars de passer du temps ensemble, révèle Pouliot. Ils vont faire des activités et ça devrait aider à cimenter l’esprit de groupe.»

«Nous allons entre autres jouer au bowling et aller pêcher sur la glace. Il y a aussi des conférences qui sont prévus avec le psychologue sportif Dr David Scott, qui travaille pour le Canadien de Montréal», confie l’entraîneur.

«On oublie que ce sont des jeunes adultes et qu’il y avait beaucoup d’instabilité dans l’air ces dernières semaines. Il n’y a pas un gars qui voulait quitter l’équipe. Il y a aussi le fait que depuis un mois, nous avons pratiquement toujours joué avec trois ou quatre grosses absences à chaque partie», souligne-t-il.

Le capitaine Jeffrey Viel croit lui aussi que le voyage s’annonce fructueux pour la chimie du club.

«Nous allons avoir l’occasion de connaître un peu plus les nouveaux joueurs. Mario m’a parlé d’activités qui seront organisées. J’ai cru comprendre qu’il voulait nous emmener jouer au bowling ou quelque chose comme ça. L’important c’est que les gars aient du plaisir tout en apprenant à mieux se connaître», mentionne le vétéran.

Sur le plan hockey, ce voyage de trois matchs en quatre soirs débute dès jeudi pour le Titan (21-12-8, 50 pts) avec un duel contre les Saguenéens de Chicoutimi (16-20-4, 36 pts).

Il s’agira d’une première visite au Centre Georges-Vézina pour trois anciens Saguenéens depuis leur transfert à Bathurst, soit Keenan MacIsaac, German Rubtsov et, bien sûr, Olivier Galipeau. Ce dernier était un membre des Saguenéens il y a à peine huit jours.

«J’avoue que ça va être un peu étrange d’y retourner, affirme Galipeau. J’ai vécu plusieurs beaux moments dans cet aréna avec mes (anciens) coéquipiers, les partisans et toute l’organisation. Par contre, il va falloir mettre les émotions de côté pour cette partie et me préparer comme à l’habitude. Je ne dois absolument rien changé dans mon jeu. C’est d’autant plus un match important que nous voulons entamer ce voyage sur une bonne note.»

Face aux Saguenéens, Pouliot estime que si les joueurs affichent la même hargne que lors du troisième vingt contre les Mooseheads, dimanche, tout devrait bien aller.

«J’aimerais voir les gars afficher la même intensité et la même ardeur qu’en troisième période contre Halifax, dit-il. Nous avons complètement dominé cette période. En fait, leur gardien (Blade Mann-Dixon) aurait dû avoir une étoile. Il a eu un impact évident dans le résultat de cette partie. Nous avons dominé les Mooseheads 47-28 au chapitre des lancers.»

«Même chose contre Baie-Comeau vendredi, ajoute-t-il. Quand on analyse les chances de marquer de cette rencontre, nous en avons eu 30 contre 14 pour eux. Ce sont définitivement deux parties que nous aurions dû gagner.»

Face aux Saguenéens, Pouliot enverra dans la mêlée les unités offensives suivantes: Morand-Balmas-Rubtsov, Viel-Asselin-Maher, Murphy-L’Italien-Crossman, Rafuse-Ducharme-Chisholm. En défensive, les paires seront les suivantes: Dobson-Holwell, Galipeau-Ivan, MacIsaac-Drolet. Evan Fitzpatrick sera devant le filet et Joseph Murdaca sera son adjoint.

Invité à commenter le travail de son nouveau gardien, Pouliot s’est fait optimiste.

«J’aime ce que j’ai vu de lui jusqu’ici. C’est un gros bonhomme qui se déplace bien, qui joue physique devant son filet et qui aime défier la rondelle. Nous travaillons actuellement pour apporter quelques correctifs dans son jeu. Nous sommes patients. Il faut d’abord qu’il retrouve sa confiance. Il avait énormément de pression sur les épaules à Sherbrooke et nous voulons éviter cela ici. Et depuis son arrivée, il progresse bien», mentionne Pouliot.

Le Titan complétera son voyage en affrontant le Drakkar de Baie-Comeau, vendredi au Centre Henry-Leonard, puis les Remparts de Québec, dimanche, au Centre Vidéotron.