Des Acadiens à surveiller aux Championnats de l’Est canadien de ski de fond

C’est avec une délégation de 20 athlètes que le Nouveau-Brunswick s’est présenté au club Nakkertok de Gatineau, où seront présentés à compter de vendredi les Championnats de l’Est canadien Haywood NorAm. Plus de 800 fondeurs d’un peu partout au pays, et aussi des États-Unis, sont attendus à cet événement haut en couleur de ski de fond.

Avec l’absence de Louis Fortin, qui avait engraissé la récolte néo-brunswickoise d’une médaille d’or et deux autres d’argent, il serait fort étonnant que les membres de l’équipe provinciale surpasse ses six podiums de 2017. En fait, il faudra vraisemblablement revoir les objectifs à la baisse.

N’empêche que les deux jeunes vedettes de 13 ans Samuel Daniel Basque et Simon Xavier Godin seront à surveiller dans la catégorie midget. L’an dernier, Basque a raflé l’or dans le 6 km classique, ainsi que l’argent lors du prologue de 3 km. Et c’est justement dans ce prologue que Godin s’est pour sa part imposé en se hissant sur la plus haute marche du podium.

Les deux produits du Sureau Blanc de Tracadie sont, à coup sûr, les plus beaux espoirs de médaille pour ce week-end.

L’entraîneure-chef Manon Losier refuse néanmoins de s’emballer trop vite.

«C’est toujours difficile d’évaluer les chances d’un podium dans une compétition regroupant autant d’athlètes. Ce sont des secondes qui font la différence entre un podium ou pas. Il y a tellement de choses à tenir compte, que ce soit la température, les conditions de la piste, le fartage, la qualité des athlètes sur la ligne de départ, etc. Il y a beaucoup d’impondérables en ski de fond et c’est d’ailleurs ce qui rend notre sport si amusant. Nous sommes issus d’une autre espèce», lance-t-elle en éclatant de rire.

Puis, plus sérieuse, elle ajoute: «Nos objectifs sont davantage axés sur les chronos et la façon dont ils vont skier. À nos yeux, un top 30 veut dire que tu fais partie de l’élite au Canada. Les médailles, pour nous, c’est juste du bonbon», dit-elle.

Si Basque et Godin seront à surveiller dans chacune des trois courses auxquelles ils vont prendre part (prologue, style libre et classique), ce sera aussi le cas de Gabrielle Côté, du club Boules de Neige de Saint-Louis-de-Kent, dans le même groupe d’âge chez les filles.

Idem pour Ariane Austin, du Sureau Blanc, dans la division juvénile.

Il sera également intéressant de voir comment les jeunes recrues Mattea McNair, du Wostawea de Fredericton et Hugo Austin, du Sureau Blanc, vont se comporter.

«Pour eux, ce sera la première fois qu’ils se retrouvent dans une aussi grosse compétition. Dans les Maritimes, ils remportent toujours leurs courses dans leur groupe d’âge. En raison de leur jeune âge, nous allons gérer leur fin de semaine avec plus d’attention. Cela dit, Hugo a le potentiel pour aller chercher des top 10, alors que Mattea, quant à elle, je la vois très bien terminer dans le top 15», révèle Manon Losier.

De jeunes fondeurs prometteurs

Plusieurs autres fondeurs d’Équipe Nouveau-Brunswick tenteront de se hisser parmi l’élite canadienne dans leur groupe d’âge, c’est-à-dire dans le top 30.

Anika Leigh et son frère Jeremy, des Aventuriers de Charlo, et Olivier Jacob Godin, du Sureau Blanc, chez les juvéniles, sont de ceux-là. C’est aussi le cas de Thierry Dugas, du club Nord-Roi de Caraquet, au niveau junior.

Par ailleurs, Céline Kavanaugh, du club Kahoutek de Grand-Sault, pourrait elle aussi causer un surprise dans le paranordique. Kavanaugh, qui est une jeune non-voyante âgée de 16 ans, sera accompagnée en piste de sa guide Charlotte Toner.

Les autres athlètes du Nouveau-Brunswick qui seront en action sont Marissa Curry (Sureau Blanc, juvénile), Chloé Duchesne (Ours Polaires, junior B) et Michelle Landry (Boules de neige, junior), chez les filles, ainsi que Jack Toner (Wostawea, midget), Jeffrey Labrecque (Sureau Blanc, juvénile), François Leclair (Les Aventuriers, junior), Maxime Savoie (Boules de neige, junior), Alexandre Leclair (Les Aventuriers, junior) et Vincent Leclair (Les Aventuriers, senior).

L’équipe est complétée des farteurs Janic Côté et Gilles Landry.

«L’ambiance est bonne, signale Manon Losier. Aujourd’hui, les athlètes ont un entraînement à 13h30. Ce sera l’occasion d’étudier les pistes. Ça veut dire que nous allons regarder chaque coin et recoin, de même que les montées et les descentes. Bref, nous allons étudier tout ce qui pourra nous aider à gérer les courses.»

Une rencontre de groupe était également prévue en début de soirée, alors que Manon Losier et son adjoint Kevin Heppell discuteront stratégie avec chacun d’entre eux.

Ça débute vendredi sur le coup de 14 h avec le prologue.