Un défenseur du Blizzard signe avec les Aigles Bleus

Il y aura un troisième membre de la famille Bernier avec les Aigles Bleus de l’Université de Moncton.

Après Tobie Paquette-Bisson lundi, c’est maintenant au tour d’Alexandre Bernier de confirmer sa venue avec le Bleu et Or pour la saison 2018-2019.

Le défenseur du Blizzard d’Edmundston suit ainsi les traces de son père Marc et de son frère Matthieu, qui ont tous deux porté les couleurs de l’U de M.

Marc a notamment remporté le championnat canadien de hockey universitaire en 1990, au sein d’une formation qui comprenait les Dany Gauvin, Claude Gosselin, Claude Lagacé, Réjean Després, Mathieu Belliveau, Steve Salter et compagnie.

«J’ai toujours voulu jouer avec les Aigles Bleus. C’est dans ma famille, rigole-t-il.

Avant même de poser le pied sur la patinoire, l’arrière âgé de 20 ans a déjà le logo des Aigles Bleus tatoué sur le coeur.

«J’ai grandi en regardant jouer cette équipe. Je me souviens de Scott Toner, qui était un joueur étoile. C’est incroyable d’être enfin avec eux.»

Le patineur de 5 pieds 9 pouces et de 165 livres étudie déjà à l’Université de Moncton (en loisirs) au campus d’Edmundston.

«Je sais que le programme de hockey a fait plusieurs changements et va de l’avant. C’est aussi pour ça que ça m’a beaucoup intéressé. Et comme je suis un gars de Moncton, j’ai toujours voulu jouer devant ma famille et mes amis», souligne-t-il.

Le joueur acadien a connu sa meilleure saison dans la LHJMQ (avec les Sea Dogs de Saint-Jean) en 2016-2017, avec un dossier de 4-16=20 en 55 rencontres.

Cette saison dans la Ligue de hockey junior des Maritimes, il affiche un rendement de 4-27=31 en 42 rencontres.

Bernier veut contribuer aux succès de l’équipe dès sa première saison dans le circuit universitaire.

«Je peux leur apporter de la vitesse. J’ai aussi un bon tir et je fais des bonnes passes pour sortir de la zone. Je ne suis pas très gros et je devrai travailler sur l’aspect physique de mon jeu», explique-t-il.

«Mais je suis un gars qui ne fait pas beaucoup d’erreurs et qui est fiable en défensive.»