Un gala de sports de combat à Kedgwick

Sommes-nous en train d’assister à une nouvelle ère dans les sports de combat au Nouveau-Brunswick? Ça en a tout l’air. Après la Miramichi qui a confirmé la semaine dernière qu’un premier gala de boxe professionnel en 31 ans serait présenté le 5 mai au Centre civique, c’est maintenant au tour du Restigouche d’emboiter le pas avec un premier événement en 51 ans. Le samedi 15 septembre, l’aréna de Kedgwick sera le théâtre d’un gala pour le moins inhabituel avec des combats professionnels et amateurs en muay thai, en arts martiaux mixtes et en boxe.

Lumberjack Promotions, le nouveau bébé de Bruno Lurette, vient tout juste d’obtenir son permis de la Commission des sports de combat du Nouveau-Brunswick.

Pour ce premier gala dans le Restigouche depuis celui du 7 octobre 1967 présenté à Dalhousie, Bruno Lurette proposera une carte d’environ 15 combats, dont une grande finale qui impliquera Pierre Ouellette, de Grand-Sault.

«La seule chose que je ne sais pas c’est dans quel sport mon grand chum Pierre va combattre, s’exclame Lurette. Mais c’est sûr qu’il sera la tête d’affiche. Pierre peut tout faire sur un ring, que ce soit boxer, faire du muay thai ou encore du MMA. J’aimerais cependant qu’il puisse se battre pour un titre.»

Pour cette promotion historique, Lurette entend bien entendu miser sur le produit local.

Ainsi, Joey Courty, de Kedgwick, fera ses débuts en muay thai. C’est aussi le cas de Steven Johnston, de Campbellton, et Dany Haché, de Maltais. Dans le cas de ce dernier, Lurette ignore toutefois si ce sera en boxe ou en muay thai.

Lurette confirme par ailleurs qu’il ne fera pas partie des combattants pour ce premier gala.

«Je vais me concentrer sur mon rôle de promoteur et d’organisateur des combats. Je serai aussi l’entraîneur dans le coin de certains combattants. Mais éventuellement, c’est certain que j’aimerais combattre moi aussi. J’aimerais bien pouvoir livrer mon dernier combat à vie, peu importe le sport, chez moi à Kedgwick», dit-il.

Parmi la dizaine de combats de muay thai et de MMA amateurs, le produit local sera encore une fois mis de l’avant avec les participations du médaillé d’argent des derniers Championnats canadiens de MMA, Shawn Perreault, de Kedgwick, ainsi que le champion amateur de MMA, Rémi Fortin, de Saint-Quentin.

Bruno Lurette ne cache pas qu’il souhaite attirer au moins 1000 spectateurs pour ce premier gala.

«Ça va me prendre au moins 1000 personnes pour éviter de perdre de l’argent, mentionne-t-il. L’objectif est de présenter deux gros galas par année. Même qu’à long terme, j’aimerais faire descendre des combattants de la Thaïlande. J’y ai déjà beaucoup de contacts», révèle Lurette.

Ce dernier n’exclut pas la possibilité de faire de la place à quelques visages bien connus de la boxe professionnelle, dont Annie Mazerolle et Dominic Babineau.

«C’est très possible, surtout que je connais bien Dominic. Mais pour l’instant, je veux surtout prioriser le produit local», souligne Bruno Lurette.