Un thérapeute sportif de Dalhousie soigne les bobos des hockeyeurs d’Équipe Canada

Dalhousie a produit plusieurs bons joueurs de hockey au fil des années. Les plus vieux se souviennent sans doute de Gord Titcomb, Armel Drapeau et Gordie Dwyer. Plus récemment, Jeff Winchester, Jessyko Bernard, Robert Pelletier et Marie-Jo Pelletier ont également connu de bons moments. Mais si on vous demande quel natif de cette municipalité du Restigouche connaît la plus belle carrière dans notre sport de prédilection, la réponse est sans aucun doute le thérapeute sportif Jeff Thorburn.

Âgé de 43 ans, Jeff Thorburn est actuellement à Pyeongchang avec la formation masculine de hockey.

Si le Néo-Brunswickois a déjà l’habitude des grands rendez-vous internationaux, lui dont le curriculum vitae comprend les Championnats mondiaux U-18 de 2017, ainsi que les Mondiaux junior de 2009 et de 2012, rien ne se compare à ce qu’il est en train de vivre en Corée du Sud.

«C’est définitivement l’une des meilleures expériences de ma carrière, sinon la meilleure, affirme-t-il. Je suis très fier que Hockey Canada m’ait offert cette opportunité. C’est également fort excitant pour ma famille. Parce que je suis à Pyeongchang, ils ont tous le sentiment d’être un peu ici eux aussi. D’ailleurs, je les remercie de m’encourager. J’ai passé beaucoup de temps en voyage avec l’équipe ces derniers mois.»

Comment un petit gars de Dalhousie a-t-il pu gravir les échelons jusqu’à se retrouver à la plus grande fête sportive au monde?

En ayant beaucoup de chance, dit-il.

«J’ai d’abord déménagé dans l’Ouest du pays il y a de cela plusieurs années afin d’aller étudier la kinésiologie à l’Université de Calgary, puis la thérapie du sport à l’Université Mount Royal, toujours à Calgary. Dans cette ville, j’ai eu la chance de travailler pendant quelques années avec James Gattinger (ex-physiothérapeute des Flames de Calgary). Il est devenu en quelque sorte l’un de mes mentors», raconte Thorburn.

En 2006, il déménage en Colombie-Britannique afin de devenir le thérapeute athlétique et responsable du conditionnement physique des Rockets de Kelowna, dans la Ligue junior majeur de l’Ouest (WHL). C’est d’ailleurs en tant que membre des Rockets qu’il prend part à ses trois premières compétitions internationales.

Puis, en 2013, il accepte le poste de thérapeute sportif du Heat HBC-Okanagan, où il s’occupe des petits bobos des équipes de basketball, de volleyball et de golf, tant du côté des garçons que des filles.

«Je me considère chanceux de pouvoir travailler encore une fois avec Hockey Canada. Je suis d’autant plus chanceux que cette fois-ci ça se passe aux Jeux olympiques.

Bien entendu, Jeff Thorburn n’aura pas beaucoup de répit à Pyeongchang. Si sa mission est d’abord l’équipe masculine de hockey, il aura tout de même à donner un coup de main dans les autres sports.

«Il n’y aura pas une journée pareille, confie-t-il. Du matin au soir, je me dois d’être toujours disponible pour les joueurs, que ce soit à l’aréna ou encore dans le village des athlètes. Par contre, si ça s’avère nécessaire, nous traiterons aussi des athlètes des autres sports. Cela dit, je serai avec les hockeyeurs pour tous les entraînements et les matchs. C’est mon rôle de les préparer à l’avance et de leur faire des traitements après les parties.»

À 24 heures du premier match contre la Suisse, Thorburn avoue avoir hâte que ça débute pour de vrai.

«Je ne suis pas nerveux, mais c’est clair que je suis excité», s’exclame Thorburn qui, à défaut d’y avoir encore de la famille, soutient avoir encore plusieurs amis dans la ville natale.