Acadie-Chaleur: Kevin Landry, un gagnant chanceux d’être de retour sur la glace

Week-end de l’Action de grâce, le samedi 7 octobre 2017. Au sommet du mont Killington, deuxième montagne en importance dans l’État du Vermont avec ses 1200 mètres, un groupe d’amis s’apprêtent à en faire la descente en vélo de montagne. Le soleil vient à peine de se lever et la bonne humeur est au rendez-vous après un copieux déjeuner. Parmi les jeunes casse-cou, il y a Kevin Landry, un solide gaillard de 6 pieds 3 pouces et de 225 livres qui, il faut bien l’admettre, a davantage les allures d’un joueur de rugby que d’un cycliste. N’empêche qu’il n’en est pas à sa première descente. Même que tout va bien jusqu’à ce que la montagne lui rappelle cruellement qu’elle peut parfois être vicieuse. En voulant éviter une roche, alors que sa monture est à pleine vitesse, Kevin perd le contrôle et le voilà qui s’envole dans les airs par-dessus les guidons. L’atterrissage sera brutal. Il se fracture salement la clavicule gauche. Ayoye maman!

Kevin Landry est aussi un joueur de hockey. Un bon à part ça. Tellement bon qu’il collectionne les championnats, peu importe l’équipe. Tu veux gagner? Ça te prend ce gars-là.

Au printemps 2015, il était l’un des piliers de la défensive des Alpines de Tracadie quand ces derniers ont remporté le titre face aux JC’s de Bouctouche dans la Ligue senior Nord-Est.

En 2016, il répète l’exploit, cette fois-ci avec le Au P’tit Mousse de Lamèque toujours devant les JC’s dans une série qui fait encore parler tellement elle aura été spectaculaire.

Et le même scénario s’est répété il y a un an avec les Acadiens du Grand Caraquet dans le nouveau circuit d’Acadie-Chaleur, alors qu’ils ont pris la mesure des Rameurs de la baie des Chaleurs.

L’automne dernier, Kevin Landry était heureux à l’idée de reprendre le collier avec les Alpines. Non pas qu’il s’est ennuyé avec les formations de Lamèque et de Caraquet. Même qu’il a adoré ses passages chez «l’ennemi». Mais Tracadie est son chez-lui.

Les Alpines, pour lui, sont comme de bonnes vieilles pantoufles. Difficile de changer pour d’autres.

Rappelons que le règlement de son lieu de naissance – il a vécu ses premières années à Saint-Simon – a forcé Landry à se joindre aux Acadiens. Une entente pendant la saison morte lui a toutefois permis de revenir à la maison.

Puis il y a eu ce bête accident de vélo.

«J’ai toujours joué avec des bobos, mais là c’est la première fois qu’une blessure me tient à l’écart aussi longtemps éloigné du hockey», affirme le numéro 77.

«J’ai trouvé ça difficile. D’autant plus que j’ai dû manquer plus d’un mois de travail», confie-t-il.

Kevin Landry bosse pour Énergie NB. Comme il n’était plus en mesure de grimper dans les poteaux, il a dû patienter.

«Pendant tout ce temps-là et jusqu’à la fin de novembre, je n’ai rien pu faire. J’ai finalement pu recommencer à travailler mais je me contentais de faire seulement ce dont j’étais capable. Il n’était pas question de grimper dans les poteaux avec une seule épaule. C’est une débarque en vélo qui m’a coûté cher», raconte-t-il.

C’est seulement en décembre que Kevin Landry a pu recommencer à grimper dans les poteaux. Le bonheur pour quelqu’un qui aime les hauteurs comme lui. Il a toutefois dû attendre entre Noël et le Jour de l’An avant de chausser pour la première fois ses patins en compagnie de ses coéquipiers. Pour les premières semaines, il n’était toutefois pas question de jouer avec contact.

Son retour au jeu aura lieu le 28 janvier lors du dernier match de la saison régulière. Les Alpines affrontent alors les Rameurs. Il célèbre avec un but et une passe dans une victoire de 6 à 4. En séries, il a poursuivi son beau travail en accumulant un but et cinq passes pour six points lors des deux triomphes des Alpines face aux Ice Dogs de Néguac.

«Ça va bien. Le synchronisme n’est pas à point et mon temps de réaction fait parfois défaut, mais en général je considère que je me débrouille pas pire. Ma clavicule ne sera probablement plus jamais à 100%, mais au moins je ne ressens aucun mal», dit-il.

Les Alpines sans pitié

Les Alpines de Tracadie se sont montrés sans pitié jusqu’ici devant les Ice Dogs de Néguac dans leur série demi-finale 4 de 7. Deux massacres de 7 à 1 et de 9 à 4 qui laissent croire que les champions de la saison régulière sont en mission.

Kevin Landry dit cependant s’attendre à une forte opposition, dimanche, alors que sera présenté le troisième duel au Complexe S.-A.-Dionne sur le coup de 19h. «Il faut leur briser les reins tout de suite pour les décourager, mentionne le défenseur droitier. Notre plan cette année est de gagner le championnat des séries.»

«Ce serait une erreur de croire que les Ice Dogs sont battus d’avance. S’ils gagnent dimanche, ça devient tout d’un coup 2-1 et ça peut changer le momentum de bord. Malgré les gros pointages des deux premiers matchs, chaque fois que nous avons eu une mauvaise présence les Ice Dogs en ont profité pour nous dominer sur la glace. Ils ont de très bons joueurs de hockey dans cette équipe. Je pense à des gars comme Jeff Wilson, Bryce Silliker et Kris Keating. Ce sont des joueurs avec beaucoup d’expérience», soutient le hockeyeur âgé de 27 ans.

Dans le camp des Ice Dogs, il ne fait aucun doute qu’on veut éviter à tout prix de se retrouver face à l’élimination dès la conclusion du match de dimanche.

«Lors de nos deux premières parties, nous n’avions pas un alignement complet, indique l’attaquant Tyron Breau. Nous avons des joueurs qui sont suspendus et d’autres qui étaient malades. Nous avons quand même travaillé fort et nous avons réussi à créer des chances de marquer. Malheureusement, les pénalités nous ont tuées. Contre un club aussi talentueux que les Alpines, c’est certain que tu vas en payer le prix.»

«Dimanche, il faudra réduire leur offensive au silence et jouer avec intensité pendant 60 minutes. Il faut aussi profiter de nos opportunités. Pour nous, c’est bien simple, il faut absolument gagner pour se donner une chance d’égaler la série à la maison», ajoute Breau.

L’autre série demi-finale se poursuivra également dimanche au Centre Rhéal-Cormier. Les deux formations s’affrontaient vendredi soir au Colisée Léopold-Foulem. Les deux équipes ont divisé les honneurs lors des deux premiers duels de la série.