Crashed Ice: Samuel Nadeau prêt à tous les risques

D’aussi loin qu’il parvient à se souvenir, Samuel Nadeau a toujours aimé prendre des risques. C’est dans son ADN. À cause de lui, ses parents, Roberto et Mylène, ont eu leur large part de sueurs froides. Pas facile de surveiller un petit bonhomme qui ne tient pas en place. Comme la fois où ils avaient oublié de fermer la barrière devant l’escalier qui menait au sous-sol. À peine âgé de 2 ans, le petit Sam avait décidé que ce serait une bonne idée de faire une descente à bord de son tracteur à pédales. Beding Bedang et le voilà avec une cicatrice au front qui témoigne depuis de cette envie folle qu’il a de jouer les casse-cou.

Tout ça pour vous dire que Samuel Nadeau aimerait avoir le don d’avancer dans le temps afin d’être déjà à Edmonton, où sera présenté en fin de semaine le dernier et quatrième Red Bull Crashed Ice de la saison 2017-2018.

En fait, il a surtout hâte de dévaler la pente afin d’essayer le Canadian Big Air, une section du parcours qui promet de vous faire affaisser les mâchoires. Selon les organisateurs, ceux et celles qui oseront sauter l’obstacle – ils ont aussi l’option de la contourner – doivent s’attendre à s’envoler pour une distance d’environ 30 mètres. C’est du jamais vu sur le circuit la Coupe du monde de patinage extrême.

«La butte n’est pas obligatoire, mais il n’est pas question de ne pas y aller, affirme Nadeau sur un ton excité. Je vais me retrouver très haut. On me dit que c’est encore plus malade que la butte au Minnesota. C’est le genre de saut qui va me faire gagner de précieuses secondes», affirme-t-il.

Pourvu que le saut soit réussi, lui précise l’auteur de ces lignes.

«Je ne peux pas faire une course à moitié», a-t-il rétorqué en riant.

Le patineur d’Atholville entend se présenter à Edmonton avec confiance.

«C’est une piste assez technique, donc c’est pour moi, dit-il. Elle ressemble à celle du Minnesota. C’est justement à Edmonton que j’ai pris part à mon premier Red Bull en 2015 et j’y avais pris la 107e place. Je ne devrais pas avoir de misère à faire mieux. En fait, je vise un top 16 et je crois que je peux le faire.»

«Et si tout va bien, j’aimerais couper le 7 de ma 107e place d’il y a trois ans», ajoute-t-il en éclatant de rire.

Le jeune athlète, qui célébrera son 22e anniversaire de naissance le 19 mars, occupe le 68e rang mondial et la 67e place sur le circuit de la Coupe du monde.

En guise de préparation, Samuel Nadeau a été dévalé les pentes du mont Sugarloaf en planche à neige et en patins à neige lors des deux derniers week-ends. Il a particulièrement apprécié ses descentes en patins à neige.

«Luca Dallago, qui a remporté le Red Bull de Finlande, m’a dit dernièrement que le meilleur entraînement qu’il avait trouvé pour se préparer en vue d’une course de Crashed Ice est le patin à neige. Je sais que ce ne sont pas tous les gars du circuit qui le pensent, mais j’ai le goût de tester la théorie de Luca. Je me dis que si ç’a fonctionné pour lui, pourquoi ça ne fonctionnerait pas pour moi», indique-t-il.

Nadeau s’envolera pour Edmonton mercredi matin. En soirée, il est déjà prévu qu’il ira rejoindre quelques amis patineurs dans un aréna afin de disputer un match de hockey. Jeudi soir, il compte se rendre au Rogers Place afin de voir Connor McDavid et les Oilers face à John Tavares et les Islanders de New York.

Il effectuera quelques descentes d’entraînement jeudi et vendredi matin, avant de passer aux choses sérieuses vendredi soir avec les qualifications. S’il parvient à se tailler une place dans le top 64, Nadeau participera alors à la ronde finale qui aura lieu samedi soir.

«Une méchante dose d’adrénaline» pour Francis Boudreau

Samuel Nadeau ne sera pas tout seul à Edmonton, puisque Francis Boudreau, de Petit-Rocher, prendra part à l’épreuve junior, vendredi soir. Boudreau a obtenu son laissez-passer après avoir pris la deuxième place lors de la récente Course Xtreme de Memramcook.

Francis Boudreau, Bruno Richard et Mike Tremblay, à la Course Xtreme de Memramcook. – Gracieuseté

Boudreau, qui est âgé de 21 ans, n’en est quand même pas à un premier Red Bull puisqu’il a participé à celui d’Ottawa il y a un an. En raison d’une chute dans la ronde des 32, il avait dû se contenter du 26e rang.

«Comme j’ai vécu l’expérience l’an dernier, je suis plus en confiance, révèle-t-il. Mon objectif est de terminer dans le top 8. Je crois que c’est possible.»

À l’instar de Nadeau, Boudreau trépigne d’impatience à l’idée de s’élancer sur le Canadian Big Air.

«C’est la plus grosse butte jamais faite en Crashed Ice, mentionne-t-il. J’ai hâte. On devrait frôler les 100 pieds dans airs. Ça va être une méchante dose d’adrénaline.»

Boudreau aura droit à quelques descentes d’entraînement jeudi matin, puis participera à la ronde de qualification en soirée. Vendredi soir, ce sera la ronde finale.