Les Sea Dogs, en attendant l’affrontement attendu contre les Mooseheads

La visite des Mooseheads de Halifax, dont l’issue du match pourrait avoir une importance capitale dans le classement final, est le sujet de conversation favori des partisans du Titan depuis une semaine. Ils devraient d’ailleurs être plus de 3000 à franchir les tourniquets du Centre régional K.-C.-Irving ce samedi après-midi. Ça en jase tellement qu’on en oublie que les hommes de Mario Pouliot ont d’abord une partie à disputer contre les Sea Dogs de Saint-Jean, vendredi soir, au Harbour Station.

D’entrée de jeu, Pouliot a révélé que les entraîneurs et les joueurs ont passé la semaine avec des bouchons dans les oreilles afin de se concentrer sur l’instant présent. Bien sûr, ç’a été dit à la blague, mais on le soupçonne néanmoins d’y avoir songé sérieusement.

«Honnêtement, finit-il par dire, il faut se servir de cette partie contre les Sea Dogs (14-38-11, 39 pts) pour bien se préparer pour celui de samedi face aux Mooseheads.»

«Ça va être important de jouer un match solide parce que nous en avons eu plein nos bottes dimanche contre eux. Avec (Alex) D’Orio devant le filet, les Sea Dogs ont toujours une chance de gagner. D’autant plus que c’est une équipe qui n’a plus rien à perdre. Et leur victoire (mercredi) contre les Islanders de Charlottetown va sûrement leur donner une dose de confiance», affirme Pouliot.

Dimanche, c’est pas moins 66 lancers, dont 31 au deuxième tiers, que les joueurs du Titan ont dirigé vers D’Orio. Le plus déroutant c’est que l’équipe n’a obtenu son premier tir qu’à la 10e minute de jeu.

Selon Pouliot, il faudra définitivement faire preuve de plus d’opportunisme vendredi soir et, à coup sûr, mettre davantage de trafic devant le rectangle de D’Orio afin de lui compliquer encore plus la vie.

Le Titan (39-15-9, 87 pts), qui surfe en ce moment sur une séquence de cinq victoires consécutives, a eu droit à deux journées de repos, lundi et mardi, question de permettre aux joueurs de recharger leurs batteries.

«Les gars venaient de disputer quatre matchs et six soirs, dont un 3-en-3, et je sentais qu’il fallait que les joueurs se reposent tant physiquement que mentalement, indique Pouliot. J’ai aussi fait en sorte que nos entraînements d’hier (mercredi) et d’aujourd’hui (jeudi) ne soient que d’une durée de 45 minutes.»

Mais attention, qui dit entraînement court ne veut pas nécessairement dire entraînement inutile. Les joueurs ont ainsi travaillé sur plusieurs éléments importants, dont les sorties de zone, les replis défensifs, les batailles à un contre un et les unités spéciales.

«Notre avantage numérique (deux buts lors de leurs 20 dernières occasions) produit bien en-deçà de nos standards depuis quelques semaines. Il faut corriger ça d’ici les séries» dit-il.

«Nous avons deux objectifs d’ici la fin, soit de devancer les Mooseheads dans la division Maritimes et de terminer en première place pour la moyenne défensive. Actuellement, nous sommes à seulement sept buts de l’Océanic dans ce département. Nous tentons de faire réaliser aux joueurs que quand on joue bien en défensive, ça nous procure du même coup de belles opportunités à l’attaque», explique Pouliot.

Joseph Murdaca sera envoyé dans la mêlée contre les Sea Dogs. Evan Fitzpatrick récupérera son filet dès samedi et il y a fort à parier qu’il ne ratera ensuite plus beaucoup de matchs d’ici les vacances d’été.

Par ailleurs, Samuel Asselin devrait commencer à s’entraîner avec contact dès lundi. Les chances de le voir disputer au moins deux rencontres d’ici les séries éliminatoires vont donc en s’améliorant.

Une lutte amicale entre Galipeau et Dobson

Si le Titan est engagé dans une guerre à finir pour les positions 2, 3 et 4 avec l’Océanic de Rimouski et les Mooseheads de Halifax, il s’en trouve une autre sur le plan individuel qui est belle à voir, soit la lutte amicale que se disputent Olivier Galipeau et Noah Dobson pour le titre de meilleur pointeur de la LHJMQ pour un défenseur.

Si Galipeau domine toujours avec 23 buts et 68 points, Dobson est tout près avec ses 15 filets et 66 points.

Avant les matchs du dernier week-end, l’avance de Galipeau était pourtant de huit points devant le jeune Dobson qui a engrangé pas moins de neuf points dans ses trois derniers duels (3-6) contre trois passes pour le vétéran.

Dobson, qui ne cesse d’impressionner les recruteurs de la LNH, rebondit surtout au bon moment dans la saison, lui qui avait été limité à deux petites passes lors de ses six duels précédents.

«Pourtant, je n’ai absolument rien changé dans mon jeu, assure le numéro 53. Parfois, la chance est davantage de ton côté et la rondelle trouve une façon d’emprunter le bon chemin. Honnêtement, tout ce que je veux à ce stade-ci de la saison est de continuer à m’améliorer et d’être au sommet de mon jeu lorsque se terminera la saison régulière afin d’entrer fin prêt dans les séries.»

Dobson, qui à l’instar de ses coéquipiers adore l’ambiance du Centre régional K.-C.-Irving depuis que l’équipe attire de meilleures foules, préfère par contre se concentrer sur les Sea Dogs avant de penser au match de samedi contre les Mooseheads.

«Tous les matchs sont importants ces temps-ci. On va d’abord s’attarder sur le cas des Sea Dogs et ensuite on se préparera pour les Mooseheads», confie le défenseur étoile du Titan.