Colisée de Moncton: une riche histoire

De Bobby Orr à Mika Cyr, en passant par Guy Lafleur, Sidney Crosby, Evgeni Malkin, Oscar Gaudet et Alexandre Vigneault, le Colisée de Moncton en a vu des paires de patins fouler sa glace depuis 1973. C’est tout ce passé riche en histoire et en émotions qui prendra fin à la conclusion de la présente campagne. Depuis le début de l’année, l’organisation des Wildcats de Moncton a eu la bonne idée de rendre hommage à toutes les équipes qui ont élu domicile dans le vénérable amphithéâtre.

Ainsi, les représentants des Flyers, des Matadors de l’école Mathieu-Martin, des Hawks, des Hawks juniors, des Coca-Cola Classics, des Aigles Bleus de l’Université de Moncton, des Bears et des Wildcats ont tour à tour défilé au centre de la patinoire afin de procéder à la mise en jeu officielle.

Pour le directeur des opérations Ryan Jenner, un tel hommage allait de soi.

«Nous pensions que c’était une belle façon de souligner l’histoire de l’édifice et d’honorer les joueurs qui sont passés ici. Ce fut pas mal de travail de recherche dans les archives et tout ça, mais nous avons appris beaucoup de choses en cours de route», explique-t-il.

Jenner a été l’un de ceux qui ont eu la chance de jouer au Colisée, alors qu’il s’alignait pour les Tigres de Victoriaville (de 2002 à 2005) dans la LHJMQ.

«Je me souviens très bien d’avoir joué plusieurs fois ici. J’ai toujours aimé l’ambiance du Colisée. C’était un des deux plus gros édifices des Maritimes (l’autre étant le Metro Centre de Halifax)», mentionne celui qui est à l’emploi de l’équipe depuis 2011.

En jasant d’histoire, plusieurs anecdotes lui sont revenues en tête.

«Depuis que je suis ici, on a toujours eu des problèmes avec le son dans l’édifice. Je pensais que c’était moi qui n’étais pas capable de trouver les bons réglages, mais j’ai appris qu’ils avaient le même problème pour le premier événement tenu au Colisée en 1973! Ce n’est pas moi qui étais cinglé!»

Ryan Jenner a aussi retrouvé des vieux articles de journaux qui disaient que plusieurs élus de l’époque craignaient la construction d’un éléphant blanc.

«Il aura finalement très bien servi la communauté au fil des ans. Les gens se souviennent des finales de hockey des écoles secondaires avec près de 10 000 spectateurs dans l’édifice ou encore la victoire des Aigles Bleus en 1982», raconte le directeur des opérations des Wildcats.

«Nous sommes une grosse partie de l’histoire du Colisée, puisque les Wildcats ont vécu 22 des 44 années de l’édifice, mais c’est très impressionnant de voir la richesse de l’histoire du sport, particulièrement du hockey, à Moncton.»

Le Colisée a évidemment accueilli une multitude d’autres événements de nature sportive, culturelle ou commerciale, mais c’est le hockey qui restera gravé dans les mémoires.

Le dernier match en saison régulière aura lieu mercredi, alors que les Wildcats croiseront le fer avec le Titan d’Acadie-Bathurst.