Le Sugarloaf prêt pour le Bonefight Sled Dogs Snowskates

Le centre de ski Sugarloaf d’Atholville se prépare à accueillir de nouveau les athlètes de la compétition Bonefight Sled Dogs Snowskates, ces bottes modifiées auxquelles ont été greffées des lames de ski en guise de semelles.

Il s’agira de la deuxième fois en autant d’années que le centre restigouchois est l’hôte d’une étape du circuit international de «patin à neige» de la coupe Bonefight. L’an dernier, cette compétition avait été un véritable succès. Et les organisateurs s’attendent bien à répéter l’exploit.

On dénombre jusqu’ici un total de 59 inscriptions pour la compétition de samedi, soit un peu plus que l’an dernier. Ce chiffre pourrait être revu légèrement à la hausse d’ici le week-end.

«C’est déjà un record de participation, ce qui est excellent, surtout qu’il s’agit d’un sport relativement jeune», relate Bruno Richard, membre du comité organisateur.

«On a des athlètes qui proviennent des États-Unis, de l’Allemagne (Phillipp Auerswald est considéré comme le favori pour l’emporter), d’Autriche, de France, de l’Ontario, du Québec, ainsi que d’un peu partout dans les Maritimes, dont plusieurs locaux. La compétition risque donc d’être vraiment relevée et intéressante», ajoute-t-il.

Adepte de sport extrême, Richard avait enfilé des bottes l’an dernier et s’était hissé au deuxième rang. Il tentera de défendre sa position de nouveau samedi, voire de l’améliorer en l’absence du détenteur du titre, l’Autrichien Luca Dellago.

«Je serai de la course, mais je ne m’attends pas pour autant à faire des miracles. Je n’ai pas eu la chance de m’entraîner comme j’aurais aimé. J’y vais surtout pour le côté social», essaye de nous convaincre l’athlète. Parions toutefois que son côté compétiteur fera rapidement surface.

Fait à noter, la gente féminine sera une fois de plus bien représentée lors des épreuves avec un total de 17 participantes dans la catégorie régulière et deux dans la catégorie jeunesse (une nouveauté qui s’adresse aux 10 à 15 ans).

Les épreuves de qualification auront lieu toute la journée. La véritable compétition débutera toutefois à 19h avec le début des courses d’élimination (à quatre concurrents) où s’affronteront les 32 meilleurs patineurs masculins et les 16 féminins.

Après la compétition officielle, le public pourra assister à une compétition amicale de Freestyle.

«Les athlètes vont tenter de faire des trucs pour épater la galerie. J’ai hâte de voir ce que ça va donner, ce que les athlètes ont dans le ventre. Je soupçonne que certains vont essayer des sauts avant (flip) et renversés (backflip). Ça risque d’être intéressant», dit Bruno Richard.

Cet événement est présenté en collaboration avec le Collège communautaire de Campbellton. Des étudiants de différents départements ont mis la main à la pâte, notamment ceux du programme de charpenterie qui ont conçu le stand de départs. Plusieurs étudiants et membres du personnel du CCNB seront également sur place durant l’événement à titre bénévole.

«C’est un beau projet communautaire pour le CCNB et un événement plaisant à présenter pour le centre de ski Sugarloaf, une façon de célébrer la fin de l’hiver», conclut M. Richard.

Une piste bien enneigée… et plus courte

Copie conforme de l’an dernier, une bonne tempête de neige s’est abattue sur la piste fraîchement préparée quelques jours seulement avant la compétition.

«On a travaillé dessus en début de semaine, et elle était fin prête. Mais il faudra la retravailler en profondeur après toute la neige que nous venons de recevoir. C’est un contretemps, mais rien d’insurmontable. Il faudra damer de nouveau la piste, sortir les pelles pour sculpter les courbes et les bosses. Mais on sera prêt pour samedi matin», promet le directeur du parc provincial, Greg Dion.

Quelques légères améliorations ont été apportées au parcours. Celui-ci sera ainsi un peu plus court afin que les courses soient plus serrées.

«On a ajouté quelques obstacles également, dont des bosses ainsi qu’un saut à la toute fin du parcours afin de rendre l’arrivée des athlètes encore plus palpitante», indique M. Dion.

Selon les prévisions météorologiques actuelles, les températures devraient être relativement fraîches (sous le point de congélation) toute la journée de samedi, ce qui est encourageant selon le directeur du parc.

«L’an dernier, c’était vraiment chaud, ce qui a fait en sorte que le parcours était mou, donc très lent et moins stable. On prévoit cette fois des températures plus froides, alors on s’attend à ce que ce soit beaucoup plus rapide et plus intéressant pour les athlètes», dit-il.