Une saison incroyable pour un futur Aigle Bleu

Même s’il n’a pu porter les couleurs des Aigles Bleus de l’Université de Moncton cet hiver, Maxime St-Cyr en a passé des heures sur la patinoire en 2017-2018. La fusée de Saint-Didace se dit prête à faire sa marque avec le Bleu et Or après une campagne incroyable dans le hockey senior.

L’ancien du Drakkar de Baie-Comeau et des Huskies de Rouyn-Noranda dans la LHJMQ a complètement dominé le Circuit régional de hockey.

Il a remporté le championnat des pointeurs en saison régulière avec un dossier de 43-29=72 en 24 rencontres.

St-Cyr a de plus été choisi joueur par excellence en séries, avec 40 points dont 17 buts en 17 rencontres.

Le joueur québécois a évidemment permis aux Panthères du Haut-Madawaska de mettre la main sur les championnats de la saison et des séries.

«Je jouais avec une très bonne équipe, ça m’a certainement aidé. Il faut aussi dire que j’avais pas mal de temps de glace», rigole le patineur de 5 pieds 8 pouces et de 185 livres.

Il aurait pu jouer avec les Acadiens de Memramcook, de la Ligue de hockey senior Nord-Est, mais il a préféré l’offre des Panthères.

«C’est sûr que la distance, ce n’était pas évident. J’étais sur la route chaque fin de semaine. Mais je ne regrette pas mon choix quand je regarde ce qui est arrivé dans la ligue Nord-Est (NDLR: les Acadiens ont fermé les livres en pleines séries éliminatoires).»

Parallèlement à sa saison dans le Madawaska, il s’est entraîné quotidiennement avec l’équipe de Judes Vallée dans le nid des Aigles à Moncton. Il a donc eu un petit avant-goût de sa nouvelle équipe et du calibre de jeu au niveau universitaire.

«Je vais m’entraîner fort cet été pour être prêt pour la prochaine saison. Je me suis entraîné avec le Bleu et Or toute la saison. Je sais donc exactement à quoi m’attendre en terme de calibre de jeu.»

St-Cyr n’a pu endosser l’uniforme de l’U de M cette saison parce qu’il a joué au hockey professionnel en 2016-2017.

«Il y a eu des moments plus difficiles que d’autres. Parfois, dans les entraînements, je ne pouvais pas participer à certains exercices. J’étais là à attendre sur le bord de la bande à ne rien faire. Ça me faisait quelque chose parce que j’aurais aimé ça être là avec les gars. Mais j’ai pris la décision de revenir jouer au hockey universitaire et je devais m’attendre à ça.»

De 2015 à 2017, il a roulé sa bosse aux États-Unis, avec les Everblades de la Floride, les Admirals de Norfolk, les Rivermen de Peoria, les Ice Flyers de Pensacola, les Swamp Rabbits de Greenville et le Thunder de Wichita.

Il est donc heureux de déposer son baluchon à Moncton.

«Je veux montrer ce que je suis capable de faire au niveau universitaire. Je veux travailler fort et aider l’équipe à revenir dans le droit chemin. Avec les ajouts que l’organisation a faits, je suis convaincu que ça va mieux se passer l’an prochain et que l’équipe sera compétitive.»

Dans l’ambiance triste de Humboldt…

Maxime St-Cyr est présentement à Rosetown, en Saskatchewan, afin de participer au tournoi de la Coupe Allan avec les Hawks d’Elsipogtog.

«Je ne pouvais pas laisser passer cette occasion, pour l’expérience de vie et pour la qualité du hockey. Je connais seulement un joueur dans l’équipe (son coéquipier Alexandre Soucy), mais dans le hockey d’aujourd’hui, tu dois t’habituer rapidement à des nouveaux coéquipiers», mentionne celui qui forme un trio avec Rankyn Campbell et Justin Bowers.

Comme le tournoi se déroule à moins d’une heure du drame de Humboldt, le patineur âgé de 24 ans a baigné dans cette ambiance depuis samedi.

«Peu importe où on va, les gens nous en parlent. On sent que cette tragédie a vraiment affecté toute la communauté et toute la province. Je me suis rappelé mes années juniors ou on pouvait faire jusqu’à 24 heures d’autobus. Je me suis dit que ça aurait pu m’arriver, à moi et à mon équipe. Je me sens vraiment chanceux là-dedans, mais en même temps, je trouve ça tellement triste.»