Une victoire en soi pour Geneviève Lalonde

Pour Geneviève Lalonde, le simple fait de se retrouver sur la ligne de départ se voulait une victoire en soi.

Il y a une semaine, l’athlète originaire de Moncton s’est blessé à une cuisse en sautant une barrière durant une séance entraînement.

Depuis, elle a multiplié les séances de physiothérapie et de massage en espérant être suffisamment rétablie pour son plus important rendez-vous de la saison 2018.

Sa 7e place au 3000 mètres steeplechase lors des Jeux du Commonwealth, mercredi en Australie, elle la prend avec un grand sourire.

«Je n’étais pas certaine d’être à 100% pour la course. Mais je me suis dit que j’allais faire du mieux que je pouvais», ajoute-t-elle.

Lalonde affirme qu’elle se sentait bien sur la ligne de départ de l’événement présenté au stade Carrara, à Gold Coast.

«C’était quand même lent au début. On était toutes regroupées. Avec 1200 mètres à faire, une Kényane (Celliphine Chespol) et une Jamaicaine (Aisha Praught) ont accéléré le rythme», raconte l’athlète âgée de 26 ans.

«Avec 1000 mètres avant l’arrivée, j’ai commencé à sentir mes jambes lourdes. Puis, avec 300 mètres à franchir, je pensais pouvoir rattraper deux filles devant moi, mais malheureusement, j’ai frappé une barrière et je suis tombée. Je n’avais plus de jambes pour les rattraper», avoue-t-elle en riant.

«J’aurais voulu en mettre un peu plus, mais je ne pensais même pas être sur la ligne de départ. On a travaillé fort avec l’équipe médicale. C’était déjà une victoire aujourd’hui.»

C’est donc avec un chrono respectable de 9m46s68c qu’elle a croisé le fil d’arrivée.

La victoire a été l’affaire de la Jamaïcaine Aisha Praught, qui a bouclé l’épreuve dans un temps de 9m21s00c.

L’Acadienne ne voulait pas rater cette course pour tout l’or du monde.

«Ce n’est pas tout les jours qu’on a la chance de participer à des grands jeux comme ça, il faut en profiter quand ça passe. J’ai travaillé tellement fort depuis plusieurs années pour ça. C’est très difficile de se qualifier dans l’équipe canadienne», mentionne-t-elle, depuis Gold Coast, en Australie.

«Juste d’être à ces Jeux, c’est déjà un bel honneur», s’empresse-t-elle d’ajouter.

Lalonde voit cette compétition comme une bonne préparation pour la saison extérieure.

En plus de participer au circuit européen, la fusée acadienne a l’intention d’abaisser son propre record canadien de 9m29s99c cet été.