Demi-finale de la LHJMQ: le Titan passe un message clair aux Tigres

Justin Ducharme n’aurait pas pu trouver une meilleure façon d’attirer l’attention des recruteurs de la Ligue nationale de hockey. Inspiré et inspirant, le jeune attaquant du Titan d’Acadie-Bathurst a joué le match de sa vie en y allant de deux buts et une passe dans une belle victoire de 6 à 3 sur les Tigres de Victoriaville, vendredi soir, dans un Centre régional K.-C.-Irving bruyant et rempli à pleine capacité.

Le Titan prend donc les devants 1-0 dans la série et les deux équipes se retrouveront dès samedi soir au même endroit (19h).

Outre Ducharme (1er-DN, 2e), le capitaine Jeffrey Viel (7e, 8e-DN) a lui aussi connu un très fort match avec deux buts et deux mentions d’aide.

Olivier Galipeau (4e) et Ethan Crossman (7e) ont également marqué pour le Titan. Keenan MacIsaac et Samuel L’Italien ont amassé deux passes chacun.

Vitali Abramov (8e), Jimmy Huntington (3e-AN) et Simon Lafrance (3e-DN) ont fourni la riposte des Tigres. Maxime Comtois a été crédité de deux passes.

Evan Fitzpatrick a empoché la victoire en repoussant 24 des 27 tirs des Tigres. À l’autre bout, Étienne Montpetit a été chassé après avoir permis cinq buts sur 26 lancers. Son remplaçant Tristan Côté-Cazenave a été parfait devant huit rondelles.

Par ailleurs, si Ducharme a su charmer les partisans en étant dangereux à chacune de ses présences sur la glace, on ne peut toutefois passer sous silence les nombreux coups vicieux qui ont marqué la deuxième période.

Olivier Galipeau et Elijah Francis, pour le Titan, et le géant Andrew Smith, dans le camp des Tigres, ont tous trois commis des gestes dangereux qui pourraient leur valoir une suspension.

Étrangement, c’est celui des trois dont le geste semblait le moins grave qui a reçu la pénalité la plus sévère puisque Francis a été chassé du match pour son double-échec au visage de Justin Paré.

Smith, lui, n’a hérité que d’une mineure pour avoir visser Mitchell Balmas dans la bande. Ce dernier n’est d’ailleurs pas revenu dans le match.

Quant à Galipeau, il n’a même pas été pénalisé pour son coup à la tête de Maxime Comtois et à peu près personne dans l’aréna n’a compris le laxisme des officiels sur la séquence.

À noter que tous ces coups ont été réalisés sous les yeux du préfet de discipline Raymond Bolduc, présent vendredi parmi les 3524 spectateurs.

Dans un autre ordre d’idée, Mario Pouliot est devenu avec ce gain le deuxième entraîneur le plus victorieux en séries éliminatoires dans l’histoire du Titan d’Acadie-Bathurst. Pouliot compte maintenant 17 victoires, soit une de plus que Roger Dejoie et John Chabot. Le meneur demeure bien sûr Réal Paiement avec ses 33 triomphes.

«Nos deux buts en infériorité numérique nous a donné beaucoup d’énergie»

Les unités spéciales ont joué un rôle déterminant dans ce premier match. Trois buts ont été inscrits en infériorité numérique, dont deux par le Titan, et deux autres en avantage numérique.

Dans les deux camps, les deux entraîneurs s’entendaient pour dire que le match s’était particulièrement joué là-dessus.

«Notre avantage numérique aurait dû être bien meilleur que ça», a révélé l’entraîneur des Tigres, Louis Robitaille, dont les hommes ont pourtant profité de huit attaques à cinq.

«C’est dommage parce que nous avions bien commencé la partie. En deuxième, par contre, nous leur avons carrément donné le match en jouant le style de jeu que le Titan attendait de nous, soit un style nord-sud qui consiste à capitaliser sur les chances. Mais ça ce n’est pas nous. Quand même, il n’y a pas de panique. Nous avions aussi perdu notre premier match contre Drummondville (en quarts de finale). Nous allons regarder ce que nous avons fait de bien et ce que nous avons fait de moins bien et nous allons revenir plus fort demain (samedi)», a ajouté Robitaille.

Le pilote du Titan, Mario Pouliot, dit de son côté avoir aimé l’intensité de ses joueurs, mais moins la façon dont ils ont contrôleur leurs émotions.

«Je veux que les gars continuent de jouer avec autant d’intensité et d’émotion, mais il va aussi falloir apprendre à se contrôler dans toutes les situations. Pour nous, c’est évident que nos deux buts en infériorité numérique nous a donné beaucoup d’énergie», a affirmé Pouliot qui n’a pas pu dire si Mitchell Balmas serait en mesure de réintégrer l’alignement samedi soir.

Du côté des joueurs, l’Acadien Dominic Cormier parlait d’un manque d’effort pour expliquer la défaite.

«Si nous voulons gagner nous devrons jouer pendant 60 minutes», a mentionné Cormier, visiblement déçu.

«Nous avons tombé dans le piège du Titan, a souligné pour sa part Jimmy Huntington. Nous avons eu une légère baisse de régime en deuxième et le Titan en a profité pour marquer trois buts.»

«Le Titan l’a eu facile en désavantage numérique, soutient quant à lui Félix Lauzon. Nous n’avons pas joué selon notre style qui est de leur mettre continuellement de la pression»

Dans l’autre camp, Jeffrey Viel a également souligné l’importance de jouer avec plus de discipline.

«Quand tu es dans le carré d’as, il y a toujours plus d’émotion. Par contre, nous avons joué avec le feu en écopant de quelques punitions stupides. Les Tigres ont une bonne attaque à cinq et il va falloir faire plus attention. Il va falloir s’ajuster», a-t-il indiqué.

Enfin, si Justin Ducharme s’est dit satisfait de son match, il l’était encore plus d’avoir gagné la partie.

«Ç’a été un bon match et j’ai su saisir ma chance quand j’ai été appelé à remplacer (Mitchell) Balmas. J’ai également beaucoup aimé la foule. Les partisans nous ont aidé par leurs encouragements. J’en avais parfois des frissons au banc», a déclaré le numéro 71.