Alexandre Bélanger prêt à tout pour atteindre la PGA

L’été sera chaud pour Alexandre Bélanger. Le golfeur d’Edmundston se dit prêt à tout pour atteindre le circuit de la PGA. Et sa route vers les grandes ligues débute dès maintenant.

L’athlète âgé de 20 ans a décidé de quitter l’Université Alabama State après seulement un an pour se joindre à une institution qui offre un programme de golf plus compétitif.

«Je veux aller dans quelque chose de plus fort et c’est pour ça que j’ai demandé ma libération de l’équipe d’Alabama State. On était classé 278e sur environ 330 équipes dans la NCAA (division 1)», explique-t-il.

«Je devrais pouvoir me joindre à une université qui se trouve environ au 180e rang au classement, ce qui serait un gros pas en avant.»

Bélanger a de grandes ambitions et il veut prendre les moyens pour atteindre ses objectifs.

«Mon but est de tenter ma chance au niveau professionnel après mes études universitaires et j’ai le sentiment que si je reste à Alabama State, je ne serai pas capable d’y arriver. Je veux aller un endroit qui a de meilleurs entraîneurs et un meilleur programme de golf», raconte-t-il.

«Je me suis beaucoup amélioré cette année, mais mon pointage n’a pas vraiment descendu. Je sens qu’il ne me manque pas grand-chose.»

De son propre aveu, son premier contact avec la NCAA a été difficile.

«J’ai participé à trois tournois sur cinq lors du premier semestre et j’avais un peu de misère avec mon jeu. Ça n’allait pas vraiment bien. Je ne sais pas si c’était parce que j’étais loin de la maison et que je n’étais pas encore habitué à un environnement différent», mentionne le golfeur d’Edmundston.

«Le gazon est différent dans le sud des États-Unis; les verts également. Ça m’a pris un certain temps à m’ajuster. Mais à Noël, tout est vraiment tombé en place. J’ai joué tous les tournois et j’étais le joueur numéro un de l’équipe.»

Lors du tournoi de conférence (régional) de fin de saison, il a joué trois rondes de 76 pour prendre le 4e rang au classement individuel.

Côté études, Bélanger affirme que tout s’est déroulé comme prévu.

«Je n’avais jamais étudié en anglais, mais je me suis amélioré rapidement et j’ai eu de très bonnes notes. On n’a pas moins de cours que les autres (six par semestre). On joue au golf tous les jours, soit le matin. Mais quand on participe à des tournois, on rate des journées d’école et ce n’est pas toujours facile à rattraper. Certains professeurs sont compréhensifs, d’autres un peu moins.»

Le golfeur acadien a l’intention de mettre les bouchées doubles cet été pour passer au niveau suivant.

«Je dois arriver prêt en septembre à l’université. Je pense que ce fut ça mon erreur en 2017. Je n’ai pas joué assez de tournois durant l’été. Comme je vais changer d’université, je veux impressionner en partant.»

Il prendra part à un premier tournoi le 18 juin à Blainville, au Québec. Il s’agit d’un tournoi de qualification en vue de l’omnium canadien RBC qui sera présenté à Glenn Abbey, en juillet.

«Ça va être du gros calibre. Mais je ne vais pas juste là pour l’expérience, je vais là pour gagner. Je ne serai pas là en touriste.»

Il prendra évidemment part à plusieurs événements au Nouveau-Brunswick durant l’été, de même qu’à un tournoi de qualification en vue du volet amateur du US Open.