Rugby: la mort d’un jeune joueur fait réagir au N.-B.

par Camille Turbide, stagiaire

La communauté du rugby est sous le choc. Brodie McCarthy, âgé de 18 ans, de l’école secondaire Montague Regional High à l’Île-du-Prince-Édouard, est décédé dimanche des suites d’une blessure à la tête causée lors d’un match à Summerside deux jours plus tôt. Une situation horrible qui donne froid dans le dos et qui a suscité des réactions jusque chez nous.

Le président de l’Union de Rugby du Nouveau-Brunswick et entraîneur de l’équipe de l’école l’Odyssée de Moncton, Yves Pellerin, affirme avoir été secoué par la nouvelle.

«Ç’a été un moment très triste et tragique pour nous. C’était un bon gars. On l’a rencontré, il est venu jouer contre une équipe de Moncton il y a quelques semaines. Il faisait partie d’une équipe très respectée à l’Île-du-Prince-Édouard.»

Le jeune athlète a fait une mauvaise chute menant à un faible coup à la tête. Le choc aurait provoqué des saignements à deux endroits de son cerveau.

«La mort d’un jeune n’est jamais plaisante, mais lorsque ça se passe dans les circonstances d’un match, c’est encore plus sensible. C’est une situation qu’il faut analyser délicatement», insiste M. Pellerin.

Les gens de la communauté du rugby se sont serré les coudes à la suite de la tragédie, explique le président de l’Union.

«Nous avons envoyé nos condoléances à l’équipe et aux entraîneurs. Nos pensées positives sont tournées vers Montague. Il y a eu un gros support de la communauté du rugby partout sur la planète, même de la Nouvelle-Zélande.»

Ce genre d’incident est-il fréquent dans ce sport souvent étiqueté comme violent? Aucunement, affirme M. Pellerin.

«Au rugby, c’est la sécurité avant tout. On apprend à nos jeunes à jouer de façon à ce que personne ne se fasse mal. Nos statistiques concernant les blessures sont sous la norme comparativement à d’autres sports.»

«Ça arrive des blessures; ça fait partie du sport. Celle-ci est très tragique. Mais nous croyons  que notre sport est sécuritaire, qu’il est joué par des gentilhommes et qu’il est joué avec beaucoup d’honneur», ajoute-t-il.

L’entraîneur des Olympiens de l’école l’Odyssée de Moncton ajoute que la protection des joueurs est à la base du jeu.

«Le rugby est enseigné afin d’être sécuritaire. Les règlements sont très spécifiques en termes de sécurité. Le but de tous les entraîneurs est de s’assurer que tous leurs jeunes savent comment donner les plaquages sans violence excessive. Les arbitres reçoivent une formation chaque année pour être qualifiés», remarque-t-il.

Yves Pellerin affirme que « le rugby est un sport de respect, de gentilhomme et d’honneur». Le président souhaite que ce tragique incident n’empêche pas les jeunes à s’intéresser à ce sport.