Wildcats: un autre honneur pour Jakob Pelletier

Jakob Pelletier n’a pas remporté la coupe du Président, pas plus qu’il n’a soulevé la coupe Memorial. La recrue des Wildcats de Moncton se souviendra pourtant longtemps de ses premiers coups de patin dans la LHJMQ.

Le patineur québécois a connu un succès instantané dans le hockey junior, comme en témoigne son dossier de 23 buts et 61 points en 60 rencontres en 2017-2018. Son brio lui a valu le trophée remis à la recrue de l’année et le prix du choix des partisans, lors du gala annuel des Wildcats, qui a eu lieu 19 mars.

Le numéro 11 a aussi été en nomination pour le trophée Frank-J.-Selke (remis au joueur le plus gentilhomme et efficace) au gala des Rondelles d’Or de la LHJMQ, le 4 avril à Montréal.

Et voilà que le joueur de centre âgé de 17 ans sera en nomination au Gala de l’athlète de Québec, le jeudi 31 mai au Complexe Capitale Hélicoptère.

Pelletier se retrouve dans la catégorie partenaire-coéquipier national, tout comme Élizabeth Giguère (hockey), Alexis Marceau (patinage de vitesse), ainsi que Lori-Anne Matte et Thierry Ferland (patinage artistique).

«Ça fait chaud au coeur. Le fait de voir tes succès récompensés, c’est très plaisant. Même si je ne gagne pas, je prends cette nomination avec grand plaisir», souligne-t-il.

L’attaquant de 5 pieds 8 pouces et de 155 livres a surpris pas mal de monde cet hiver. Le jeune joueur s’est adapté facilement à son nouveau milieu de travail et il a eu un impact immédiat sur sa nouvelle équipe.

«J’ai eu une bonne année. Il n’y a personne qui s’attendait à ce que je connaisse une grosse saison comme ça, moi le premier, affirme-t-il. Je suis arrivé au camp en voulant travailler fort et en me disant que ma place n’était pas gagnée d’avance. J’ai continué avec la même philosophie durant toute la saison. Le fait de jouer avec Jeremy (McKenna) et Mika (Cyr) en partant m’a donné du bagage assez rapidement pour ma confiance.»

«Je ne savais pas trop à quoi m’attendre au camp. Je me suis dit que j’allais juste jouer selon mon style et faire attention aux petits détails. Je suis vraiment content des résultats. En jouant avec les meilleurs (Cyr et McKenna), tu n’as pas le choix de t’améliorer rapidement. J’ai simplement suivi leur exemple. On avait trois petits bonshommes qui travaillaient fort et qui se passaient la rondelle!», rigole-t-il.

Le seul bémol pour lui, c’est la campagne très ordinaire des Wildcats.

«En débutant la saison en force (7-1-2-0), tout le monde s’attendait à ce qu’on finisse l’année dans les cinq meilleures équipes. Mais les blessures à Mika (Cyr) et Anderson (MacDonald) ont changé bien des choses», explique-t-il.

«Mais quand James (Phelan) est arrivé après les Fêtes, il a vraiment fait une grosse différence. Il savait que c’était sa dernière saison et il a vraiment ouvert la machine. Tout le monde l’a suivi. En terminant 14e, ce n’était pas le résultat qu’on voulait. Mais on savait qu’on  pouvait battre Rimouski en première ronde. Il fallait juste que les gars y croient.»

Quand il regarde vers avant, Jakob Pelletier aime beaucoup ce qu’il voit.

«Personnellement, je veux encore connaître une meilleure saison. Je veux devenir un joueur plus complet. Comme équipe, j’aimerais qu’on termine parmi les huit meilleurs pour avoir l’avantage de la glace en séries. Je pense que c’est réaliste d’envisager les grands honneurs. Ça va être une grosse saison pour les Wildcats.»