National de bowling: une équipe à saveur acadienne à Montréal

La délégation néo-brunswickoise en vue du tournoi national de la Fédération canadienne des Dix-Quilles à Montréal, en fin de semaine, aura une saveur acadienne. Les huit membres de l’équipe sont originaires de la Péninsule acadienne.

Plus précisément, elle sera composée de trois athlètes qui évoluent au salon de quille le 300 de Caraquet. Il s’agit d’Annie-Claude Dugas, Gabrielle Albert Saint-Laurent et de Pierre-Luc Jolin.

Ils seront aux côtés de Mia Galuchon, Anthony Fournier, Jason Rousselle, Kimy-Lee Robichaud et Marc-André Gauvin, qui s’entraînent au salon La Quille d’Or de Tracadie.

Dugas, qui en sera à sa dixième participation, misera sur son expérience, mais elle précise que chaque année est différente.

«L’expérience compte pour beaucoup dans ce genre de tournoi. Ça fait en sorte que l’on arrive davantage préparée que les autres.»

Mais il y a un bémol selon elle.

«Le Nouveau-Brunswick n’est pas une grande province de quilles comparativement aux autres qui seront là. On compte moins d’athlètes et on s’entraîne moins souvent qu’eux aussi.»

Annie-Claude se fait tout de même positive et constate que l’équipe s’améliore de plus en plus.

Pour Gabrielle Albert Saint-Laurent, c’est surtout sur le plan personnel qu’elle a constaté une grande amélioration.

«Je suis plus forte dans l’aspect psychologique de mon jeu. Je me suis beaucoup concentrée sur celà dans mes entraînements. Ç’a changé ma façon de jouer et ma façon de voir le jeu.»

L’athlète qui a conservé une moyenne de 215 lors des huit parties de qualification croit que la préparation mentale peut lui éviter plusieurs maux de tête.

«C’est facile aux quilles de se décourager après un mauvais lancer. Ça peut dégénérer rapidement si ton jeu psychologique est affecté», soutient celle qui participe au tournoi pour une deuxième année consécutive.

Par ailleurs, ce sera une première expérience pour Marc-André Gauvin et Kimy-Lee Robichaud.

«Mon but premier est de m’amuser, raconte le jeune athlète âgé de 13 ans. Revenir à la maison avec une médaille ce serait un boni. J’ai hâte de vivre l’expérience. C’est un gros tournoi et c’est agréable de pouvoir y participer.»

Marc-André a une moyenne de 150 par partie et joue maintenant au bowling depuis quatre ans. Il croit devoir améliorer sa concentration pour afficher de bons résultats ce week-end.

«Je travaille sur ma concentration durant les entraînements. Je crois que c’est ce qui va m’aider le plus», assure celui qui ne se met aucune pression supplémentaire sur les épaules.

Pour Kimy-Lee, âgée de 15 ans, le fait de jouer avec des personnes qu’elle connaît et de jouer sur de nouvelles allées sont des facteurs qui pourraient influencer son jeu.

«D’une part, il y a moins de stress quand on joue avec des personnes que l’on connaît, note celle qui a une moyenne d’environ 150 par match. Jouer à différents endroits peut faire une différence.»

Celle qui pratique son sport depuis maintenant six ans explique que les réserves sont sa force et que c’est de cette façon qu’elle parviendra à aller chercher des points importants.

Ce tournoi est dédié aux jeunes quilleurs âgés de 22 ans et moins et opposera huit provinces. L’Ontario (Sud et Nord), le Québec, le Manitoba, la Saskatchewan, l’Alberta et la Colombie-Britannique se joindront à la formation néo-brunswickoise.

Le National est composé de trois compétitions différentes. Le tout commence par une compétition d’équipe qui oppose les équipes masculines et féminines les unes aux autres.

Le deuxième jour, les formations seront divisées en duo et par catégories (junior, bantam, etc.). Enfin, le troisième jour est consacré aux rondes individuelles.

Des médailles sont aussi décernées pour l’ensemble de la compétition. Par exemple, une médaille individuelle est donnée au joueur qui fera tomber le plus de quilles au total.