Casey Fox tourne la page des Wildcats

Casey Fox est un battant. Ça prend bien plus qu’un petit obstacle de rien du tout pour le faire dérailler. Quand les Wildcats de Moncton ont décidé de le libérer, jeudi, le hockeyeur d’Edmundston a décidé de tourner la page rapidement et d’amorcer le prochain chapitre de sa carrière.

Le patineur âgé de 20 ans est certainement déçu, mais pas du tout amer. En fait, il est reconnaissant envers l’organisation des Wildcats de lui avoir donné la chance de vivre son rêve de jouer dans la LHJMQ.

«Je m’en attendais un peu. Mais ça ne me dérange pas. Mon plan cette saison est d’aller dans le junior A et de connaître une grosse saison», affirme le joueur de centre.

Fox avait entrepris la campagne 2017-2018 avec les Aces de St. Stephen, dans la Ligue de hockey des Maritimes.

Il avait été rappelé par la direction des Wildcats à la mi-saison et on a rapidement déterminé que son utilité justifiait de le garder à Moncton pour le reste de la campagne.

Fox a vu son temps de glace augmenter considérablement en fin de saison, notamment à cause de quelques blessures.

Le patineur acadien en a pleinement profité, se retrouvant même sur le premier trio de l’équipe en séries face à l’Océanic de Rimouski et l’Armada de Blainville-Boisbriand.

En 27 rencontres de saison régulière, il a présenté une fiche de 3-1=4.

Au moment de son rappel par les Wildcats, Fox connaissait une excellente saison avec les Aces de St. Stephen, comme en témoigne son dossier de 11-14=25 en 28 rencontres.

Même s’il a quitté en cours de saison, il a tout de même terminé au quatrième rang des meilleurs pointeurs de l’équipe et deuxième meilleur buteur.

«C’est un peu décevant, mais j’ai vécu une très belle expérience et j’en remercie les Wildcats. Il y a plein de choses excitantes qui s’en viennent pour moi», souligne-t-il.

Casey Fox appartient présentement aux Tigres de Campbellton, mais il aimerait bien terminer son stage junior près de chez lui, soit avec le Blizzard d’Edmundston ou la nouvelle formation des Rapides de Grand-Sault.

«Je veux me concentrer sur mes études en criminologie (il amorcera sa deuxième année à l’Université de Moncton), et en ce sens, ça m’aiderait si je pouvais jouer à la maison. Je veux connaître une grosse saison pour aller jouer au niveau universitaire ensuite. Ç’a toujours été mon but depuis que je suis jeune.»

Cela dit, l’athlète de 5 pieds 11 pouces et de 160 livres ne dira pas non aux Wildcats s’ils songent à le rappeler en cours de route.

«Je ne suis pas frustré. Ce fut vraiment une année de rêve pour moi. Ce n’est pas parce que les Wildcats m’ont libéré et que je ne jouerai pas junior majeur que les portes du hockey universitaire vont se fermer pour moi.»