Lutte: Annabelle Boudreau sur les traces de Geneviève Haley

Elle a beau ne mesurer que 5 pieds et posséder une petite voix cristalline qui trahit immédiatement son statut d’adolescente, ne vous laissez pas tromper. Annabelle Boudreau, du moins l’athlète, est dotée d’une maturité impressionnante malgré ses jeunes 16 printemps.

Depuis quelques années, la jeune lutteuse de Beresford collectionne les médailles à un rythme infernal. Et cela, autant sur la scène néo-brunswickoise que canadienne.

Rien que depuis deux ans, son curriculum sportif au niveau national comprend une médaille d’or dans la division cadet aux Championnats canadiens de 2016, un podium d’or dans la même division d’âge en 2017 et une médaille d’or à sa première tentative chez les juvéniles en avril. Ajoutez à cela une belle médaille de bronze aux derniers Jeux du Canada présentés à Winnipeg en 2017.

Au niveau international, elle a pris part aux Championnats panaméricains dans la division cadet, toujours en 2017.

Annabelle Boudreau

Il y a quelques semaines, son entraîneur Michel Côté a dit de sa jeune protégée qu’elle lui rappelait grandement Geneviève Haley, une ancienne lutteuse de l’École secondaire Népisiguit de Bathurst (ÉSN) qui a connu une belle carrière internationale par la suite.

«J’irais même jusqu’à dire qu’elle a possiblement un meilleur potentiel athlétique que Geneviève, a révélé Côté. Son potentiel est illimité. Annabelle veut prendre part aux Olympiques de 2024 et je crois qu’elle peut y arriver.»

En passant, rien ne fait plus plaisir à Annabelle que d’être comparée à Geneviève Haley.

«C’est une idole pour moi. J’aimerais suivre ses traces», dit-elle en laissant échapper un petit rire nerveux.

Annabelle Boudreau a commencé à pratiquer la lutte lorsqu’elle était en huitième année. Cette sportive accomplie, pourtant toute frêle, est immédiatement tombée amoureuse de ce sport de combat.

Par le passé, elle a pratiqué la gymnastique, le frisbee ultime, le tennis, l’athlétisme, la natation, le cross-country et quelques autres sports dont le soccer, qu’elle pratique encore aujourd’hui avec l’équipe de son école, ainsi que le CrossFit.

«Tous ces sports m’ont aidée pour la lutte, confie-t-elle. Le soccer, par exemple, m’a permis de développer des réactions qui m’aident à faire certains mouvements en lutte. La course, elle, m’aide beaucoup pour mon cardio. Chaque sport m’a aidée.»

Cet été, afin de se préparer pour sa dernière saison juvénile, Annabelle Boudreau se dirigera vers l’Université Concordia, à Montréal, afin de parfaire sa technique. Cette institution scolaire lui fait d’ailleurs déjà de l’oeil afin qu’elle intègre l’équipe universitaire une fois sa 12e année à l’ÉSN complétée.

«Il y a des chances que ce soit là que j’aille. En fait, je n’ai pas encore pris ma décision, avoue-t-elle. D’ici mon camp à Concordia, je veux travailler sur ma force en levant des poids et aussi sur mon cardio.»

«Je ne veux pas nécessairement changer de catégorie de poids, je veux seulement être plus forte. Au cours de la prochaine année, même si mon calendrier de compétition n’est pas encore planifié, j’aimerais essayer un tournoi senior. Ce serait intéressant», ajoute celle qui sera la fille à battre chez les -49 kilos sur la scène nationale.