Des Acadiens d’adoption à l’heure du foot!

À compter de jeudi, les yeux des amateurs de soccer de la planète seront rivés sur la Russie pour la Coupe du monde 2018. À Moncton, ils seront nombreux à suivre le déroulement du plus gros événement après les Jeux olympiques. Petite rencontre avec des gens du Maroc, de la France et du Sénégal qui suivront les matchs depuis leur Acadie d’adoption.

Talla Ndour est arrivé au Canada en 2012. Comme membre de l’équipe nationale du Sénégal, il avait participé à la Coupe du monde de football de plage en France en 2008.

L’Acadien d’adoption voit de belles choses de l’équipe de son pays d’origine.

«Je pense que le Sénégal pourrait se rendre au minimum en quart de finale. Mais je ne les vois pas aller au-delà de ça, parce qu’on n’a pas vraiment les moyens de battre certaines équipes», raconte celui qui a porté les couleurs de son pays de 2008 à 2012.

«Nous allons voir une équipe qui va jouer plus en défensive, et qui va attendre les occasions en contre-attaque», analyse-t-il.

Taha Maarous, lui, portera fièrement le gilet de l’équipe du Maroc.

«Je pense que le Maroc va être la surprise de la Coupe du monde», affirme le président de Soccer Dieppe.

«Le nouvel entraîneur a une approche plus humaine, qui est basée sur l’esprit d’équipe. On a un groupe qui est très soudé. Ce n’était pas le cas en 1998 (la dernière fois que le Maroc a pris part à l’événement)», ajoute-t-il.

«Les joueurs ont des liens très étroits avec le Maroc et ils veulent représenter leur pays, même s’ils évoluent dans des équipes européennes ou sud-américaines. On a également beaucoup de talent individuel, plusieurs joueurs de haut niveau.»

Celui qui dirige l’équipe provinciale U-15 féminine pense que le Maroc pourra également obtenir le meilleur résultat de son histoire, soit une place en quart de finale.

«On a un des groupes les plus dangereux et les plus difficiles de la Coupe du monde, avec l’Espagne, le Portugal et l’Iran. Mais après 20 ans d’absence, c’est le moment où nous devons rêver d’un quart de finale.»

Le Français Thomas Raffy se dit optimiste de voir les Bleus se faufiler au moins jusqu’au carré d’as en Russie.

«La France arrive à cette Coupe du monde avec une équipe très jeune. C’est une équipe qui offre de la rapidité, avec des grandes attentes. Nous avons plusieurs joueurs reconnus à l’échelle internationale», mentionne le président du Conseil économique du Nouveau-Brunswick.

Le passionné de foot est également le vice-président de Soccer Nouveau-Brunswick et l’entraîneur de l’équipe masculine U-12 de Codiac Soccer à Moncton.

«La France doit miser sur ses forces et avoir un mental à toute épreuve. C’est une équipe qui n’a pas beaucoup d’expérience, mais qui doit se fier à ses talents tactiques et techniques. Parfois, il ne faut pas trop réfléchir, il faut laisser le talent parler.»

Khalid Mrizek sera aussi dans coin du Maroc.

«Je pense que nous avons une belle équipe, mais il faut quand même être raisonnable dans nos attentes. Il y a des équipes meilleures que nous», reconnaît celui qui est en Acadie depuis 17 ans.

«On espère que la chance sera de notre côté cette année. On espère qu’ils vont se rendre un petit peu plus loin que les quarts de finale, avance-t-il. C’est une équipe jeune, dynamique. Il y a aussi une bonne communication entre les joueurs.»

Kader Jabri fait aussi également de l’importante communauté marocaine à Moncton.

«On reste optimiste. On aimerait avoir de bons résultats. Ça fait très longtemps qu’on n’a pas participé à la Coupe du monde (1998) et j’aimerais qu’on puisse un peu redorer le blason du Maroc sur la scène internationale.»

Tous des gens qui vont vivre à l’heure du foot pour les quatre prochaines semaines.