Dossier – de l’Acadie aux portes de la LNH (1ère partie)

L’Acadie Nouvelle vous présente aujourd’hui le premier d’une série de quatre reportages du journaliste Stéphane Paquette portant sur la situation des joueurs de hockey acadiens repêchés par la LNH depuis 2003.

Quand Luc Bourdon a été repêché par les Canucks de Vancouver en juin 2005, plusieurs croyaient que sa venue dans la LNH ouvrirait toutes grandes les portes du hockey professionnel à d’autres jeunes joueurs acadiens et qu’il serait une inspiration pour toute une génération d’athlètes. Dix ans après sa mort, il faut malheureusement constater que ce ne fut pas le cas.

La question est facile à poser, les réponses beaucoup moins évidentes.

La plupart des gens interrogés ont leur petite idée sur la question, mais sont incapables de mettre le doigt sur le bobo.

Certains parlent du bassin de joueurs et de la population, d’autres du calibre de jeu.

Les plus téméraires osent avancer le caractère même de plusieurs joueurs acadiens, qui préfèrent rester à la maison plutôt que de s’expatrier à l’autre bout du monde pour jouer au hockey.

Mais tous s’entendent sur un point: il y a du progrès.

Le championnat canadien (la Coupe Telus) remporté par les Islanders du Cap-Breton Ouest il y a deux ans et la belle prestation des Flyers de Moncton il y a quelques semaines à  Sudbury sont des exemples de cette évolution.

Le recruteur des Blue Jackets de Columbus, Stéphane LeBlanc, avoue ne pas avoir de réponse précise pour expliquer le phénomène.

«C’est une question que je me pose moi-même, à savoir pourquoi on n’a pas plus de joueurs du Nouveau-Brunswick qui évoluent dans la LNH. J’ai de la misère à croire que les jeunes manquent d’inspiration. Il y en a plein qui jouent dans le junior majeur. On a trois gars de la région de Halifax qui sont parmi les meilleurs de la LNH (Sidney Crosby à Pittsburgh, Nathan MacKinnon au Colorado et Brad Marchand à Boston)», souligne-t-il.

«Il n’y a aucune raison pour un joueur de l’Acadie, du Nouveau-Brunswick ou des Maritimes de croire que la Ligue nationale de hockey n’est pas accessible pour lui. Il n’y a aucune excuse. Je pense que les gars des Maritimes occupent une place de plus en plus grande dans la LHJMQ. Regarde seulement le Titan d’Acadie-Bathurst, qui vient de gagner la coupe Memorial avec plein de gars d’ici (11).»

Le calibre de jeu qu’on dit inférieur dans le midget AAA est-il responsable de la pénurie?

«C’est possible que ce soit une partie de la réponse. Sauf que souvenez-vous quand les premières équipes sont allées participer à des tournois au Québec. Elles se faisaient manger tout rond et ne gagnaient jamais un match», raconte l’ancien recruteur des Sea Dogs de Saint-Jean.

«Aujourd’hui, les équipes d’ici commencent à avoir du succès dans ces événements-là. C’est vrai que le calibre du midget AAA est plus fort au Québec. Sauf qu’on a beau dire que le bassin de joueurs est limité, est-ce qu’il y a en a eu des bons joueurs qui sont sortis d’une petite province comme l’Île-du-Prince-Édouard, par exemple?»

Depuis 2003, on peut effectivement penser à Danny Stewart (Rimouski), Nathan Saunders (Moncton), Logan MacMillan (Halifax), Randy Cameron (Moncton), Chris Doyle (Île-du-Prince-Édouard), Brandon Gormley (Moncton), Morgan Ellis (Cap-Breton), Brent Andrews (Halifax) et Spencer Smallman (Saint-Jean).

«Si on prend l’exemple du baseball, j’ai de la misère à comprendre pourquoi, à un certain moment, on avait Rhéal Cormier, Matt Stairs et Jason Dickson dans les majeures, et depuis, plus rien. Au hockey, le seul qu’on a présentement, c’est Jake Allen. Je pose souvent la question à d’autres recruteurs et personne ne peut me donner de réponses.»

Quelle est donc la solution?

«Les gens du hockey mineur ont essayé différentes choses. Avant, il y avait moins d’équipes bantam AAA, maintenant il y en a plus. Et pourtant, on ne produit pas plus de joueurs pour le hockey professionnel», fait-il remarquer.

«Quelque part, je pense que ce sont les joueurs qui ont la réponse. Je les vois s’entraîner au gymnase comme des malades à seulement 12, 13 ou 14 ans. Ils se préparent déjà pour jouer au hockey professionnel, mais on ne voit pas encore le résultat.»

– Demain, un aperçu des Acadiens choisis au repêchage de la LNH et combien ont évolué dans le circuit Bettman.

 

Joueurs acadiens repêchés dans LNH depuis 2003

Année Ronde Rang Nom Équipe Équipe junior

2003 8e 251 Mathieu Melanson Minnesota Chicoutimi

2004 5e 161 Jean-Claude Sawyer Minnesota Cap-Breton

2004 6e 168 Kevin Cormier Phoenix Halifax

2004 7e 198 Justin Vienneau Columbus Shawinigan

2005 1er 10 Luc Bourdon Vancouver Val-D’Or

2007 7e 197 Michael Ward Tampa Bay Lewiston

2008 2e 54 Patrice Cormier New Jersey Rimouski

2008 4e 110 Kelsey Tessier Colorado Québec

2011 1er 8 Sean Couturier Philadelphie Drummondville

2012 7e 208 Justin Haché Phoenix Shawinigan