Le Selke échappe à Sean Couturier

Le trophée Frank-Selke, remis au meilleur attaquant défensif de la LNH, a échappé à Sean Couturier. L’Acadien d’adoption des Flyers de Philadelphie a vu Anze Kopitar, des Kings de Los Angeles, l’emporter pour une deuxième fois.

Le Slovène âgé de 30 ans, qui a gagné ce prix en 2016, a connu sa meilleure saison offensive en carrière avec 35 buts et 92 points en 82 matchs, en plus de montrer un différentiel de plus-21 et 54,1% au cercle des mises en jeu.

L’autre nominé était Patrice Bergeron, des Bruins de Boston. Âgé de 32 ans et un ancien du Titan d’Acadie-Bathurst, il a mis la main sur cet honneur après ses conquêtes de 2012, de 2014, de 2015 et de 2017, en plus d’être en nomination pour une septième année consécutive. En 63 rencontres, le no 37 a montré une fiche de 30 buts et 63 points, en plus d’un différentiel de plus-21. Il a encore été un meneur au chapitre des mises en jeu (57,3%) en 2017-2018.

Quant à Couturier, le centre âgé de 25 ans a connu une campagne de rêve avec 31 buts et 76 points, avec un plus-34 à son dossier. Il a aussi gagné 52,8% des mises en jeu auxquelles il a pris part.

«C’est un formidable honneur de voir ses efforts être récompensés, a commenté Couturier. Vous ne jouez pas pour recevoir des trophées, mais c’est agréable de voir qu’on apprécie ce que vous faites. Uniquement que de me retrouver dans la même catégorie que Patrice et Anze, c’est un superbe honneur», a-t-il déclaré au journaliste Robert Laflamme, de LNH.com, avant la cérémonie.

Bergeron a eu de bons mots pour le no 14 des Flyers, qu’il a côtoyé en 2002-2003 à sa seule saison chez le Titan, alors que le père de Sean, Sylvain Couturier, était l’adjoint de l’entraîneur-chef Réal Paiement.

«C’est drôle parfois comment c’est un petit monde, comme on dit, a fait remarquer le vétéran joueur de centre des Bruins de Boston à LNH.com. Sean était indéniablement doué, mais on ne pouvait pas prédire où ça l’amènerait. C’est particulier que nous soyons en nomination ensemble.»

Dans l’histoire de la Ligue nationale de hockey, seulement trois Néo-Brunswickois ont pu mettre la main sur un trophée. Gordie Drillon, de Moncton, a gagné le Art-Ross (meilleur pointeur) et le Lady-Bing (joueur le plus gentilhomme) en 1938, alors que Danny Grant, de Fredericton, a remporté le trophée Calder (recrue de l’année) en 1969.

La gardien Roland Melanson, de Shediac, a partagé le trophée W.-M.-Jennings avec Billy Smith en 1983 alors que les deux portiers des Islanders de New York avaient accordé le moins de buts en saison régulière, en route vers leur quatrième coupe Stanley consécutive.

Un autre ancien porte-couleurs du Titan d’Acadie-Bathurst, le gardien Roberto Luongo, des Panthers de la Floride, était parmi les finalistes du trophée Bill-Masterton, à la suite de son engagement qui a suivi la tragédie de l’école secondaire du quartier Parkland, tout près d’où il habite. Le centre Brian Boyle, des Devils du New Jersey, un ancien choix au repêchage du Titan d’Acadie-Bathurst, a récolté cet honneur, après avoir vaincu le cancer et composé avec la santé fragile de son fils.

La LNH a profité de la soirée afin d’honorer les survivants du tragique accident d’autobus des Broncos de Humboldt, en avril.