Mika Cyr attire l’attention des Coyotes de l’Arizona

Mika Cyr est le premier à l’avouer. Il avait des papillons dans l’estomac quand il a sauté sur la glace pour ses premiers coups de patin dans l’uniforme des Coyotes de l’Arizona. Même si le joueur acadien a toujours été un fervent partisan des Canadiens de Montréal, il dit n’avoir aucun problème à changer d’allégeance.

Le numéro 24 des Wildcats de Moncton a reçu une invitation pour participer à son tout premier camp (de développement) de la LNH, quelques jours après avoir été ignoré lors du repêchage de samedi à Dallas.

S’il s’attendait à ne pas entendre son nom lors de ce rendez-vous attendu par tous les jeunes hockeyeurs, Cyr affirme qu’il a bondi de joie quand son agent (Nicola Riopel) lui a confirmé l’intérêt des Coyotes.

«Ils ont dit à mon agent qu’ils voulaient vraiment m’avoir à leur camp si je n’étais pas repêché par une autre équipe. Je savais que mes chances d’être sélectionné étaient minces parce que j’ai joué seulement la moitié de la saison (il a récolté 40 points en 44 rencontres)», raconte-t-il, quelques instants avant le grand moment.

«Mais au moins, ça finit bien avec cette invitation. Ils ont vu quelque chose en moi et c’est le fun qu’ils me donnent une chance. Je ne pourrais pas plus être content que ça», avance-t-il.

Le joueur originaire de Sainte-Anne-de-Madawaska revient de loin, lui qui a raté la majeure partie de la saison en raison de blessures au genou et à l’épaule.

«Je me disais que c’était encore possible, mais c’est certain que les blessures ne m’ont pas aidé. Que je sois là comme joueur repêché ou non, ça n’a aucune importance. On voit de toute façon de plus en plus de joueurs qui ne sont pas repêchés qui finissent par signer un contrat.»

Le joueur de centre âgé de 18 ans espère profiter de son passage à Phoenix pour ouvrir d’autres portes.

«Si je joue bien pendant toute la saison, l’an prochain, il n’y aura pas que les Coyotes qui vont pouvoir m’offrir un contrat. D’autres équipes vont peut-être aussi s’intéresser à moi. La porte sera ouverte, mais pour le moment, je suis un Coyote et je vais tout faire cette semaine pour les impressionner.»

Joint tout juste avant sa première séance d’entraînement avec les Coyotes, Mika Cyr semblait confiant.

«C’est un peu stressant et énervant, mais quand j’aurai fait trois ou quatre tours de la patinoire avec une rondelle, je vais être bon», affirme-t-il.

«Je m’attends à du hockey plus rapide, parce que ce sont de bons joueurs qui arrivent de partout. Ça va être vraiment plaisant de voir comment je peux me comparer à eux. Je veux leur montrer que ce n’est pas parce que je suis petit (5 pieds 9 pouces et 175 livres) que je vais jouer petit. Je veux leur prouver que je suis capable de rivaliser avec tout le monde.»

Peu importe ce qui va se produire cette semaine, le patineur acadien a bien l’intention d’en savourer chaque instant.

«Quand j’étais petit, j’imaginais sauter sur une glace de la LNH avec les Canadiens de Montréal et jouer pour eux. Ça va être la même affaire, sauf que je vais avoir un chandail des Coyotes sur le dos!»

Cyr ne sera pas seul en Arizona puisque son coéquipier Jeremy McKenna l’accompagne, tout comme ses bons amis Kelly et Kevin Klima, des Saguenéens de Chicoutimi.

Le nom du fin marqueur s’ajouter à une longue liste d’anciens Wildcats qui sont passés par l’Arizona, dont le gardien Louis Domingue, le défenseur Brandon Gormley et l’attaquant Conor Garland.

Deux autres joueurs de Darren Rumble ont aussi reçu des invitations semblables, soit Jonathan Aspirot (Sénateurs d’Ottawa) et Anderson MacDonald (Wild du Minnesota).