Deux nouveaux records canadiens pour Patty Blanchard

Les décennies ont beau s’accumuler, nous avons l’impression d’en apprendre toujours un peu plus sur Patty Blanchard chaque fois qu’elle chausse ses espadrilles pour une compétition. En fin de semaine, lors des Championnats provinciaux d’athlétisme présentés au Stade Moncton 2010, nous avons découvert que Patty ne souffrait aucunement de triskaïdékaphobie, qui consiste à avoir une phobie du chiffre 13. La preuve, elle a anéanti deux records canadiens chez les 60 à 64 ans avec le dossard numéro 13.

Samedi après-midi, la Dieppoise a d’abord amélioré la marque du 1500m avec un chrono de 5m24s77c.

L’ancien record était la propriété de l’Ontarienne Rita Quibell qui, en août 2016, avait franchi la distance en 5m35s80c. C’est donc dire qu’elle a retranché 11s04c sur l’ancienne marque.

Puis, dimanche matin, Blanchard a carrément foudroyé le record canadien du 3000m en survolant la piste en 11m37s78cm, envoyant ainsi aux oubliettes le temps de 12m46s39c de la Britanno-Colombienne Wendy Armstrong-Taylor qui datait de mai 2016. Là, c’est pas moins d’une minute et presque neuf secondes qu’elle a biffé au record. C’est énorme.

Sur sa page Facebook, Patty y est d’ailleurs allée d’une petite confidence au sujet de son numéro de dossard.

«Quand j’ai eu mon numéro, le directeur de la course Gabriel LeBlanc a dit:  »Oh non, c’est le numéro 13! » J’ai répondu:  »Génial, c’est mon numéro chanceux! ».

«Je n’ai jamais été superstitieuse, dit-elle. Dans le passé, jamais le numéro 13 ne m’a porté malchance et je le considère donc comme un numéro chanceux.»

Pour elle, il s’agit de ses quatrième et cinquième records canadiens depuis qu’elle a franchi le cap de la soixantaine.

Elle s’est aussi appropriée le record du demi-marathon (1h33m21s) à Lowell, dans l’État du Massachusetts, en octobre, le record du 1500m en salle (5m26s66c), à Oromocto, en février, de même que la marque du 15 km sur route (1h05m17s) au Gasparilla de Tampa Bay, également en février. Et c’est sans compter qu’elle a aussi amélioré le record du 10 km sur route (42m31s), en mai, à Fredericton.

«Je savais que j’avais des chances de battre les records du 1500m et du 3000m en fin de semaine, mais pas autant. Ç’a été deux très belles surprises. Pour le 3000m, je courais en compagnie de jeunes filles âgées de 16 et 17 ans qui étaient un peu trop rapides pour moi. Ç’a fait en sorte que j’ai trouvé que j’avais commencé trop vite à mon goût, mais les jeunes m’ont quand même beaucoup aidée à maintenir un bon rythme. J’ai franchi mon premier kilomètre en 3m45s et j’ai trouvé que c’était très rapide. Pour le deuxième kilomètre, j’ai ralenti ça à un rythme de 3m55s. C’est alors que j’ai réalisé que j’allais non seulement battre le record, mais par beaucoup», raconte-t-elle.

«Ça faisait quand même plusieurs années que je n’avais pas pris part à une compétition d’athlétisme à l’extérieur», poursuit-elle.

Mais au-delà du numéro 13, il y a surtout le fait que l’athlète âgée de 60 ans (elle en aura 61 en septembre) affiche une condition physique exemplaire.

«Je suis tellement contente de mon week-end, mentionne-t-elle. Je me sens en grande forme et je n’ai pas de bobos. Ça me donne beaucoup de confiance pour les Mondiaux d’athlétisme des vétérans de Malaga en Espagne (5 au 16 septembre).»

Un objectif de trois médailles à Malaga

La dernière fois que Patty Blanchard a pris part aux Mondiaux d’athlétisme des vétérans remonte à 2011, alors que la compétition avait été présentée à Sacramento, dans l’État de la Californie.

Elle y avait remporté des médailles de bronze au 1500m  et au 5000m, en plus d’avoir pris le quatrième rang au 800m.

Cette fois-ci, aux Mondiaux de Malaga en Espagne (5 au 16 septembre), elle vise une médaille dans chacune de ces trois épreuves.

Dans les deux plus courtes distances (800m, 1500m), Patty devra particulièrement se méfier de l’Américaine Lesley Hinz, de même que de la Sud-Africaine Liz Alexander. Pour ce qui est du 5000m, l’Américaine Christine Kennedy et la Néo-Zélandaise Christine Adamson seront ses principales rivales.

«L’idée, à Malaga, est davantage d’aller chercher des podiums que des records. Je m’attends à ce que ce soit surtout des courses stratégiques», soutient-elle.

«J’ai d’ailleurs plusieurs entraînements à venir dans ces trois disciplines, indique-t-elle. J’ai la chance de courir en compagnie de Hans Laltoo (5000m) et Mary-Beth Tower-Jaillet (800m et 1500m), ainsi que quelques membres de la famille Gautreau, Jacques, Jean-Guy et Josette. Bien sûr, tout se fait sous la supervision de Marc (Beaudoin, son conjoint et son entraîneur). Ils m’aident tous beaucoup.»

En plus de ses entraînements, elle prendra part à plusieurs compétitions au cours des prochaines semaines, dont la 9e Classique Hub City qui aura lieu samedi au Stade Moncton 2010. Parmi les autres courses, on la verra, entre autres, au 5 km Run for Renee de Quispamsis (22 juillet), aux Championnats canadiens des vétérans à Surrey, en Colombie-Britannique (3 au 5 août), et au Miramichi Mile (19 août).

«Ce samedi, je vais participer à mon premier 800m de la saison et je vais tenter de battre le record canadien. On verra bien», lance-t-elle.
Le record canadien dans son groupe d’âge, qui est de 2m40s58s, appartient à la Britanno-Colombienne Diane Palmason depuis août 2000.

À noter que Marc Beaudoin prendra part à deux épreuves à Malaga, soit le 5000m et le 10 km sur route.