Volleyball: une «grosse fin de semaine» attend deux Acadiens

Deux Acadiens ont réussi à se tailler une place au sein d’Équipe Atlantique U-18 qui prendra part à la Coupe Canada de volleyball à compter de ce jeudi au Olympic Oval de Richmond, en Colombie-Britannique. L’un est un centre de 6 pieds 9 pouces appelé Liam Zinck, l’autre est un attaquant de puissance de 6 pieds répondant au nom de Guillaume Simard.

Zinck, qui a également pratiqué le basketball et le football à l’école L’Odyssée de Moncton, dit se concentrer désormais uniquement sur le volleyball.

En raison de sa taille, vous aurez compris que Zinck excelle près du filet.

«Je suis encore en apprentissage, mais ma grandeur me permet de faire de bons blocs et de bonnes attaques», mentionne le jeune athlète âgé de 17 ans, qui entamera dans quelques semaines sa 12e année scolaire.

Zinck ne cache pas qu’il souhaite attirer l’attention d’une université, voire le programme national.

«C’est une grosse fin de semaine qui nous attend, révèle le Monctonien. Nous visons tous la reconnaissance d’une université ou encore une invitation dans le programme national. Pour ma part, j’ai bien l’intention de jouer à mon meilleur.»

Simard a lui aussi des objectifs élevés.

«J’aimerais bien me faire observer par une université ou un collège, dit-il. En tout cas, c’est le bon endroit pour que ça arrive. Il va y avoir plusieurs recruteurs là-bas pour ce tournoi.»

Le jeune athlète de Bathurst, qui n’est âgé que de 16 ans, est reconnu pour son intelligence sur la surface de jeu.

«Je crois que je lis bien le jeu, affirme-t-il. Même si je ne suis pas si grand, j’anticipe bien l’action et ça me permet d’éviter les blocs quand je fais une attaque.»

Contrairement à Zinck, qui ne pratique le volleyball de façon sérieuse que depuis trois ans, Simard a déjà plus de six ans d’expérience derrière la cravate. Il a d’ailleurs pris part au Championnat de l’Est canadien l’an dernier avec l’équipe provinciale. Il a aussi représenté trois fois la région Chaleur aux Jeux de l’Acadie, dont deux fois dans l’équipe de volleyball. Il a d’ailleurs fait partie de l’équipe gagnante lors de la finale de 2015 à Charlottetown.

Les deux amis ont obtenu leur place dans l’équipe Atlantique à la suite d’un camp de cinq jours à Wolfville, en Nouvelle-Écosse. Des 15 joueurs présents, 10 ont été sélectionnés. Depuis, la sélection poursuit sa préparation de façon intense à raison de deux entraînements par jour.

«Nous allons avoir un club bien balancé, estime Zinck. Nous avons disputé un match contre des joueurs de l’Université Dalhousie et j’ai remarqué que nous n’abandonnons jamais. Nous ne baissons pas la tête facilement. Nous avons un bon groupe et nous devrions bien nous arranger dans ce tournoi.»

«Je n’ai jamais joué avec un groupe aussi talentueux, indique pour sa part Simard. Même si ça ne fait qu’un peu plus d’une semaine que nous sommes ensemble, nous avons déjà développé une bonne chimie.»

Être à la hauteur, souhaite Henri Mallet

Jusqu’à l’an dernier, les provinces de l’Atlantique envoyaient normalement leur propre équipe masculine à des compétitions nationales. Ce ne sera désormais plus le cas et Henri Mallet, l’entraîneur-chef de cette première formation regroupant la crème des volleyeurs de moins de 18 ans, est le premier à s’en réjouir.

«Ça faisait quelques années qu’ils en parlaient, affirme celui qui dirige aussi le club universitaire des Tommies de l’Université St. Thomas de Fredericton. Ça permet non seulement à nos meilleurs joueurs de jouer avec un groupe plus compétitif, mais ça fait aussi en sorte que les tournois nationaux seront plus relevés.»

«Notre objectif pour cette année est d’être à la hauteur. C’est certain que nous serions très heureux de nous retrouver sur le podium, mais nous ne connaissons pas la force des autres clubs qui seront présents. Et puis, il ne faut pas oublier que nous aurons une équipe relativement jeune. J’ai six joueurs qui seront éligibles pour être de retour au tournoi de l’année prochaine», ajoute Henri Mallet.

Équipe Atlantique U-18 fera partie du groupe K en division 1 en compagnie du Black de l’Ontario, de la Saskatchewan et de l’Alberta U-17. Dans le groupe L, on retrouvera le Select de la Colombie-Britannique, le Red de la Colombie-Britannique, le Manitoba et le Québec.

Une seule autre équipe des provinces maritimes prendra part à la Coupe Canada, soit l’équipe féminine de la Nouvelle-Écosse en première division.

Le tournoi prend son envol jeudi et se poursuivra jusqu’à dimanche avec la présentation des finales.