Coupe Canada de football U-18: des progrès malgré les défaites

Le Nouveau-Brunswick est loin d’être une puissance en football mineur à l’échelle canadienne. Sauf que les progrès des jeunes athlètes d’ici au cours des dernières années sont indéniables. Il n’y a qu’à voir le nombre de joueurs qui ont paraphé des ententes avec différentes universités récemment, des gars comme David Patry (Mounties de l’Université Mount Allison) ou Benoît Cormier (X-Men de l’Université St. Francis Xavier).

Il ne fallait pas s’attendre à ce que notre équipe provinciale casse la baraque au tournoi annuel de la Coupe Canada U-18, qui se déroule présentement à Calgary, en Alberta.

La défaite de 56 à 0 contre le Québec en lever de rideau (lundi) en est une preuve évidente.

Sauf que la seule façon de s’améliorer, c’est en se mesurant aux meilleurs. Les jeunes de l’entraîneur Chris Hopkins l’ont d’ailleurs très bien compris.

«C’est un honneur énorme de pouvoir représenter ma province et de représenter l’Acadie sur la scène nationale. Jouer à ce niveau, c’est une belle occasion pour moi de devenir un meilleur joueur de football», mentionne le demi défensif André Hyslop, qui porte le numéro 45 au sein d’Équipe N.-B.

L’un des représentants des Olympiens de l’école L’Odyssée de Moncton – les autres étant Déo Précieux et Devin Niles – en est à une seconde expérience avec la formation provinciale, puisqu’il avait participé au tournoi national en 2017 à Wolfville, en Nouvelle-Écosse.

«Je trouve qu’on est de plus en plus compétitifs et vous pouvez être assurés qu’on va être prêt à affronter l’équipe de la Colombie-Britannique (jeudi). Je pense qu’on peut encore s’améliorer comme groupe», indique l’athlète âgé de 17 ans.

Même la cuisante défaite face au Québec n’a pas réussi à miner son enthousiasme.

«On savait qu’ils allaient avoir une équipe très forte et très combative. Ils ne sont pas champions en titre pour rien. Je suis très fier de la façon dont nous avons joué comme équipe. On s’est aligné devant eux et on était prêt à nous battre jusqu’à la fin.»

Selon lui, les deux équipes se valaient du côté technique. La différence, c’était la taille imposante des footballeurs québécois.

«On n’a jamais arrêté et on n’a pas ralenti jusqu’au sifflet final. Je ne pourrais pas être plus fier de mon équipe. On a donné le maximum. Le succès, ça prend parfois du temps. Juste le fait d’affronter les meilleurs joueurs du Canada, ça nous permet de progresser.»

Une opinion que partage entièrement son collègue des Matadors de l’école Mathieu-Martin de Dieppe, Xavier Malone.

«On a appris de nos erreurs dans le match contre le Québec. On s’attend à être plus compétitifs contre la Colombie-Britannique. On se sent mieux préparés et on a plus confiance. Je pense que c’est possible d’aller chercher une victoire contre eux», raconte le demi défensif de 6 pieds et de 180 livres qui endosse le chandail no 30.

«Je suis fier d’être le seul joueur de Mathieu-Martin qui a été choisi dans l’équipe. C’est très spécial pour moi.»

Peu importe l’allure que prendra le tournoi pour l’équipe du Nouveau-Brunswick, les jeunes joueurs vont rentrer au bercail avec une expérience et une fierté qui leur seront fort utiles au cours de la prochaine saison de football scolaire.