Fitness: deux belles surprises pour Stéphanie Bellavance

Stéphanie Bellavance a beau s’entraîner depuis des années, même dans ses rêves les plus fous elle ne croyait pas vraiment en ses chances de remporter une médaille à des Championnats canadiens de fitness. Non seulement la Saint-Quentinoise est parvenue à se hisser sur la première marche du podium, mais elle l’a fait deux fois dans deux compétitions différentes le même jour.

Un exploit peu commun que Stéphanie Bellavance a réalisé le 12 mai à l’Université Concordia de Montréal. En fait, c’était même plutôt inattendue de la part d’une athlète qui s’était contentée de la deuxième position trois semaines plus tôt lors des Championnats de l’Atlantique présentés à Moncton.

Elle a triomphé dans la classe ouverte et aussi dans l’épreuve naturelle, où les participantes doivent passer un test de dépistage de drogue.

«Quand j’ai commencé à faire de la compétition il y a trois ans, mon objectif était de prendre part au moins une fois dans ma vie à des championnats canadiens. Je n’avais absolument rien planifié avant de me présenter à Montréal. Même si je suis quelqu’un qui a beaucoup confiance en elle, dans ma tête c’était impossible de faire un top-3 canadien», affirme la jeune femme âgée de 32 ans.

«Ç’a donc été une grande surprise de remporter ces deux compétitions. J’en suis vraiment très fière. Ce qui est un peu drôle dans tout ça est que le juge en chef, qui est de renommée mondiale, était le même qu’à Moncton, soit l’Ontarien Ron Haché», dit-elle.

Avec le recul, Stéphanie Bellavance croit que sa deuxième position aux Championnats de l’Atlantique lui a permis de se présenter à Montréal libérée de toute pression.

«J’étais très excitée avant de monter sur scène à Montréal, mais étonnamment je n’étais pas du tout nerveuse. Je n’avais tellement pas d’attente. La pression, je l’ai vécue à Moncton parce que je voulais répéter ma victoire de 2017. En terminant deuxième, ça m’a enlevé tout le stress. Et parce que j’avais zéro attente à Montréal, la surprise de gagner a été encore plus grande», mentionne-t-elle.

Stéphanie Bellavance a maintenant pour objectif de se qualifier pour le Arnold Schwarzenegger Festival. Toutefois, elle doit d’abord obtenir son laissez-passer en obtenant un top-3 à la compétition de qualification qui aura lieu l’été prochain à Toronto ou à Vancouver.

«J’ai développé une véritable passion pour l’entraînement. Comme je suis une maman de deux enfants et que je puis propriétaire de deux compagnies, l’entraînement est en quelque sorte mon échappatoire. C’est quotidiennement mon heure juste à moi. J’ai aussi développé de bonnes habitudes alimentaires et je profite des conseils de mon entraîneur Steve Sweeney», confie-t-elle.

Être une athlète de fitness demande une discipline de spartiate.

«L’entraînement est la partie facile, souligne-t-elle. Ce qui est difficile est au niveau de l’alimentation. C’est même très difficile. Tout est pesé et ce que tu vas manger est décidé longtemps à l’avance. C’est répétitif parce que tu manges la même chose chaque jour sept jours sur sept pendant 20 semaines. Et pendant tout ce temps-là, les activités sociales prennent le bord, que ce soit les soirées entre amis ou encore les restaurants. Ça demande beaucoup de discipline. Il y a des sacrifices à faire et j’imagine que ça doit être comme ça dans tous les sports.»

«Mais quand tu aimes ce que tu fais, tu te dévoues tout en te fixant des objectifs. Par la suite, tu fais tout ce que tu peux pour y atteindre ces objectifs», raconte celle qui aimerait pratiquer son sport pendant encore plusieurs années.

«À 32 ans, je suis l’une des plus jeunes dans mon sport. La majorité des femmes en compétition sont âgées de 35 ans ou plus. J’en connais même certaines qui ont plus de 55 ans. Elles sont inspirantes», ajoute-t-elle.