Jérémie Arseneau veut consacrer sa vie au baseball

Les plus vieux se souviendront de Frank Thomas, des White Sox de Chicago. Ceux qui sont vraiment vieux vont peut-être évoquer le grand Lou Gehrig, des Yankees de New York. Plus près de nous, on peut penser à John Olerud, des Blue Jays de Toronto, ou Albert Pujols, des Angels d’Anaheim. Les Metro Mudcats juniors ont aussi leur géant au premier but et il a pour nom Jérémie Arseneau.

Le joueur âgé de 20 ans taille littéralement en pièces la Ligue de baseball junior du Nouveau-Brunswick cette saison, comme en témoignent sa moyenne de ,480, ses cinq doubles, ses 14 points produits (en 18 rencontres) et sa moyenne de puissance de ,640.

«Honnêtement, toute l’équipe a une très belle saison jusqu’à maintenant (les Mudcats occupent le premier rang du classement avec un dossier de 16-4)», raconte celui qui a vu le jour à Dieppe.

Jérémie Arseneau montre des statistiques offensives exceptionnelles: une moyenne de ,480, cinq doubles, 14 points produits en 18 rencontres et une moyenne de puissance de ,640. – Acadie Nouvelle: Stéphane Paquette

«On n’a pas la disponibilité de tout le monde comme on l’avait l’an passé, mais ça va quand même très bien. On a eu quelques défaites qu’on aurait pu transformer en victoires, mais on garde la tête haute.»

La clé de son succès, selon lui, c’est l’approche.

«L’important, c’est de reconnaître la situation dans laquelle je me trouve afin d’anticiper le tir que le lanceur va m’envoyer. On me lance plus de balles courbes et c’est donc à moi d’attendre les bonnes balles rapides. C’est une question de bien lire le lanceur», mentionne le gaillard de 6 pieds 5 pouces et de 225 livres.

En défensive, il laisse son talent faire le travail.

«Au premier but, j’essaie de me détendre davantage. C’est quand je pense le moins que ça va le mieux pour moi», rigole celui qui se compare à Max Muncie, des Dodgers de Los Angeles.

En septembre, il quittera pour les États-Unis puisqu’il s’est enrôlé au Collège St. Charles, au Missouri (près de St. Louis)

«Je vise les ligues majeures, c’est toujours le but. Ça ne me dérange pas que les gens pensent que c’est trop loin. Si je ne crois pas en moi, personne d’autre ne va le faire. Je ne pourrais pas vivre sans avoir la satisfaction que j’ai tout donné pour y arriver. Je ne veux avoir aucun regret. Je vais consacrer les trois prochaines années de ma vie au baseball.»

Comme il passera au niveau senior la saison prochaine, il risque d’y avoir congestion au premier coussin chez les Fisher Cats, puisque Serge Vautour et Josh Dennis occupent déjà cette position.

D’ailleurs, Arseneau a déjà disputé quelques rencontres avec le grand club au cours des deux dernières saisons.

Son entraîneur Mike Donahoe affirme que le jeune Acadien possède tous les atouts pour continuer sa progression.

«Il travaille fort et il a tous les atouts au monde. C’est un gros gars et ça lui amène des défis en défensive. Mais quand il expédie une balle par-dessus la clôture du champ droit, on dit: “Merci beaucoup mon ami!”», lance-t-il en riant.

«Il doit surtout travailler sur l’aspect mental de son jeu. Il doit apprendre à s’ajuster à tous les lanceurs et opter pour la bonne approche. Le baseball est un jeu d’échecs. Il faut accepter ça.»