Une dernière longueur de piscine aux É.-U. pour Madeleine Léger

Madeleine Léger a pris sa décision: elle fera un dernier tour de piste (ou de longueur de piscine?) aux États-Unis en 2018-2019.

La nageuse âgée de 21 ans était indécise quant à son avenir à la fin du dernier semestre. Elle venait tout juste de vivre l’expérience d’une vie en participant aux Championnats nationaux de la NCAA (division II) à Greensboro, en Caroline du Sud.

Du coup, sa motivation en vue de cette saison en avait pris pour son rhume.

Mais c’est maintenant officiel, l’athlète originaire de Sainte-Marie-de-Kent complétera son baccalauréat en chimie à l’Université d’Indianapolis.

«Je voulais terminer ma dernière année de nage. Je ne pourrai plus en faire après. J’aime aussi beaucoup mon environnement là-bas. J’aime mes professeurs, ma faculté et j’ai beaucoup d’amis», raconte-t-elle.

«C’est ma dernière année. Je ne perds pas grand-chose d’y aller et d’avoir du plaisir», avoue l’ancienne du club Bleu et Or.

Après la dernière saison, l’Acadienne voulait prendre un peu de recul afin de considérer ses options et surtout se reposer, après une saison longue et épuisante. Mais en juin, tout est devenu clair comme de l’eau de roche (de piscine?) dans sa tête.

«En discutant avec ma famille, mes amis et mes professeurs, la décision est devenue évidente. C’était clair que je voulais retourner. Je ne voulais pas avoir de regrets.»

Madeleine Léger semblait toujours avoir son retour derrière la tête puisqu’elle n’a jamais ralenti son entraînement au cours des dernières semaines.

«Je me suis entraînée sérieusement parce que je ne savais pas si j’allais retourner. Je n’ai pas voulu prendre de chances. Il faut que j’arrive en forme pour le prochain semestre», précise-t-elle.

C’est que pour la future médecin, les demi-mesures, ce n’est pas tellement son genre. Quand elle entreprend quelque chose, elle s’y lance à fond.

«Je veux apprécier chaque moment que je vais passer là-bas (en Indiana). Avec la natation, j’aimerais retourner aux Championnats nationaux à la fin de la saison. Je vais donner le maximum, avoir du plaisir et on verra ce qui va arriver», déclare-t-elle avec un grand sourire accroché au visage.

«Le calibre change chaque année. Il y a des anciens qui partent et des nouveaux qui arrivent. C’est un peu comme si on recommençait ce défi à zéro.»

Mais elle n’est pas inquiète. Son expérience sera un atout de taille et, cette fois, elle ne vise rien de moins qu’une participation aux nationaux dans une discipline individuelle (elle avait pris part à l’épreuve du relais la saison dernière).

«Ce serait effectivement un beau défi pour moi. C’est ça que je vais viser cette saison.»

Celle qui poursuivra ses études en médecine après son séjour aux États-Unis reconnaît qu’elle aura un petit pincement au coeur quand elle posera le pied sur le campus de l’Université d’Indianapolis en septembre.

«Ça passe vite, mais c’est quand même une longue année. Une chose est certaine, ça va être pas mal excitant. Et ça va être un peu différent parce que je sais que ça va être ma dernière année.»

Et peu importe ce qui se passera au cours des prochains mois, Madeleine Léger va rentrer en Acadie la tête bien haute.

«Je suis super contente de tout ce que j’ai accompli. Depuis le début de mon secondaire, je voulais aller à l’école aux États-Unis. Tout le monde me disait que je ne serais pas capable de le faire et que ça n’arriverait pas. Mais je l’ai fait et j’en suis fière.»