Direction Angleterre pour Justin Haché

Après une saison fort réussie dans la petite ville de Vojens au sein du club de hockey Soenderjyske dans la Ligue élite du Danemark, Justin Haché déménage ses pénates à Coventry, en Angleterre, où, pendant les prochains mois, il portera les couleurs du Blaze dans le Championnat du Royaume-Uni (EIHL).

Bien que le hockeyeur de Petit-Rocher n’a pas encore tiré un trait sur sa carrière nord-américaine, il avoue que l’Europe est désormais sa priorité numéro un.

«Je n’ai pas même regardé du tout pour me trouver une équipe en Amérique, confie l’arrière de 6 pieds 2 pouces et de 203 livres. Je n’ai pas abandonné l’idée de revenir ici, mais disons que ça ne fait pas partie de mes plans immédiats. Je n’aurais rien contre de faire tout le reste de ma carrière en Europe.»

«En fait, la seule chose qui me ferait revenir est d’avoir l’assurance de jouer dans la Ligue américaine. Si une offre se présente, c’est clair que je vais sauter sur l’occasion. Je ne veux cependant plus rien savoir de la East Coast League (ECHL). À ma dernière saison ici, j’ai joué pour quatre équipes différentes et j’ai trouvé ça difficile. C’était très frustrant mentalement», affirme l’athlète âgé de 24 ans.

En 2016-2017, Haché a évolué pour les Roadrunners de Tucson (AHL) et le Rush de Rapid City (ECHL) dans l’organisation des Coyotes de Phoenix. Puis, après avoir été échangé à l’organisation des Stars de Dallas, il a joué pour les Stars du Texas (AHL) et les Steelheads de l’Idaho (ECHL).

«Je venais de terminer mon premier contrat professionnel et je n’avais aucun intérêt à jouer dans la East Coast. En Amérique, tu as deux ou trois ans pour te faire un nom et après, ça devient plus difficile parce que les organisations libèrent de la place pour faire entrer leurs nouveaux espoirs. Des gars comme Patrice Cormier qui réussissent à conserver plus longtemps leur place sont plus rares. C’est pourquoi j’ai décidé de m’en aller en Europe où je pouvais avoir plus de stabilité», indique-t-il.

Chez les Danois, lors de sa première saison en Europe, Justin Haché dit avoir eu l’occasion de travailler sur certains aspects de son jeu qui font de lui un bien meilleur joueur aujourd’hui.

«Depuis le hockey junior, je n’avais pas vraiment eu la chance de jouer en supériorité numérique. Avec le Soenderjyske, j’ai pu le faire. On m’a également confié des responsabilités plus grandes dans toutes sortes de situations. J’ai aimé ma saison à Vojens. J’ai eu la chance de me retrouver dans une excellente organisation. Le calibre de jeu était plutôt bon. Ça ressemblait pas mal à la East Coast», dit-il.

Grâce à une récolte de cinq buts et 21 passes pour 26 points en 50 parties, son agent Brett Callaghen (ce nom vous dit quelque chose? Il a été l’ailier de Wayne Gretzky à Edmonton pendant deux saisons) a pu lui dénicher une nouvelle équipe dans une ligue un brin plus forte. Le hasard a voulu qu’il se retrouve dans la même équipe que son bon ami Trey Lewis, d’Elsipogtog. Tous deux ont joué ensemble avec les Rivermen de Miramichi, au niveau midget AAA.

«Je visais une place en Norvège, en Autriche, en Suède, en Allemagne ou en Angleterre, mentionne-t-il. C’est finalement Coventry qui a démontré le plus d’intérêt. Comme les équipes ont droit à un peu plus de joueurs nord-américains qu’au Danemark, le calibre de jeu est un peu plus fort. Je viens justement de remplir mes papiers pour mon visa de travail. Je serai là-bas dans trois semaines et le camp d’entraînement débute le 20 août. La saison  commencera au début de septembre.»

Comme ç’a été le cas à Vojens, Haché a paraphé une entente d’une saison à Coventry.

«C’est pas mal comme ça que ça fonctionne en Europe. Ils sont rares les gars qui signent des contrats de plusieurs saisons. Un contrat d’un an fait bien mon affaire parce que si je continue de m’améliorer, je pourrai me dénicher une place dans un plus haut calibre la saison suivante», ajoute-t-il.

Justin Haché a été repêché par les Coyotes de Phoenix en 2012 (7e ronde, 208e au total). Il a aussi disputé quatre saisons dans la LHJMQ, ses deux premières avec les Cataractes de Shawinigan, avec qui il a remporté la coupe Memorial en 2011. Il a complété sa carrière junior avec les Screaming Eagles du Cap-Breton, où à sa dernière campagne, il a réussi à se tailler une place au sein de la deuxième équipe d’étoiles en plus de remporter le trophée Kevin Lowe remis au meilleur arrière défensif.