Olympiques spéciaux: la force de l’esprit d’équipe!

Douze jeunes de la Péninsule acadienne s’envoleront la semaine prochaine pour la Nouvelle-Écosse où ils participeront aux Olympiques spéciaux du Canada. Cette compétition de niveau national est réservée aux sportifs présentant une déficience intellectuelle. Au fil des entraînements, les joueurs ont perfectionné leur jeu et cimenté leur esprit d’équipe. Leur discipline: le soccer.

Cela fait une trentaine d’années que la Péninsule ne s’était pas qualifiée dans ce sport pour les Olympiques spéciaux.

«La dernière fois qu’on a eu une équipe de soccer, c’était dans les années 1980», souligne Mario Richard, le coordonnateur régional, fier de la performance des Acadiens.

Les jeunes ont conscience du défi qui les attend. Certains sont impatients d’en découdre avec leurs adversaires.

«J’ai hâte d’y être», confie Jean-François Basque, de Lamèque.

D’autres reconnaissent être plus stressés.

«Je suis un peu nerveuse», avoue Janie McGraw, d’Inkerman.

Celle-ci a pourtant l’habitude des rendez-vous sportifs de grande ampleur. En 2013, elle avait gagné l’or et l’argent aux Olympiques spéciaux mondiaux d’hiver, en patinage artistique.

«C’est sûr que ça me donne un avantage. Je sais à quoi m’attendre. Mais là, c’est un nouveau sport.»

La cérémonie d’ouverture de ces jeux se déroulera mardi soir. Les matchs s’enchaîneront de mercredi à samedi. Le rythme sera soutenu pour les jeunes. Ils affronteront, entre autres, des équipes de l’Ontario, du Manitoba et du Québec.

«On a quatre rencontres programmées pour la première journée. Puis, il y en aura de deux à trois chaque jour par la suite, jusqu’à la fin», précise Mario Richard.

«Ils vont bien dormir le soir», ajoute Marie-Ève Chiasson, l’entraîneure.

En dépit de leurs appréhensions, les membres de l’équipe se sont solidement préparés, à raison d’un entraînement par semaine.

L’hiver, ils pratiquaient dans le gymnase de l’école Marie-Esther, à Shippagan. Ces derniers temps, ils se sont retrouvés sur le terrain extérieur de l’école La Rivière, à Pokemouche.

Marie-Ève Chiasson les suit depuis longtemps. Elle a confiance.

«Ils sont capables d’aller loin», estime-t-elle.

L’été dernier, les Acadiens avaient remporté les qualifications provinciales en battant les joueurs de Saint-Jean (2 à 1), à Moncton. Jennifer Murphy, de Lamèque, s’en souvient encore.

«J’étais tellement heureuse que j’en braillais.»

Mardi soir, à l’issue de leur dernier entraînement, la jeune femme et ses coéquipiers rêvaient de réitérer l’exploit des Français, sacrés champions du monde de soccer, mi-juillet, en Russie. Féru de ce sport, Alain Losier, de Shippagan, a suivi quelques matchs. Ça l’a motivé.

«Je suis dans l’ambiance.»

Il aimerait connaître lui aussi l’ivresse de la victoire.

«J’aime marquer des buts.»

On lui souhaite de les accumuler.

Les Olympiques spéciaux en bref

Les Olympiques spéciaux du Canada ont vu le jour en 1969. Une version de jeux d’hiver et une autre consacrée aux jeux d’été sont proposées.

Les prochaines rencontres estivales se dérouleront du 31 juillet au 4 août, à Antigonish en Nouvelle-Écosse.

Les athlètes participants s’affronteront dans différentes disciplines: athlétisme, basket-ball, pétanque, natation, soccer, balle molle, golf, dynamophilie et gymnastique rythmique.