Wildcats: Nicolas Kingsbury-Fournier s’attire les éloges

Personne ne veut le crier sur tous les toits, mais plus le camp progresse, plus le poste de l’attaquant Nicolas Kingsbury-Fournier semble se confirmer chez les Wildcats de Moncton.

Peu importe à qui on s’adresse, les commentaires sont toujours les mêmes: un gros travaillant, un bon patineur, un gars intense et un fin marqueur. Des qualités qui devraient faire de lui un joueur dominant dans la LHJMQ.

Malgré tout, le choix de deuxième tour (27e) au repêchage de juin n’est pas du genre à se reposer sur ses lauriers, même s’il a marqué le but de la victoire en prolongation, dimanche, dans un gain de 4 à 3 sur les Islanders de Charlottetown en match préparatoire.

«Je ne pense pas que l’équipe sera formée au début du camp. On va voir comment les parties préparatoires vont se dérouler», avance-t-il prudemment.

«Une chose est certaine; je vais continuer à y mettre les efforts et le travail. Si je fais ça, de belles choses vont m’arriver», affirme le patineur âgé de 16 ans.

«Je me décris comme un tireur qui possède un bon coup de patin. Je suis aussi un gros travaillant. Quand je perds la rondelle, je vais tout faire pour la reprendre.»

Même s’il réalise qu’il aura besoin d’une certaine période d’adaptation, l’athlète de 6 pieds et 175 livres n’anticipe aucun problème à passer au niveau suivant.

«Les gars sont plus gros et plus rapides ici, mais je pense que les bons joueurs midgets sont capables de s’adapter au style du hockey junior. Je suis allé cinq fois par semaine dans le gymnase cet été pour me préparer, en plus de patiner deux fois par semaine.»

Le joueur originaire de Blainville, au Québec, ne pense pas non plus que le déménagement dans les Maritimes sera un obstacle de plus à surmonter.

«J’adore ça ici. Demeurer en pension à un endroit ou à un autre, c’est pas mal la même chose. Que je sois à Victoriaville, à Drummondville ou à Moncton, il n’a y pas de différence. Les Wildcats ont une organisation de premier ordre et c’est tout ce qui compte. Je suis très heureux d’être ici», mentionne celui qui forme un trio avec Elliot Desnoyers et Alexander Khovanov à l’entraînement.

Le directeur des opérations hockey par intérim, Ritchie Thibeau, salive en regardant aller son poulain sur la glace.

«Il a de très bonnes chances de faire l’équipe. C’est un qars très compétitif qui travaille dur. Ça paraît qu’il a eu un gros été parce qu’il est arrivé ici en pleine forme. La raison pour laquelle on l’a repêché, c’est parce qu’il est un marqueur», explique-t-il.

Selon lui, l’ancien du Collège Esther-Blondin (midget AAA) pourrait déloger un vétéran au sein des trois premiers trios de l’équipe dès ses premiers coups de patin dans la LHJMQ.

«Il va jouer des parties à Moncton cette saison, ça c’est certain. Il a un beau futur avec les Wildcats», confirme-t-il.

En 2017-2018, l’ailier gauche a présenté une fiche de 11-10=21 en 37 rencontres dans le midget AAA.