Lukas Cormier laisse déjà parler son talent

De son propre aveu, Lukas Cormier était relativement nerveux en se présentant au camp des Islanders de Charlottetown. D’abord parce qu’il entamait une nouvelle aventure, mais aussi parce qu’il sentait une certaine pression. D’ailleurs, sans le dire ouvertement, il est assez évident que sa sélection au quatrième rang du dernier encan n’est pas étrangère à cette pression.

Bien entendu, cette nervosité n’aura duré qu’un instant. Le temps de le dire, le jeune défenseur de Sainte-Marie-de-Kent a laissé parler son talent et a rapidement séduit l’organisation.

«Il y avait un peu de pression en arrivant au camp, mais là je me sens plutôt confortable, révèle Cormier. Ça va bien et c’est vraiment plaisant. En plus, Charlottetown est tellement une belle ville.»

«Comme je m’attendais déjà pas mal à quoi allait ressembler la vitesse du jeu, je me suis vite ajusté, indique-t-il.  Bien sûr, j’ai plusieurs choses à améliorer, dont mon jeu physique. Il faut que je devienne plus gros et plus fort. En même temps, je trouve que ça va quand même pas si mal. L’entraîneur (Jim Hulton) semble satisfait.»

Pendant l’été, Cormier s’était d’ailleurs fait un devoir d’ajouter quelques livres à sa charpente. Il fait désormais osciller le pèse-personne à 165 livres du haut de ses 5 pieds 8 pouces, soit cinq livres de plus.

Pour l’instant, Cormier n’a pas encore eu l’occasion de disputer un match préparatoire. Ça devrait toutefois se faire vendredi à Sydney contre les Screaming Eagles du Cap-Breton.

«J’ai joué tous les matchs intra-équipe et j’ai bien fait en marquant quelques buts et en obtenant quelques passes», mentionne-t-il.
Le hockeyeur âgé de 16 ans a également rapidement découvert que les Islanders seraient un club à surveiller en 2018-2019, eux qui ont d’ailleurs surpris bien des gens en atteignant la demi-finale au printemps.

«Il y a beaucoup de vétérans et plusieurs bons joueurs ici, signale-t-il. Je pense à des gars comme (Matthew) Welsh, qui est vraiment un très bon gardien, (Hunter) Drew, (Brett) Budgell, (Daniel) Hardie, (Derek) Gentile, (Keith) Getson et quelques autres. Par contre, je n’ai pas encore vu Pierre-Olivier Joseph parce qu’il est déjà en Arizona, où il se prépare pour le camp des recrues des Coyotes.»

Parlant de Joseph qui porte le numéro 15, Cormier n’a eu d’autre choix que de changer de numéro. Il ne s’est pas trop compliqué la vie en choisissant le 51.

«Depuis quelques années, j’ai l’habitude de porter le numéro 15, mais comme c’est Pierre-Olivier qui l’a, j’ai donc décidé d’inverser les deux chiffres», raconte-t-il en riant.

Par ailleurs, même si la date n’est pas encore encerclée sur son calendrier, Cormier sait déjà quand il aura la chance de disputer un premier match au nouveau Colisée de Moncton. Ce sera le 7 décembre, un vendredi.

«Je ne suis pas certain, mais je crois que c’est en décembre, avoue-t-il en riant, comme s’il ne savait pas déjà la réponse. J’ai hâte. Surtout que ç’a l’air que l’aréna est vraiment belle.»

Les partisans du Titan d’Acadie-Bathurst auront l’occasion de voir le jeune surdoué bien avant – et souvent – puisque les Islanders seront de passage au Centre régional K.-C.-Irving les 12 et 24 octobre, de même que les 17 et 23 novembre. Ceux des Sea Dogs de Saint-Jean pourront de leur côté le voir à l’oeuvre le 28 octobre au Harbour Station.