Hockey féminin: le camp de Caroline Ouellette devenu un incontournable

C’est maintenant devenu un incontournable au Nouveau-Brunswick, Caroline Ouellette est de retour avec son camp annuel de hockey féminin. Cette fois-ci, l’olympienne est accompagnée de ses bonnes amies Marie-Philip Poulin, Charline Labonté, Lauriane Rougeau et Erin Ambrose.

Elles seront d’abord au AYR Motor Center de Woodstock pour trois jours à compter de mercredi, puis poursuivront l’aventure au Centre J.-K.-Irving de Bouctouche pour trois autres journées dès samedi.

Pour Marie-Philip Poulin, qui était déjà venue donner un coup de main il y a deux ans, il s’agira d’une première fois où elle se présentera comme entraîneure associée.

Poulin, que plusieurs surnomment la Sidney Crosby du hockey féminin, est d’avis que ce camp de hockey permet d’accélérer beaucoup le développement des filles.

«Nous n’avions pas cette possibilité quand nous étions plus jeunes, affirme-t-elle. Nous, les membres de l’équipe nationale, nous prenons ces camps très à cœur. Non seulement nous avons le sentiment d’aider au développement de notre sport, mais nous avons aussi l’occasion d’aider certaines filles à s’approcher de leur rêve de jouer un jour dans le programme national.»

«De plus, ces camps permettent aussi aux filles de se faire des nouvelles amies pour la vie», ajoute celle qui a inscrit les buts vainqueurs des finales olympiques de 2010 et de 2014.

Par ailleurs, Marie-Philip Poulin a confirmé qu’elle disputera la prochaine saison de la Ligue canadienne de hockey féminin, elle qui a pris une année sabbatique après sa participation aux Jeux olympiques de Pyeongchang en février.

«La sabbatique était une décision que j’avais prise même avant les Olympiques. Je voulais faire une pause. Mais cette saison, je vais jouer avec les Canadiennes de Montréal», mentionne Poulin, qui comptera par ses coéquipières l’Acadienne de Saint-Quentin, Kim Deschênes.
À noter que les camps de Woodstock et de Bouctouche s’adressent aux hockeyeuses de niveau pré-novice à midget.