L’ultime chance de Denis Toner aura été la bonne

Pour une belle histoire, ça en est toute une. Après avoir momentanément jonglé avec la possibilité de ne pas se présenter au camp d’entraînement des Mooseheads de Halifax, plus tôt cet été, Denis Toner a finalement décidé de se donner une ultime chance. Ça aura été la meilleure décision de sa jeune vie puisqu’il a réussi à se tailler un poste avec l’équipe à sa quatrième tentative.

Joint en fin d’après-midi, mercredi, le défenseur originaire de Saint-André était clairement ému par la confirmation de la nouvelle que l’équipe a publiée sur sa page Twitter aux environs de 14h30.

«J’éprouve toutes sortes d’émotions, affirme Toner, qui célébrera son 19e anniversaire de naissance le 22 septembre. Je savais que c’était ma dernière chance en me présentant ici. C’est quand même mon quatrième camp d’entraînement.»

«Il y a même eu un moment cet été pendant lequel ne ne savais même pas si j’allais me présenter», soutient-il.

«Les messages d’encouragement de la famille et de mes amis m’ont finalement convaincu d’y aller. C’est la preuve qu’il ne faut jamais abandonner», dit-il.

Cet exploit de Toner n’est pas sans rappeler celui de son bon ami Casey Fox qui, la saison dernière, avait réussi à percer l’alignement des Wildcats de Moncton à 19 ans. Comme quoi ils sont coriaces, les athlètes du Madawaska. Ils n’abandonnent pas facilement leurs rêves.

«Beaucoup de joueurs prennent plus de temps que d’autres pour percer dans le hockey. Je ne suis pas le premier à qui ça arrive et sûrement pas le dernier. J’ai toujours cru que j’étais de calibre pour jouer dans la LHJMQ. Je n’ai peut-être pas eu une véritable chance auparavant», dit-il.

Sa sélection lui fait d’autant plus plaisir qu’il aura l’occasion, si sa situation ne change pas d’ici là, de prendre part au tournoi de la Coupe Memorial en mai 2019, puisque les Mooseheads seront les hôtes du tournoi.

«C’est un beau cadeau que je reçois aujourd’hui. Ça va être une belle expérience. Cependant, mon premier objectif cette saison est de devenir meilleur de match en match. J’ai confiance dans le système de jeu instauré par l’entraîneur Éric Veilleux. Et de ce que j’ai vu jusqu’ici, nous allons être un club en très grande forme en fin de semaine. C’est un entraîneur intense qui veut d’abord gagner la coupe du Président. Il ne veut rien savoir d’entrer au tournoi de la Coupe Memorial par la porte de derrière», indique Toner, qui n’avait pris part qu’à une seule rencontre avec les Mooseheads depuis sa sélection en 8e ronde (134e au total) en juin 2015.

Au cours des deux dernières campagnes, Toner a évolué dans la Ligue de hockey des Maritimes avec les Slammers de Woodstock. Le destin a voulu que ce club déménage ses pénates à Grand-Sault, qui se trouve à quelques kilomètres de Saint-André. Même que Toner devait donc être la principale tête d’affiche de l’équipe.

«C’est dommage pour les Rapides parce que c’est vraiment une belle organisation. Je leur souhaite bonne chance. Et puis, on ne sait jamais, si je ne joue pas dans la LHJMQ la saison prochaine, je pourrai y jouer ma saison de 20 ans», confie l’arrière de 5 pieds 9 pouces et 163 livres.

Toner s’est par ailleurs lié d’amitié avec Antoine Morand et Jordan Maher pendant le camp d’entraînement.

«Ce sont des gars de mon âge et nous avons eu l’occasion de discuter souvent. Ils m’ont raconté à quel point ça avait été spécial de gagner la coupe Memorial ce printemps. Antoine et Jordan sont deux vétérans qui s’avèrent de grosses acquisitions pour les Mooseheads. Ils ont du vécu et ils savent ce qu’il faut faire pour gagner. C’est également plaisant de voir à quel point ils sont excités d’être ici», ajoute Denis Toner.

«Je suis très fier de Denis» – Casey Fox

Comme vous vous en doutez bien, Denis Toner n’a pas mis de temps à prévenir son meilleur ami Mika Cyr qu’il allait porter l’uniforme des Orignaux en 2018-2019.

«Mika a été l’une des premières personnes que j’ai appelé, dit-il. Nous avons eu une bonne jasette. Je vais certainement parler aux autres (Casey Fox et Alex Lavoie, entre autres) dans les prochains jours. Ils savent comment j’ai travaillé fort pour me rendre jusqu’ici. Ils sont tous contents pour moi.»

Cyr, qui est actuellement en Ontario avec ses coéquipiers des Wildcats de Moncton, ne cachait pas sa joie de voir son pote réaliser son rêve.

«Il n’a jamais arrêté de travailler avec l’objectif de faire l’équipe des Mooseheads depuis qu’il s’est fait repêcher (en 2015). Il n’a jamais abandonné», mentionne Cyr.

«C’est tellement plaisant de voir que ses efforts sont enfin récompensés. Denis est un bon défenseur qui patine super bien et qui possède une bonne vision du jeu», dit-il.

Casey Fox, qui portera cet hiver les couleurs des Ramblers d’Amherst dans la Ligue de hockey des Maritimes – qui seront d’ailleurs les hôtes de la coupe Fred Page – a une très bonne idée de ce que ressent son ami en ce moment. Après tout, il a vécu exactement la même histoire la saison dernière avec les Wildcats, lui aussi alors qu’il avait 19 ans.

«Je suis très fier de Denis. Il n’a jamais lâché. C’est une autre preuve que l’âge n’a pas l’importance. Denis, avec toute la volonté qui l’habite, mérite sa place avec les Mooseheads», affirme Fox.

«Ça nous fait un autre Brayon du Nord-Ouest qui jouera dans la LHJMQ. Jouer dans cette ligue a toujours été son objectif numéro un», ajoute Fox.

Un autre bon ami de Toner, Alex Lavoie, était également fort content de la bonne nouvelle.

«Il a travaillé fort cet été, confie Lavoie, qui a porté les couleurs des Wildcats et des Cataractes de Shawinigan dans la LHJMQ. Il mérite vraiment ce qui lui arrive. Denis est un gars persistant. Il n’a jamais abandonné son objectif.»