Les Flyers sont à la portée de Philippe Myers

Philippe Myers en est convaincu, c’est avec les Flyers de Philadelphie qu’il patinera cette saison.

L’Acadien était l’un des meilleurs arrières de la Ligue américaine de hockey en 2018-2019.

Il a mené les Phantoms de Lehigh Valley au troisième tour des séries pour l’obtention de la coupe Calder.

Ses statistiques (5-16=21 en 50 rencontres) ont clairement démontré qu’il peut également contribuer à l’attaque et qu’il n’est pas uniquement un arrière à caractère défensif.

Toutes les publications spécialisées, incluant celle du prestigieux The Hockey News, parlent de lui comme l’un des meilleurs espoirs professionnels de la planète hockey.

Toutes les étoiles semblent donc alignées pour voir un premier défenseur acadien patiner dans la LNH depuis le regretté Luc Bourdon en 2006.

«Je veux faire le gros club. C’était ça mon objectif l’an passé, mais je me sens beaucoup plus prêt cette fois-ci. J’ai pris beaucoup d’expérience lors de la dernière saison, ma première année dans le hockey professionnel», mentionne le gaillard de 6 pieds 5 pouces et de 205 livres.

«Je suis passé à travers beaucoup de choses l’an passé. J’ai eu des blessures (au bas du corps) au début de la saison et j’ai joué pas mal de parties. On a été quand même assez loin en séries et je pense que tout ça a beaucoup contribué à mon développement comme athlète», souligne-t-il.

«Je suis content avec la saison que j’ai eue l’an passé, j’ai eu un gros été d’entraînement et je me sens beaucoup plus fort physiquement. Je pense que je suis aussi davantage prêt mentalement. Je sais plus à quoi m’attendre à ma deuxième saison professionnelle.»

Le patineur âgé de 21 ans se dit prêt à affronter les meilleurs de la LNH sur une base quotidienne en 2018-2019.

«Je crois que je suis un meilleur joueur défensivement. J’ai toujours été un joueur offensif dans ma carrière et c’est sur mon jeu dans ma zone que je voulais travailler. Je suis maintenant plus à l’aise dans le système des Flyers. Je sais quoi faire et où me positionner sur la patinoire dans toutes les situations», explique-t-il.

«Je sais aussi exactement ce que les entraîneurs attendent de moi. Je suis beaucoup plus confortable en général, peu importe la situation. J’ai hâte que ça commence.»

Le Dieppois a effectivement été utilisé à toutes les sauces l’hiver dernier par les Phantoms.

«J’ai joué en avantage et en désavantage numérique, à cinq contre cinq et contre les meilleurs trios des autres équipes. Je sais que je peux jouer dans toutes les situations.»

S’il ne sait pas encore ce que l’avenir lui réserve, Philippe Myers sait que le plus haut niveau de hockey est à sa portée.

«Ils m’ont dit d’arriver prêt au camp et que c’est moi qui vais décider ou je vais jouer cette année. Je veux garder les choses simples et jouer mon jeu. Je pense que si je joue comme je suis capable de le faire, il ne devrait pas y avoir de problème. J’ai confiance en moi. Je sais que si je fais les bonnes choses, ça devrait bien aller.»

L’adolescent timide qui s’est présenté aux Flyers de Moncton (midget AAA) à l’âge de 14 ans a fait place à un jeune homme qui n’est plus qu’à quelques poussières de son rêve d’enfance.

L’exploit est de taille quand on pense que c’est à titre d’agent libre qu’il s’est joint à l’organisation des Flyers de Philadelphie en 2017.