Une Acadienne parmi les femmes les plus fortes au Canada!

Il y a eu Guillaume, Hannibal, Alexandre, Jules, Napoléon, Gengis et Charles. Il faut aujourd’hui ajouter à cette liste sélecte les noms de Samantha et de Joey.

Un peu comme Guillaume le Conquérant, Hannibal Barca, Napoléon Bonaparte, Alexandre le Grand, Jules César, Gengis Khan ou Charles Quint, Samantha Belliveau et Joey Lavallée se sont donné des airs de guerriers invincibles en fin de semaine à Plantagenet, en Ontario.

Les deux Acadiens sont venus, ils ont vu et ils ont conquis!

À sa quatrième compétition de Strongman en 2018, l’athlète originaire de Saint-Antoine-de-Kent a décroché la sixième position (avec un total de 29,5 points) dans ce qui se voulait un peu le championnat canadien féminin professionnel.

Même si elle a encore le statut d’amateur, l’Acadienne a tenu son bout face à des compétitrices beaucoup plus expérimentées.

«C’était vraiment un honneur de représenter l’Acadie, le Nouveau-Brunswick et l’Atlantique à cette compétition qui regroupait les 10 femmes les plus fortes au Canada», mentionne l’athlète âgée de 25 ans.

«Je suis vraiment satisfaite de ma performance. Dans certaines épreuves, je voulais surtout aller chercher de l’expérience. Mais dans d’autres, j’ai dépassé mes attentes.Je suis vraiment fière de mes résultatsx, ajoute-t-elle.

L’ancienne joueuse de l’équipe de hockey des Aigles Bleues de l’Université de Moncton a pris part aux huit épreuves en Ontario.

Elle a notamment tiré un camion sur une distance de 48 pieds.

«Mon entraîneur (Jimmy Paquet, qui est deuxième au Canada et qui s’occupe aussi du champion Jean-François Caron) me montre vraiment comment exceller à toutes les épreuves. Je suis vraiment contente d’avoir un mentor comme lui près de moi», indique l’athlète de 5 pieds 10 pouces et de 190 livres.

À la lumière de ses progrès rapides, Samantha Belliveau voit grand.

«J’ai toujours été compétitive. J’aime travailler sur moi, devenir meilleure chaque jour. Quand on travaille très fort, on peut voir les résultats. Je ne m’arrêterai pas jusqu’à tant que je devienne numéro un au Canada», affirme-t-elle.

«Après ce que j’ai vu en fin de semaine, je pense que si vous me donnez quelques années, je vais devenir la femme la plus forte au Canada.»

Joey Lavallée s’est aussi signalé à Plantagenet.

L’athlète de Moncton a terminé au 8e rang (sur 14 compétiteurs).

«J’étais un peu nerveux lors de la première journée et j’étais en 14e position. Mais j’ai pu remonter jusqu’à la huitième place lors de la deuxième journée», raconte le colosse de 6 pieds 3 pouces et de 380 livres.

«Je me suis dit que je n’étais pas ici pour niaiser et que je voulais bien représenter l’Atlantique. J’ai voulu donner le maximum.»

L’homme fort âgé de 21 ans a notamment battu Jimmy Paquet et Jean-François Caron, les deux hommes les plus forts au Canada, lors de l’épreuve du camion.

«J’adore compétitionner avec ces gars-là. Je ne m’attendais même pas être capable de les approcher. Le fait de les battre dans une épreuve, c’est un bel exploit.»

Joey Lavallée vise une place parmi les quatre ou cinq meilleurs de sa profession en 2019.