Quel Titan se présentera mercredi soir?

Il y a une semaine, avant le départ du Titan d’Acadie-Bathurst pour la belle Charlottetown, il aurait été de circonstance pour l’entraîneur-chef Bryan Lizotte de chantonner Hier encore, en songeant au dernier printemps. Ça allait tellement mal qu’on le soupçonne d’avoir susurré «Emmenez-moi (vers la victoire) à l’oreille des vétérans Noah Dobson et Mark Grametbauer, nouvellement arrivés pour prêter main-forte à un club en manque d’inspiration. Depuis ce jour, même Cole Rafuse et Marc-André LeCouffe font des miracles et c’est For me formidable.

C’est fou ce que la dernière semaine a complètement changé la perception que nous avions du Titan d’Acadie-Bathurst.

Après avoir bousillé son début saison avec des revers de 3 à 1 (Moncton) et de 9 à 3 (Cap-Breton) devant ses partisans, le Titan a rebondi aussitôt éloigné de la maison avec des triomphes de 3 à 2 en prolongation à Charlottetown, puis de 10 à 1 à Saint-Jean. C’est justement lors de ce dernier duel que Rafuse et LeCouffe ont joué le match de leur vie avec des récoltes respectives de six et quatre points.

Même que la passe savante de l’Acadien, à l’aveuglette s’il vous plaît, sur le troisième but de Rafuse fait encore jaser. Ce même Rafuse qui, 24 heures après s’être fait recoudre de la baboune jusqu’au menton (12 points de suture), se fait désormais glorifier à gauche et à droite.

«Ç’a été une bonne semaine pour l’équipe, admet Lizotte. C’est vrai que Noah et Mark ont grandement aidé à changer l’ambiance, mais ça reste que c’est toute l’équipe qui a mieux joué pendant ces deux victoires.»

«L’arrivée de ces deux vétérans a surtout permis d’installer certains joueurs dans leur bonne chaise», ajoute le pilote recrute.

Une chose est sûre, l’équipe faisant scintiller 13 fois la lumière des buts, Lizotte a désormais une source de motivation supplémentaire à dire à ses joueurs qui n’en pouvaient plus de se faire répéter qu’ils étaient incapables d’enfiler l’aiguille. En comptant les six matchs préparatoires et les deux premières rencontres du calendrier régulier, le Titan surfait sur une gênante moyenne de 1,7 but par partie. Deux matchs plus tard, l’équipe a pratiquement triplé cette moyenne.

Mercredi soir, le Titan (2-2-0, 4 pts) aura l’occasion de prouver que ce réveil n’est pas un feu de paille en accueillant les Olympiques de Gatineau (2-2-0, 4 pts), une équipe qui a entamé la campagne dans le sens contraire des locaux.

Les Olympiques ont démarré la saison sur les chapeaux de roue avec des gains de 10 à 1 et de 3 à 1 à Val-d’Or et à Rouyn-Noranda. Mais, une fois devant leurs partisans, ils ont perdu leurs moyens pour s’incliner 3 à 2 (Baie-Comeau) et 3 à 1 (Chicoutimi).

Il est déjà acquis que Lizotte enverra encore une fois Grametbauer devant les buts et que sa défensive demeurera la même. Comme il aime bien le répéter, «on ne change pas une formule gagnante».

Lizotte devra toutefois apporter au moins deux changements à l’attaque, peut-être même deux.

La raison est fort simple, le vétéran Liam Murphy manquera à l’appel en raison de ce qui semble être une légère commotion cérébrale, après la sévère mise en échec contre la bande dont il a été la victime devant le défenseur des Sea Dogs Nathan Larose, samedi. Même s’il n’est pas blessé gravement, il devra vraisemblablement rater le rendez-vous de vendredi soir, alors que ces mêmes Sea Dogs seront les visiteurs.

L’autre Liam, Léonard celui-là, est également un cas douteux pour la rencontre de mercredi soir. Sonné par une solide mise en échec de Carson Gallant, samedi, Léonard ne saura que mercredi matin s’il sera en mesure de réintégrer l’alignement.

Notons que l’équipe a rappelé Yan-Cédric Gaudreault et Charles-André Cypihot de leur club junior AAA respectif. Gaudreault, déjà assuré d’être en uniforme, connaît tout un début de saison avec l’Everest de la Côte-du-Sud comme en font foi ses 14 points, dont cinq buts, en sept rencontres. Pour ce qui est de Cypihot, le géant de 6 pi 5 po a inscrit trois buts en cinq parties avec les Timberwolves de Miramichi.

William Basque satisfait

Comme c’est chaque fois le cas lorsque les Olympiques de Gatineau sont de passage au Centre régional K.-C.-Irving, une forte délégation de Tracadie s’y présente afin d’encourager William Basque.

Le centre gaucher de 6 pi 3 po et 211 lb, à qui il ne manque plus que trois matchs pour atteindre le plateau des 100 en carrière, est toujours en quête d’un premier point en 2018-2019.

Le hockeyeur âgé de 19 ans se dit néanmoins satisfait de son début de saison, lui qui est l’attaquant présentant le meilleur différentiel de son équipe à +3. De plus, il figure au 14e rang de la LHJMQ au chapitre du pourcentage de mises au jeu remportées avec un taux de 62,1%.

«Au-delà des bus et des points, ce sont deux statistiques auxquelles j’attache beaucoup d’importance, affirme Basque. Je veux être bon dans le cercle de mises au jeu et je veux que l’autre équipe ne compte pas quand je suis sur la glace. Je me dois d’être bon en défensive et je travaille fort.»

«Les points, s’ils viennent, je les prendrai», ajoute le numéro 23 des Olympiques.

La saison dernière, Basque a raté 35 matchs après s’être fait disloquer le coude à la suite d’une mise en échec par derrière du défenseur Christian Huntley, des Remparts de Québec.

«La force de mon coude ne reviendra probablement jamais à 100%, mais ce n’est pas quelque chose que je considère comme un problème majeur. Je travaille encore pour le renforcir et je le sens de plus en plus fort», assure-t-il.

Questionné sur la valeur de son équipe, Basque estime que les Olympiques ont les éléments pour causer des surprises cette saison.

«Nous sommes un club qui travaille fort avec de bons vétérans. Et les recrues m’impressionnent, particulièrement notre Européen à l’attaque (Iaroslav Likhachev). Il est vraiment bon celui-là», mentionne William Basque.

Likhachev (2-2=4), Shawn Boudrias (4-3=7), Pier-Olivier Lacombe 91-4=5), Maxim Trépanier (3-1=4), Metis Roelens (2-2=4), Giordano Finoro (2-0=2), Jeffrey Durocher (1-1=2) et le défenseur Gabriel Bilodeau (0-4=4) sont les principaux joueurs à surveiller dans le camp des Olympiques. Le gardien numéro un Tristan Bérubé connaît lui aussi un excellent début de saison avec une moyenne de 2,78 et un taux d’arrêt de ,929. –