Marc Arseneau s’attend de souffrir au Ironman de Kailua-Kona

Le 23 septembre, perdu dans ses pensées alors qu’il déambulait sur la route à plus de 35 kilomètres à l’heure sur son vélo, Marc Arseneau frappe de plein fouet une barricade publicitaire. La chute est spectaculaire et ça lui prendra un bon 20 minutes avant qu’il puisse se relever.

Sur le coup, le triathlète extrême de Bathurst a même cru que sa participation aux Championnats mondiaux d’Ironman, à Kailua-Kona dans l’État d’Hawaï, venait de s’envoler.

Heureusement pour lui, des radiographies viendront le réconforter dans son malheur. Il n’y avait rien de cassé. Sauf qu’il a mal au dos. Malgré la physiothérapie, le mal persiste et, avec raison, l’inquiète. Pas assez toutefois pour l’empêcher de se présenter sur la ligne de départ, samedi matin, avec les 2400 autres participants.

«Ça peut aller pour la nage et le vélo, même si je ressens une certaine douleur, mais pour le marathon ça risque de faire mal. Chaque fois que je lève la jambe gauche, c’est comme si j’avais une crampe dans le dos. C’est douloureux», affirme Marc Arseneau.

«Mais je vais le faire. Nous avons 17 heures pour compléter ce Ironman et je prévois prendre environ sept heures pour faire la nage et le vélo. Ça va donc me laisser plus ou moins 10 heures pour le marathon et je marcherai tout le long s’il le faut. Dans le fond, ce n’est pas si grave, il y en a qui font des marathons sans jambes. Mais j’ai quand même hâte de voir à quoi je vais ressembler après cinq heures de vélo», révèle celui qui en en sera ce week-end à son 17e Ironman à vie.

Lorsqu’on demande à l’homme âgé de 50 ans s’il pourrait envisage de ne pas terminer l’épreuve, la réponse ne se fait pas attendre.

«C’est une possibilité, mais je ne veux même pas l’envisager. Si j’abandonne, ce ne sera pas parce que je ne veux pas, ce sera parce que mon corps ne peut plus. Si jamais ça arrive, tu peux être sûr que je vais trouver une façon de me qualifier de nouveau pour venir ici. Et la prochaine fois, je serai en santé», mentionne Arseneau, qui en est à sa première participation aux Mondiaux de Kona.

Cela dit, en dépit de ses maux de dos, Marc Arseneau dit profiter pleinement de son passage sur l’île d’Hawaï.

«L’ambiance qu’il y a ici est exactement ce que je pensais que ça serait. Il y a déjà des caméras partout et samedi, il est prévu que des hélicoptères se promèneront au-dessus des participants pour capter des images. Il y aura aussi des cameramen sous l’eau lors de l’épreuve de nage. C’est complètement fou», dit-il.

Quatre Mondiaux en un an

Une autre raison pourquoi il tient à prendre part à l’épreuve de samedi malgré son dos endolori, c’est qu’il s’est qualifié pour les quatre championnats du monde de son sport dans la dernière année.

En juillet, il a participé aux Mondiaux de longue distance ITU à Fyn, au Danemark, où il a pris le 15e rang dans son groupe d’âge (50-54 ans) avec un chrono de 6h50m03s.

Il est de plus déjà qualifié pour les Mondiaux de triathlon sprint qui auront lieu à Lausanne, en Suisse, du 29 août au 1er septembre, ainsi qu’aux Mondiaux du demi-Ironman qui seront présentés le 7 septembre à Nice, en France.

Pour Marc Arseneau, c’est un accomplissement dont il est fier.

«Je ne suis pas un athlète naturel, confie-t-il. Ce que j’ai réussi jusqu’ici, c’est grâce au travail que j’ai mis dans l’entraînement. Et ce qui m’encourage, c’est que je continue de m’améliorer même à 50 ans. Je veux voir jusqu’où ça va me mener.»

«Encore aujourd’hui, c’est un peu surréel de me voir sur un podium. Jamais je n’avais pensé que je pourrais y arriver quand j’ai commencé à faire des triathlons. Le triathlon a changé ma vie. Je suis plus en santé aujourd’hui que je ne l’étais à 35 ans. Le plus drôle c’est que je ne fais pas ça pour les victoires. Pourtant, chaque fois qu’on me donne un trophée je me sens quand même comme un ti-cul de 13-14 ans. C’est pourquoi je ne peux pas m’imaginer arrêter ça un jour. C’est devenu un mode de vie pour moi», ajoute Marc Arseneau.

D’autres Néo-Brunswickois sur la ligne de départ

Marc Arseneau ne sera pas le seul Néo-Brunswick sur la ligne de départ, samedi, à Kailua-Kona. Vincent Légère, Karine Spagnoletti (Maltais) et Garth Millar seront eux aussi de la partie… et en meilleur état.

Quoique les objectifs de Légère et Spagnoletti sont plutôt modestes.

Spagnoletti, pour une, veut simplement savourer chaque instant sans s’imposer de pression.

«Cette année je veux juste avoir du fun, apprécier ma semaine ici et faire de mon mieux samedi. Et aussi terminer la semaine en un seul morceau», a révélé avec humour l’Acadienne originaire de Balmoral.

Légère, de son côté, craint les grosses chaleurs qui sont annoncées pour samedi.

«Je me sens bien et je suis physiquement prêt, indique le triathlète de Moncton, qui en sera à son huitième Ironman à vie et son troisième à Hawaï. J’ai cependant de la misère quand il fait très chaud. Et samedi, ils annoncent une météo de 32 degrés, et avec l’humidex ça pourrait monter à 35.»

«C’est pourquoi je préfère ne pas me mettre trop de pression en ce qui concerne un chrono. Disons que mon objectif est d’essayer d’être bon dans les trois épreuves», dit-il en riant.

Ce n’est que tout récemment que Vincent Légère a retrouvé sa forme des beaux jours parce qu’il a dû soigner une blessure à un mollet qui l’a tenu à l’écart de la compétition pour presque deux mois cet été.

«Lors du triathlon de St. Andrews en juillet, que j’ai gagné d’ailleurs, j’ai péché par orgueil en reprenant trop vite l’entraînement et je me suis blessé à un mollet. Ça m’a empêché de prendre part à quelques courses locales cet été. Mais aujourd’hui, le mollet va bien», mentionne Légère, qui avait quand même pu poursuivre l’entraînement à la nage et au vélo pendant la «convalescence» de son mollet.

Épreuves du week-end

Samedi 13 octobre

Championnats mondiaux de Ironman à Kailua-Kona sur l’île de Hawaï. (Vincent Légère, Marc Arseneau, Karine Spagnoletti et Garth Millar seront les représentants du Nouveau-Brunswick).

The Great Green Hill Movapalooza à Fredericton – Distances: 10km (course ou vélo), 5km (course ou marche). Départ: 9h30 à l’église baptiste de Greenwood Drive. Info: Brent MacDonald au 357-7822.

Course QES Eagles à Quispamsis – Distances: 5km (course ou marche), 1km (12 ans et moins), 1km (13 ans et plus). Départ: 9h au QES 290 sur la Hampton Road. L’épreuve fait partie de la série Jeunesse. Info: Kristi Young ou Mark Blucher au 847-6207.

Championnats régionaux de cross-country du Nord-Est de l’ASINB à Bathurst – Distances: 4km (junior), 6km (senior). Départ: 12h (filles junior), 12h35 (garçons junior), 13h05 (filles senior), 13h35 (garçons senior) à l’École secondaire Népisiguit. Les écoles Assomption, Étoile de l’Acadie, L’Odyssée, Mathieu-Martin, Harrison Trimble High, Moncton High, W.-A.-Losier, James M. Hill High, Riverview High, ÉSN, J.M.A. Armstrong High, Bernice MacNaughton High, Miramichi Valley High, Tantramar High, Aux-Quatre-Vents, Bathurst High, Petitcodiac High, Mgr.-Marcel-François-Richard, Louis-Mailloux, North & South Esk High, Moncton Christian Academy et Louis-J.-Robichaud seront représentées. Info: Carol Lepage au 544-6798.

Championnats régionaux de cross-country du Sud-Ouest de l’ASINB à Hampton – Distances: 4km (junior), 6km (senior). Départ: 12h00 (filles junior), 12h35 (garçons junior), 13h05 (filles senior), 13h35 (garçons senior) à l’école Hampton High. Les écoles Sussex High, Kennebecasis Valley High, St. Malachy’s High, Oromocto High, Sir James Dunn Academy, Saint John High, Harbour View High, Grand Manan Community, Fredericton High, École Sainte-Anne, Hartland Community, Rothesay Netherwood, Hampton High, Leo Hayes High, Fundy High, Tobique Valley High, Woodstock High, Fredericton Christian Academy, Nackawic High, St. Stephen High et Canterbury High seront représentées. Info: Bill MacMackin au 647-4931.

Classique de cross-country de l’Université de Moncton – Distances: 6km (femmes), 8km (hommes). Départ: 12h (femmes), 12h45 (hommes). Les athlètes de l’Université de Moncton, de UNB et d St. Thomas seront présents, de même que Jérémie Pellerin, entre autres. Info: 855-5003.

Championnats provinciaux jeunesse de cross-country de l’Université de Moncton – Distances: 500m (enfants 5 ans et moins), 800m (6-7 ans), 1km (8-9 ans), 1,5km (10-11 ans), 2km (12-13 ans). Départ: 14h00 (5 ans et moins), 14h10 (6-7 ans), 14h20 (8-9 ans), 14h35 (10-11 ans), 14h50 (12-13 ans). Info: 855-5003.

Dimanche 14 octobre

Course de sentier de Mactaquac – Distance: 20km, 10km. Départ: 8h15 au Beaver Pond situé dans le Parc provincial de Mactaquac. Info: Jos Eljkelestam au 897-0051.

Course de cross-country de Miramichi – Distance: 5km. Départ: 9h au club de ski de fond de Miramichi. L’épreuve fait partie de la série Jeunesse. Info: Brian Richard au 622-7280 ou au 626-2195.

15e Marathon de l’Île-du-Prince-Édouard (42,2km, 21,1km, 10km, 5km, course de relais par équipe et course pour enfants) à Charlottetown. (Colin McQuade au marathon, et Vincent Merriam au demi-marathon sont parmi les représentants du Nouveau-Brunswick).