Athlétisme: une année exceptionnelle pour les Néo-Brunswickois

Athlétisme Nouveau-Brunswick vient de connaître une année 2018 exceptionnelle et nos athlètes plus âgés ont beaucoup à y voir (voir tableau). C’est toutefois sans oublier que les jeunes Laura Dickinson et Erin Vringer ont démontré qu’il y aura assurément un après Geneviève Lalonde dans les épreuves de longue distance. Et à écouter le président Marc Lalonde les prochaines années s’annoncent captivantes à tous les niveaux.

Si de grands efforts sont actuellement mis en oeuvre dans l’organisation des IXes Jeux de la Francophonie qui auront lieu à Moncton et à Dieppe, en 2021, il va se brasser pas mal d’autres affaires d’ici là.

Ainsi, Athlétisme NB tente actuellement d’obtenir l’organisation d’un autre événement international pour juin 2020, toujours au stade de Moncton.

«Nous sommes en discussion pour le moment, affirme Marc Lalonde. Nous aimerions pouvoir faire une annonce d’ici ce printemps.»

Ce projet, ainsi que les Jeux de la Francophonie seront évidemment au centre des discussions de l’Assemblée générale annuelle de l’organisme, ce dimanche, au Days Inn d’Oromocto à compter de 10h.

Le directeur des compétitions sportives et des concours culturels des Jeux de la Francophonie, Jean-Luc Benoit, y fera d’ailleurs une présentation.

«En gros, je vais présenter de manière générale les Jeux de la Francophonie aux membres d’Athlétisme NB, indique Jean-Luc Benoit. Ils vont avoir droit à un bref aperçu du projet, particulièrement en ce qui concerne l’athlétisme. Athlétisme NB et Athlétisme Canada sont des partenaires importants dans l’organisation de cette compétition et nous voulons tout simplement les informer où nous en sommes rendus.»

Toujours au sujet des Jeux de la Francophonie, Marc Lalonde confie qu’Athlétisme NB a bien l’intention d’en tirer profit de plus d’une façon.

«Nous voulons que cet événement devienne un tremplin pour l’avenir de l’athlétisme dans la province. D’abord, c’est clair que ça va nous permettre d’améliorer nos installations et de faire l’acquisition de nouveaux équipements, particulièrement pour l’école Mathieu-Martin», révèle Marc Lalonde.

«Mais nous voulons aussi profiter des Jeux de 2021 pour tenter d’obtenir une aide financière afin de développer davantage d’entraîneurs et d’officiels. Là aussi, on espère être capable de faire une annonce sous peu», dit-il.

Par ailleurs, Marc Lalonde est d’avis que de plus en plus d’athlètes, d’entraîneurs et d’officiels, ainsi de meilleures installations sportives sont la recette pour développer davantage d’athlètes de niveau international.

Selon lui, si le Nouveau-Brunswick parvient à capitaliser sur son projet de développement à long terme, ce n’est pas seulement un ou deux athlètes que la province pourra fournir à l’équipe nationale en vue des Jeux olympiques et des Jeux paralympiques, mais bien le double. Et cela, aussi tôt que 2028.

Par exemple, la récente subvention de 60 000$ de la Fondation Bon départ de Canadian Tire pour le sport paralympique rapporte déjà des dividendes.

«Ça nous permet non seulement de mieux supporter nos athlètes, mais ça nous aide aussi dans l’achat d’équipement», souligne Marc Lalonde.

L’ouverture du Field House de Saint-Jean à l’automne 2019 est une autre excellente nouvelle pour l’avenir de l’athlétisme, estime Lalonde.

Ce complexe intérieur, dont le coût est estimé à plus de 15 millions $, permettra non seulement la présentation d’événements nationaux, mais aussi à plus long terme de compétitions internationales. L’athlétisme n’est pas le seul sport visé par le Field House, puisqu’on sera également en mesure de présenter d’autres disciplines telles que le soccer, le rugby, le frisbee ultime et la gymnastique, entre autres.

10 000 jeunes Néo-Brunswickois bougent

Saviez-vous que l’organisation des multiples compétitions d’Athlétisme Nouveau-Brunswick, incluant la série Cours, Saute, Lance et Roule, a permis à plus de 10 000 jeunes Néo-Brunswickois de bouger cet été?

Selon le président d’Athlétisme NB Marc Lalonde, ce sont là des chiffres qui se comparent aisément en terme participatif à une province largement plus peuplée comme la Colombie-Britannique.

«Pour une petite province comme la nôtre, c’est remarquable, souligne Lalonde. Ça démontre que nous faisons très bien les choses.»

«Tout cela nous permet de découvrir notre élite plus tôt et, du même coup, donne aussi l’occasion à nos jeunes de se découvrir plus tôt. Je peux te dire qu’il va y avoir un tsunami de bons jeunes athlètes qui s’en vient. Et ça va venir de partout dans la province», révèle-t-il.

Selon le président d’Athlétisme NB, il faudra toutefois aider les clubs dans ce nouveau défi qui cogne à leur porte.

«Les clubs vont avoir besoin d’aide c’est évident. Et nous n’oublions pas que les clubs sont composés de volontaires. À court et à moyen terme, nous devrons développer davantage d’entraîneurs et d’officiels et nous espérons que les retombées des Jeux de la Francophonie vont nous permettre d’aller de l’avant», confie Marc Lalonde.

Athlétisme NB compte aussi développer un partenariat encore plus solide avec la Société des Jeux de l’Acadie. Des discussions sont d’ailleurs déjà amorcées.

«La finale d’athlétisme des Jeux de l’Acadie est déjà un beau tremplin pour les jeunes athlètes. Ce que nous aimerions faire dans l’avenir, c’est de profiter de chaque finale dans la province pour aller aider cette région à développer notre sport. Après tout, pourquoi ne pas continuer à se servir des installations après la finale? Nous ne visons pas nécessairement à créer un nouveau club dans cette localité, mais au moins de la convaincre de poursuivre l’organisation de compétitions. Quand bien même qu’elles seraient régionales. L’important, c’est que les jeunes puissent continuer à y faire du sport. C’est arrivé trop souvent dans le passé que de belles installations toutes neuves sont ensuite tombées en désuétude après le passage des Jeux de l’Acadie», mentionne Marc Lalonde.

Records canadiens établis nos athlètes en 2018

Patty Blanchard, 60-64 ans

800m extérieur 2m39s97c 29 juillet Charlottetown, Î.-P.-É.

800m extérieur 2m36s51c 5 août Surrey, C.-B.

1500m intérieur 5m26s66c 3 février Oromocto, N.-B.

1500m extérieur 5m24s77c 7 juillet Moncton, N.-B.

1500m extérieur 5m18s59c 4 août Surrey, C.-B.

Mile sur route 5m44s 19 août 19 août Miramichi, N.-B.

3000m extérieur 11m37s78c 8 juillet Moncton, N.-B.

5000m extérieur 20m29s07c 12 septembre Malaga, Espagne

15km sur route 1h05m17s 24 février Tampa, Floride

Robert Jackson, 60-64 ans

5000m intérieur 18m06s42c 3 février Oromocto, N.-B.

Raymond Caissie, 70-74 ans

Mile sur route 5m54s 12 août Miramichi, N.-B.

Mile sur route 5m48s 19 août Miramichi, N.-B.