Tout un début en Coupe du monde pour Courtney Sarault

À sa première participation en finale de la Coupe du monde, Courtney Sarault a grimpé sur la deuxième marche du podium lors de l’épreuve féminine du 1500 mètres, samedi, à la Coupe du monde de Calgary.

Âgée de 18 ans, Sarault, de Moncton, au Nouveau-Brunswick, a dominé la majeure partie de la course devant des patineuses expérimentées. Elle a toutefois été coiffée au fil d’arrivée par la Néerlandaise Suzanne Schulting.

Sarault et Schulting, championne olympique du 1000 mètres, ont parcouru les derniers mètres épaule à épaule jusqu’à la toute fin et après avoir consulté la reprise vidéo, les juges ont déterminé que Schulting avait franchi la ligne d’arrivée la première.

«J’étais à un centimètre de remporter la médaille d’or à ma première participation à la Coupe du monde. C’est vraiment très incroyable pour moi, a reconnu Sarault. J’étais intimidée par les autres filles. Je sais que ce sont des athlètes olympiques et tout ça, mais je me suis rappelée que je venais du Canada et que mon pays était fort, donc j’ai travaillé très dur pour me rendre ici et de me tailler une place au deuxième rang.»

Sarault affirme que sa détermination vient beaucoup de son père, Yves Sarault, qui a joué dans la Ligue nationale de hockey, à titre de joueur de soutien sur le quatrième trio. Il a disputé un total de 106 matchs dans la LNH, avec notamment Calgary, Montréal, Ottawa et Nashville.

«J’aurais aimé avoir été capable de pousser un peu plus à la fin. La course n’est pas terminée tant que tu n’as pas franchi la ligne d’arrivée. Mais c’est ma première Coupe du monde, alors je continue d’apprendre.»

La Russe Ekaterina Efremenkova s’est emparée du troisième rang.

La Coupe du monde de Calgary amorce non seulement la saison 2018-2019 de l’équipe nationale canadienne, mais aussi le prochain cycle olympique en vue des Jeux olympiques de Pékin, en 2022.

La jeune génération de patineurs sur courte piste a commencé à émerger aux Jeux d’hiver de 2018, à Pyeongchang, en Corée du Sud, où Samuel Girard, alors âgé de 21 ans, a raflé l’or et où Kim Boutin, âgée de 23 ans, a remporté une médaille d’argent et deux de bronze.

Cette tendance s’est poursuivie samedi avec Sarault et la Montréalaise Alyson Charles.

Charles, qui a soufflé ses 20 bougies mardi, a également mis la main sur la médaille de bronze à l’épreuve du 500 m, à sa première participation à une finale du circuit mondial.

Sarault, Charles et leurs coéquipières Claudia Gagnon, du Saguenay, et Camille de Serres-Rainville, de Montréal, se sont qualifiées pour la finale du relais féminin, qui aura lieu dimanche.