Antoine Morand et ses Mooseheads ne prennent pas le Titan à la légère

La dernière fois que les Mooseheads de Halifax se sont pointé le bout du nez au Centre régional K.-C.-Irving, il y a un peu plus de trois semaines, ils avaient mis la main sur les deux points en l’emportant 5 à 0. Cela dit, ça n’indique aucunement l’allure de cette rencontre nettement plus serrée que ne l’indique le pointage final.

Antoine Morand, le nouveau capitaine des Mooseheads (13-4-1, 27 pts), s’en souvient fort bien et il ne serait aucunement surpris de voir le jeune Titan (4-13-1, 9 pts) tenir encore une fois son bout «Nous devrons arriver prêts face au Titan, affirme Morand. C’est un club qui travaille fort et ils sont difficiles à jouer contre. Surtout que leur gardien (Mark Grametbauer) est capable de faire des miracles. Il sera important pour nous de mettre du trafic devant lui.»

Morand ajoute que ç’a été spécial de venir jouer à Bathurst dans un autre uniforme le 14 octobre et que ça va l’être tout autant mercredi soir.

«J’ai vécu tellement de beaux moments à Bathurst et c’est plaisant de voir les visages familiers dans l’aréna», confie le talentueux numéro 88, qui montre un dossier de sept buts et 13 passes pour 20 points en 16 rencontres.

Rappelons que les Orignaux ont eu un début de saison hors de l’ordinaire, alors qu’ils ont été forcés de disputer leurs 15 premiers duels sur la route en raison des rénovations qui ont été apportées au Scotiabank Centre. Des travaux qui avaient pour but d’améliorer les installations de l’aréna en vue de la Coupe Memorial, dont ils seront les hôtes en mai 2019.

Malgré tout, ils occupaient le sommet du classement général après cette séquence de 15 duels avec un dossier de 12 gains et trois revers, dont un en prolongation. Étrangement, les choses ont moins bien été une fois à la maison, comme en témoignent leur fiche d’une victoire et deux défaites, dont une en prolongation. Ils ont toutefois réussi à attirer 26 217 spectateurs pour ces trois rencontres. Malgré les petits pépins de ce premier séjour à domicile, Morand dit avoir compris bien des choses.

«Avec le Titan, je trouvais ça difficile de jouer à Halifax en raison de la foule et de l’ambiance. Aujourd’hui, d’avoir cette foule derrière moi me donne une dose d’énergie incroyable. Je comprends maintenant pourquoi les gars qui ont quitté cette organisation me disent toujours à quel point c’est grand de jouer pour cette équipe. Les partisans, l’organisation et la Ville sont tous hockey. Tout le monde s’intéresse aux Mooseheads à Halifax. Je suis vraiment choyé d’être ici», dit-il.

Privé de Chisholm pour l’année?

Par ailleurs, le Titan a appris une bien mauvaise nouvelle avec la blessure de leur meilleur pointeur Logan Chisholm. Ce dernier, qui a été blessé au haut du corps lors du dernier voyage, ratera au moins six semaines d’activités. En coulisses, on chuchote que sa saison est peut-être terminée. Si c’est le cas, ayoye.

«Ça regarde pour une blessure à long terme, s’est contenté de dire l’entraîneur Bryan Lizotte, visiblement déçu de cette catastrophe. Nous ne verrons probablement pas avant au moins le congé de Noël.»

Le défenseur Alexis Sansfaçon est lui aussi un cas douteux pour la rencontre de mercredi soir.

Si c’est le cas, un seul joueur sera en trop dans le camp du Titan et ce sera l’arrière Antoine Leblanc. Si Sansfaçon est en mesure de jouer, ce sera vraisemblablement Alec Rhéaume qui sera l’homme en trop.

«Avec la visite des Morand, (Samuel) Asselin et (Jordan) Maher, je m’attends à ce que mes vétérans n’aient pas besoin d’être motivés pour ce match. Notre week-end me permet de croire que nous allons disputer une bonne partie contre les Mooseheads. Il y a aussi nos gardiens qui font vraiment bien ça depuis quelques semaines», mentionne Lizotte.

Le vétéran Mark Grametbauer, auteur de 53 arrêts samedi dans une victoire de 3 à 2 contre les Screaming Eagles du Cap-Breton, sera envoyé dans la mêlée. Avec humour, il insiste pour dire qu’il ne sent absolument pas le caoutchouc.

«Pas encore, dit-il en riant. Pour nous, demain soir, le plus important est de suivre le plan de match et d’attendre nos chances. Ça ne nous donnera rien de forcer le gros jeu ou encore de tenter de trop en faire. Nous avons un travail à faire et il faut s’y concentrer et de garder confiance.»