Boxe: Dominic et Jani Babineau pour la première fois en 10 ans dans un même gala

Pour sa première carte de boxe depuis mai, le promoteur Ian MacKillop a décidé de se donner des airs de père Noël en réunissant Dominic Babineau et sa soeur Jani dans un même gala. C’est donc une belle réunion de famille qui attend les amateurs du Noble Art, le samedi 15 décembre, au club Lions de Moncton.

Pour le duo frère et soeur de Richibucto-Village, il s’agira d’une première soirée du genre depuis le 26 janvier 2008 à Windsor, en Ontario, où avaient été présentés les Championnats canadiens amateurs.

«Je suis tellement content de me retrouver de nouveau avec ma soeur sur une même carte de boxe. Ça va être une soirée spéciale», affirme Dominic (9-1-0, 7 K.O.).

«La dernière fois que c’est arrivé, c’était à Windsor et je me souviens que Jani avait gagné sa quatrième médaille d’or nationale. Moi j’étais plutôt sur un mauvais chemin et à l’époque je ne m’entraînais plus depuis un bout de temps. Je m’étais quand même présenté à Windsor, même si je n’avais aucune envie d’être là. C’est d’ailleurs là-bas que j’ai livré mon dernier combat amateur», raconte-t-il.

«Plus jeune, je détestais que nous soyons en action dans une même soirée de boxe. J’étais tellement nerveux pour elle. Mais cette fois-ci c’est différent. Je me sens comme si elle venait déjà de gagner la plus grosse bataille de sa vie et que rien de mauvais ne pouvait plus lui arriver. Jani a survécu à la dernière décennie et elle est maintenant là où nous l’attendions depuis longtemps. En fait, c’est un honneur de combattre à ses côtés et je serai derrière elle à 100%. Nous serons prêts pour livrer de bons combats», assure le pugiliste âgé de 27 ans, qui sera opposé au Mexicain Paul «Explosivo» Vazquez (10-6-0, 5 K.O.).

Le destin aura voulu que Dominic retrouve le droit chemin et que Jani s’en écarte à son tour. Mais dans son cas, la période trouble aura duré une pleine décennie.

Pendant cette vilaine sortie de route, elle livrera un seul combat professionnel, un fiasco de trois rondes en 2011 qui nous a montré une pâle copie de la grande athlète qu’elle était chez les amateurs.

Elle aura finalement sorti la tête de l’eau trouble en novembre 2017 après une cure de désintoxication réussie. Depuis plusieurs mois, elle est retournée dans le gymnase pour tenter de faire revivre sa carrière de boxeuse.

«Pour te dire la vérité, je suis pas mal nerveuse, avoue l’Acadienne âgée de 28 ans. En fait, je suis nerveuse parce que le gala va avoir lieu au même endroit où je me suis battu la dernière fois et que je m’étais fait fourrer une volée. En même temps, je crois que c’est bon que je sois nerveuse. Et puis, je sais que mon cardio va être à point le 15 décembre.»

«J’ai aussi très hâte parce que Dominic va être sur la même carte. Au début, j’avoue que j’aurais mieux aimé qu’il soit dans mon coin avec Phil (Baraly). Mais il sera plutôt dans le vestiaire avec moi et c’est correct. C’est important pour moi d’avoir le support de mon petit frère», ajoute Jani Babineau, qui ne connaît pas encore l’identité de son adversaire.

«Je ne sais pas ce que ça va donner comme combat, parce que ça fait quand même sept ans que Jani est inactive, révèle pour sa part le promoteur Ian MacKillop. C’est possible qu’elle soit un brin rouillée. Cela dit, les Babineau sont des vrais combattants. Et pour moi, c’était surtout fort intéressant de placer dans le même événement deux membres d’une famille provenant d’une petite communauté.»

Combats enlevants

La grande finale de la soirée de boxe du 15 décembre opposera le champion canadien des poids moyens de la CPBC Nathan Millier (12-2-2, 8 K.O.) au Mexicain Genaro «Tico» Ortíz (8-4-2, 4 K.O.).

Le boxeur d’Elsipogtog en sera à un premier combat depuis sa victoire par décision unanime devant Joaquin Murrieta, en mai, à Miramichi. Ortiz, lui, a subi la défaite face à Nicolás Masseroni, en septembre, quand il a préféré abandonner avant le début du 6e engagement.

Robbie Cameron (6-6-0, 5 K.O.), de Moncton, sera confronté pour sa part au Montréalais Kenny Chery (0-1-0). Cameron n’a pas combattu depuis son revers par T.K.O. contre Samuel Vasquez, il y a un an à Moncton, tandis que Chery tentera de remporter un premier duel chez les professionnels après une défaite par décision unanime devant Thad Ridsdill en septembre à Ottawa.

Dans ce qui pourrait bien être le match le plus enlevant de la soirée, le Néo-Écossais Shane Upshaw (2-2-4, 1 K.O.) en viendra aux prises avec l’Ontarien Frank «The Hammer» White (10-10-2, 5 K.O.).

Sans avoir de fiches extraordinaires, les deux hommes ont tout de même un vécu fort intéressant. Upshaw, pour un, peut se vanter d’avoir livré un verdict nul à Nathan Millier, il y a trois ans, à Halifax. Quant à White, qui n’a pas combattu depuis juin 2016, il a déjà livré plusieurs combats à Moncton dans le passé, doit un match contre Chris Norrad qui s’est soldé par une victoire sur décision partagée devant Chris Norrad.

Enfin, Alex Paul (1-0-0, 1 K.O.), de Fredericton, tentera de démontrer que sa victoire par knockout devant Stephen Clement, en septembre à Kedgwick, n’était pas un feu de paille. Il affrontera cette fois-ci le Néo-Écossais Aaron Crawley (3-2-0).

Notons par ailleurs que le promoteur Ian MacKillop présentera également une carte de boxe à Miramichi le 4 mai, avec en finale une première défense de titre pour Nathan Millier face à l’Albertine Anthony Lessard. Annie Mazerolle, Dominic Babineau et Chris Norrad sont également assurés de figurer sur la carte.