André-Oliva Roussel a retrouvé son flair offensif… grâce au CrossFit!

Dans la jeune vingtaine, André-Oliva Roussel était considéré comme l’un des meilleurs attaquants offensifs dans le hockey senior néo-brunswickois. Toutefois, pour de multiples raisons, il n’était plus que l’ombre de lui-même depuis 10 ans. En septembre dernier, le hockeyeur de Le Goulet a eu la drôle d’idée de se lancer dans le CrossFit. Une idée de génie semble-t-il puisque le voilà de retour parmi l’élite.

Incroyable mais vrai, le vétéran des Marchands de Shippagan (2-1-0, 4 pts) se retrouve en tête de la colonne des pointeurs du Circuit senior Acadie-Chaleur, à égalité avec le jeune Jean-Samuel Lagacé, des Acadiens de Caraquet. Ils ont tous les deux sept points.

Roussel, aujourd’hui âgé de 33 ans, est le premier à se dire étonné d’une telle production.

«J’avoue que je suis moi-même surpris. J’ai cependant la chance de jouer avec de bons joueurs comme Frédérick Jones et Charles Bergeron. Nous nous complétons à merveille.»

«Et puis, si mes vieilles jambes vont si bien, ç’a beaucoup à voir avec mon entraînement de CrossFit. Nous sommes une dizaine de gars dans l’équipe qui s’entraînent à Tracadie depuis un peu plus d’un mois. Je vois déjà une grande différence, surtout dans les jambes et au niveau de l’endurance», révèle Roussel, qui en est à sa 15e campagne dans le hockey senior.

«Je ne veux pas trop parler, mais je pense que nous allons être en très grande forme rendus à janvier et février. Moi je n’ai pas le choix si je veux continuer de suivre les jeunes», ajoute en riant Roussel.

Après une défaite de 5 à 2 lors du premier week-end de la saison, les Marchands ont rebondi avec des victoires de 8 à 1 (Néguac) et 7 à 2 (Baie-Sainte-Anne) en fin de semaine dernière. L’équipe aura cependant droit à un sérieux test, vendredi soir, avec la visite des Acadiens au Centre Rhéal-Cormier.

«Ça devrait donner un bon match. C’est évident que les Acadiens vont se présenter ici et qu’ils seront prêts. Ils ont deux très bons trios avec les Martinez, Lagacé, Thériault, Rail et compagnie. Nous allons devoir être très bons en défensive. En fait, il faudra bien jouer dans les trois zones. Ce n’est pas le genre d’équipe à qui tu peux te permettre de donner du mousse», image André-Olivier Roussel.

Invité à nous donner une première évaluation du travail de Samuel Paquet comme joueur-entraîneur, Roussel estime que son bon ami a passé très haut le test.

«Ça se passe super bien, mentionne-t-il. Samuel, c’est un leader naturel et il sait comment parler aux joueurs. La façon qu’il fonctionne est qu’il donne ses informations avant la rencontre et il devient un joueur aussitôt que la partie commence. Quand Samuel joue, c’est Michel Rail qui s’occupe de l’équipe. Mais il travaille selon les directives que Samuel a données avant la partie.»

Samuel Paquet a justement accepté de nous donner son avis sur le réveil de son vétéran.

«André-Oliva était prêt pour entamer la saison cette année. Et pour l’avoir vu cet été, je savais qu’il avait hâte que ça commence. Il a fait les sacrifices cette fois-ci. Auparavant, dans le cas d’André-Oliva, c’est comme si nous avions une arme chargée dont nous ne nous servions pas. Mais là, il est redevenu le joueur qu’il était», l’a encensé l’entraîneur des Marchands.

Au sujet du match de vendredi soir, Paquet croit lui aussi qu’on aura droit à un match palpitant.

«C’est vraiment un gros test pour nous. Les Acadiens, avec l’ajout de Martinez et Blanchard, deviennent un club encore plus dangereux qu’ils ne l’étaient. C’est notre première confrontation contre eux depuis les dernières séries et les deux équipes vont sûrement donner leur 100%. Je m’attends aussi à une bonne foule», indique Samuel Paquet.

Lagacé: tel père tel fils

Comme son entraîneur de père Claude dans ses belles années, Jean-Samuel Lagacé accumule les points à un rythme endiablé dans la Ligue de hockey senior Acadie-Chaleur. C’est encore plus vrai en ce début puisqu’il a profité du dernier week-end pour s’emparer de la tête des meilleurs pointeurs du circuit avec sept points (3-4) en seulement deux duels. Dans son cas, c’est d’autant plus impressionnant qu’à seulement 23 ans, on se dit que le meilleur est encore à venir.

Le numéro 21 des Acadiens de Caraquet (1-1-0, 2 pts) ne cache d’ailleurs pas qu’il se sent mieux que jamais dans le hockey pour adulte. Mais au-delà des points accumulés, il croit sincèrement aux chances de son équipe de réaliser de grandes choses en 2018-2019.

Ainsi, il est d’avis que les arrivées de Joey Martinez et Joël Blanchard apportent une nouvelle dynamique dans l’offensive de l’équipe.

«Nous étions déjà un club avec de la vitesse, mais Joey et Joël nous en apportent encore plus. Et même s’ils sont de jeunes joueurs, ils possèdent déjà tous les deux un beau vécu dans le hockey. Joey a joué avec le Dynamo de Kedgwick la saison dernière. Lui et moi jouons ensemble depuis que nous sommes petits. Nous avons une belle chimie entre nous deux», affirme Lagacé.

«Et Joël vient de compléter quatre saisons avec les Aigles Bleus de l’Université de Moncton. C’est évident qu’il va nous aider en sacrement. Il n’a pas joué en fin de semaine dernière, mais il devrait être là demain soir (vendredi)», mentionne-t-il.

Vendredi soir, les Acadiens iront rendre visite aux Marchands de Shippagan. Les partisans des deux équipes s’attendent à un face à face intense et Lagacé dit s’attendre aussi à ce genre de duel.

«Les Marchands sont le genre d’équipe qui aime intimider en donnant beaucoup de mises en échec. Ils aiment jouer dans la tête de leurs adversaires. C’est un club de tannants», indique Lagacé avec humour.

«Pour nous, ça va être important de jouer un gros match. C’est un gros test sur la route. Surtout que nous voulons démontrer que notre élimination contre eux dans les dernières séries éliminatoires était une erreur de parcours. Nous voulons leur passer un message», souligne Jean-Samuel Lagacé.