Phil Nazair de retour au sommet après une éclipse de trois ans

Limité à 20 matchs lors des trois dernières années, dont aucun la saison dernière, ils sont peu nombreux ceux et celles qui s’attendaient à voir Phil Nazair se retrouver dans la colonne des meilleurs pointeurs du Circuit régional de hockey.

À 34 ans, quand on laisse la poussière s’accumuler sur ses patins, ça veut dire que ce joueur est normalement sur la pente descendante. Pas lui comme en témoignent ses huit points (3-5) en seulement deux matchs avec le Dynamo de Kedgwick. Faut croire que l’ancienne vedette des Tigres de Campbellton a encore beaucoup de jus dans les jambes.

C’est avec humour que le hockeyeur d’Atholville a abordé la question quant à son absence prolongée de la surface glacée.

«Je me souviens de la première entrevue que je t’avais accordée quand j’ai terminé mon junior A à Campbellton. Je jouais alors pour les Rangers de Dalhousie. Tu m’avais demandé ce que ça me faisait de patiner derrière des vétérans dans la trentaine. Aujourd’hui, c’est moi le vieux qui se fait rattraper par les jeunes», raconte le sympathique attaquant qui, au fil des ans, a aussi porté les couleurs des Castors de Saint-Quentin, de l’Avalanche de Saint-Arthur, du Au P’tit Mousse de Lamèque et des Vikings du Restigouche-Nord.

Phil Nazair en 2015, alors qu’il s’alignait pour le Au P’tit Mousse de Lamèque. – Archives

Pour dire vrai, Nazair n’a pas vraiment été éloigné des arénas. Il a plutôt axé ses efforts sur son rôle d’entraîneur dans la Ligue bantam AAA du Nouveau-Brunswick. Il y a deux ans, il était derrière le banc de l’équipe bantam AAA mineur à Belledune. Puis, la saison dernière, il dirigeait l’équipe bantam AAA majeur à Bathurst. Comme son fils Daniel Khatib évolue désormais sous les ordres de Charles LeBlanc, avec le Moose du Nord dans la Ligue midget AAA, Nazair a décidé de prendre une pause pour revenir comme joueur.

Des débuts tonitruants qui font comprendre que la chimie qui lie Nazair à Mathieu Haché est toujours aussi bonne. Il faut dire que les deux vedettes du Dynamo (2-0-0, 4 pts) se connaissent depuis déjà très longtemps. Sur une patinoire, ils n’ont pas besoin d’un GPS pour se retrouver.

Ceux deux-là ont joué ensemble dans le junior A à Campbellton, mais également dans le senior avec les Castors, les Vikings et aussi le Dynamo, il y a deux ans.

«Nous nous connaissons tellement bien, confie Nazair au sujet de son cadet d’un an. Nous n’avons pas besoin de nous parler ni de nous regarder pour savoir où est l’autre sur la glace. Nous avons vraiment une belle chimie ensemble.»

Après une semaine d’activités dans le CRH, seulement trois clubs sont parvenus à savourer la victoire dans chacune de leurs deux rencontres. Il y a bien sûr le Dynamo, mais aussi les Panthères du Haut-Madawaska (2-0-0, 4 pts) et les Castors de Saint-Quentin (2-0-0, 4 pts), qui sont considérés avec raison comme étant les deux grandes puissances du circuit.

«Comme toutes les équipes, nous visons évidemment la coupe, indique Nazair. Nous croyons vraiment avoir le club pour rivaliser avec n’importe qui. Nous avons vraiment un bon groupe de gars. Quand tu as un gardien comme Adrien Lemay, qui te donne chaque soir une chance de gagner, ça te permet de croire. Ces temps-ci, tous les gars ont un gros sourire dans la face.»

«Je sais bien que les Panthères et les Castors sont les deux clubs à battre dans notre ligue. Tu n’as qu’à regarder ce qu’ils ont accompli dans les cinq dernières années. Mais une partie de hockey, ça se joue sur la glace», révèle Phil Nazair.

Ce week-end, le Dynamo tentera de conserver sa fiche intacte en accueillant d’abord les As de Saint-Basile (0-2-0, 0 pt), vendredi soir, au Palais des loisirs de Kedgwick. Puis, samedi, ils seront les visiteurs à l’aréna Jacques-Dubé de Notre-Dame-du-Lac pour y affronter les Prédateurs du Témiscouata (0-1-1, 1 pt).

Les Panthères dominent

Les Panthères du Haut-Madawaska ont perdu de très gros morceaux pendant la saison morte en Maxime St-Cyr, Michael Ward et Chad Lacasse, sans oublier les Ricky Lagacé, Joey Landry, André Michaud et Alain Michaud qui ne sont également plus dans le portrait.

Avec le tiers de l’équipe en moins, les champions en titre du Circuit régional de hockey ont dû se montrer actifs dans les derniers mois pour colmater les brèches. Et d’après ce que nous avons pu voir pendant le premier week-end du calendrier régulier, on peut dire que le travail a été bien fait.

Les Panthères ont inscrit pas moins de 29 buts lors de leurs deux premiers duels, tout en ne permettant que cinq petits filets à l’adversaire. C’est plutôt épeurant comme domination.

«Comme nous n’avions pas eu de camp d’entraînement, nous voulions commencer avec force», affirme le vétéran Dean Ouellet, qui partage la tête des pointeurs du circuit à égalité avec son coéquipier Danny Chiasson.

Ils ont tous deux réussi quatre buts et huit passes dans leurs deux premières rencontres. Ouellet et Chiasson ont d’ailleurs été choisis les premières étoiles de la première semaine d’activités dans le CRH. Leurs coéquipiers Adam Laite et Alexandre Soucy ont pour leur part été sélectionnés les deuxième et troisième étoiles de la semaine. Pierre-Luc Thériault, des Castors de Saint-Quentin, a été choisi le gardien de la semaine.

En commençant avec force, les Panthères ont ainsi eu la confirmation qu’ils avaient encore beaucoup de puissance.

«Nous sommes une équipe différente, confie Ouellet. La saison dernière, nous avions un club axé surtout sur l’offensive. Cette année, je dirais que nous avons plus de profondeur, particulièrement en défensive avec l’ajout des frères (Billy et Tommy) Bezeau. Et l’arrivée de gars comme Jacques Cormier et Adam Laite va aussi aider. Nous avons donc un groupe différent, mais notre but est toujours de gagner le championnat.»

Cela dit, Dean Ouellet s’attend à plus de parité cette saison dans le CRH. L’ajout d’un joueur importé dans chaque équipe et la permission accordée aux quatre moins bonnes équipes au classement de la dernière campagne d’ajouter un joueur spécial supplémentaire faire en sorte qu’on devrait voir du hockey plus serré en 2018-2019.

«Il ne faut pas se fier au premier week-end de la saison, dit-il. Plusieurs équipes n’ont pas eu de camp d’entraînement et ça donne du jeu décousu. Ça devrait déjà être mieux en fin de semaine. Les deux clubs du Restigouche (Saint-Quentin et Kedgwick) sont dangereux. Et c’est la même chose pour Saint-Jacques et Perth-Andover. Le Thunder, entre autres, a peut-être perdu Laite qui joue maintenant avec nous, mais il a ajouté des gars comme Peter Trainor et Mike Thomas qui sont de très bons joueurs de hockey.»

C’est justement le Thunder (1-1-0, 2 pts) que les Panthères affronteront, samedi soir, au River Valley Civic Centre. Dimanche, les Panthères accueilleront les Draveurs du Bas-Madawaska (0-2-0).

«Le Thunder va être dur à battre sur sa patinoire olympique cette saison et les Draveurs sont à mon avis un club sous-estimé. Il y a beaucoup de talent dans cette équipe», estime Dean Ouellet.

Autres rencontres au programmeVendredi: Témiscouata vs Saint-Jacques (1-1-0, 2 pts); Saint-Quentin (2-0-0, 4 pts) vs Bas-Madawaska… Samedi: Kedgwick vs Témiscouata… Dimanche: Perth-Andover vs Saint-Quentin…