Kedgwick-Saint-Quentin: des matchs toujours spéciaux

Des trois matchs au programme, vendredi soir, dans le Circuit régional de hockey, c’est celui qui opposera les voisins du Restigouche-Ouest qui retient l’attention et il n’y a rien de plus normal.

Bien qu’elle ne soit plus aussi excessive qu’elle ne l’a déjà été, la rivalité entre les Castors de Saint-Quentin et le Dynamo de Kedgwick demeure encore aujourd’hui l’une des plus intenses du hockey senior néo-brunswickois. Et en regardant le classement, où les deux formations figurent dans le haut du tableau, on se dit que tout est en place pour écrire un nouveau chapitre.

Juste pour vous donner une petite idée à quel point ce «conflit» sportif est toujours d’actualité, les deux équipes ont remporté chacune cinq matchs lors de leurs 10 dernières confrontations en saison régulière depuis décembre 2014. Et lors de ces 10 duels, les Castors ont marqué 41 buts contre 40 pour le Dynamo. Plus serré que ça, il faut voir.

Pour un, le vétéran des Castors Mathieu Labrie est d’avis que chaque face-à-face contre la municipalité voisine est un moment fort pendant la saison. Un moment qui va bien au-delà des points au classement.

Mathieu Labrie, Castors de Saint-Quentin – Archives
Roby Martel, du Dynamo de Kedgwick. – Archives

«La rivalité est restée avec les années et l’équipe locale veut chaque fois gagner à tout prix, affirme l’ancien arrière étoile du Titan d’Acadie-Bathurst. Et ce qui rend ces matchs encore plus excitants c’est que l’ambiance est à tout coup meilleure parce que les arénas sont pleins.»

Lorsque mis au courant du fait que les deux équipes se sont échangés cinq parties lors des 10 derniers rendez-vous, Labrie s’est exclamé en riant: «Les chiffres ne mentent pas!»

La partie de vendredi soir est d’autant plus importante que le Dynamo (4-2-0, 8 pts) rejoindrait les Castors (5-1-0, 10 pts) au deuxième rang du classement en cas de victoire.

«C’est évidemment un gros match pour le classement qui est très serré, confie Labrie. Et le fait que ce soit contre nos rivaux rend cette partie encore plus importante parce que nous voulons rester au sommet. Mais pour les vaincre, nous devrons jouer notre meilleur hockey. Nous savons quoi faire pour y parvenir. Nous nous devons de profiter de notre profondeur et la discipline sera la clé.»

Les joueurs du Dynamo attendent eux aussi le match avec impatience.

«À cause de leur rivalité, ce sont toujours des matchs spéciaux contre Saint-Quentin, révèle Mathieu Haché. Chaque équipe donne tout ce qu’elle a pour gagner. Cela dit, à la fin de la journée, ça n’en reste pas moins seulement une partie de hockey avec deux équipes qui veulent avoir les deux points au classement.»

«Il y a une belle parité cette saison dans la ligue et chaque rencontre est importante pour les équipes qui veulent terminer dans le haut du classement. Pour battre les Castors, vendredi soir, il nous faudra jouer avec discipline et être solide dans notre zone parce qu’ils ont une très bonne offensive et d’excellents défenseurs offensifs. C’est évident qu’il va falloir travailler sans arrêt pendant 60 minutes», confie Haché.

Le gardien Adrien Lemay en est un autre qui apprécie ces confrontations contre les Castors.

«C’est une rivalité qui peut se comparer à celle entre Montréal et Boston. Comme il n’y a que 15 minutes de route qui séparent les deux municipalités, tout le monde se connaît. Ça fait en sorte de créer une belle rivalité autant pour la ligue que pour les spectateurs», souligne l’ex-portier des Aigles Bleus de l’Université de Moncton.

«Si les joueurs locaux des deux équipes en donnent plus que d’habitude lors de ces parties, je peux te dire que c’est aussi le cas des joueurs importés. Nous voyons bien combien importants sont ces matchs aux yeux de nos coéquipiers, alors ça devient aussi des parties importantes pour nous.»

«Quand je suis arrivé à Kedgwick, la rivalité contre Saint-Quentin et l’ambiance lors de ces matchs sont les premières choses dont on m’a parlé. Vendredi, nous voulons non seulement offrir une bonne performance pour nos partisans de Kedgwick, mais aussi pour notre entraîneur Yvan Caouette qui est originaire de Saint-Quentin», dit-il.

«C’est ni plus ni moins qu’une partie de quatre points. On ne se cachera pas que les Castors ont une des meilleures équipes de la ligue et partent avec une longueur d’avance. Ils ont une excellente offensive avec des attaquants rapides qui savent comment marquer des buts. Et puis, ils ont selon moi la meilleure défensive de la ligue avec (Keith) Sexton, (David) Crossman et Labrie. Et c’est sans oublier que leur gardien Pierre-Luc Thériault peut voler des matchs à lui seul. Nous devrons donc être patients et profiter de nos chances quand elles se présenteront. J’ai confiance que les gars seront motivés pour offrir un bon spectacle», ajoute Adrien Lemay.

Les Castors termineront leur fin de semaine en rendant visite aux Prédateurs du Témiscouata, dimanche après-midi. De leur côté, le Dynamo accueillera le Draveur du Bas-Madawaska, samedi, au Palais des loisirs.

Même sans les Bezeau, les Panthères gagnent!

Seule équipe invaincue en temps réglementaire du Circuit régional de hockey, les Panthères du Haut-Madawaska ont démontré le week-end dernier que leur profondeur n’était pas une simple histoire de dépanneur.

Alors qu’ils venaient d’apprendre que les frères Billy et Tommy Bezeau avaient demandé et obtenu leur libération pour se joindre aux Marchands de Shippagan, dans le circuit rival Acadie-Chaleur, les Félins ont répondu en battant coup sur coup leurs deux plus proches poursuivants au classement, les Castors de Saint-Quentin et le Dynamo de Kedgwick.

L’exploit est quand même de taille quand on sait que les frères Bezeau faisaient partie du Big Three défensif des Panthères (5-0-1, 11 pts).

L’attaquant Alex Émond, qui totalise déjà sept buts et cinq passes pour 12 points en seulement six rencontres, ne croit pas qu’il faut en faire tout un plat du départ des Bezeau.

«Bien sûr que ce sont de bons joueurs, mais ils ne sont pas irremplaçables, affirme Émond. Et puis honnêtement, je ne suis pas surpris de notre dernier week-end. Nous avons de la profondeur au sein de notre équipe et c’est ce qui nous a permis de bien performer malgré le départ hâtif des Bezeau.»

Émond croit tellement à la force de son équipe qu’il ne voit pas pourquoi les Panthères devraient changer quoi que ce soit dans sa façon de jouer malgré l’absence des deux frères.

«Nous ne changerons rien, dit-il. Nous sommes une équipe qui travaille fort et tout ce travail jumelé à notre talent fait de nous un club très difficile à battre. Nous avons entièrement confiance aux joueurs qui se trouvent dans le vestiaire. Et c’est notre profondeur qui fait en sorte que nous sommes en mesure de remplacer les deux frères.»

Les Panthères tenteront de conserver le premier rang en fin de semaine en livrant d’abord un duel contre les Ambassadeurs de Saint-Jacques au Centre sportif J. Docithe Nadeau de Saint-François, vendredi soir. Dimanche, ils seront les visiteurs à l’aréna de Saint-Basile pour se mesurer aux jeunes As de Saint-Basile.

Trois autres rencontres sont à l’affiche ce week-end dans le CRH. Vendredi, les Draveurs du Bas-Madawaska accueilleront les As, alors que le Thunder de Perth-Andover recevra les Prédateurs du Témiscouata, samedi. Enfin, dimanche, le Thunder sera à Saint-Jacques pour se mesurer aux Ambassadeurs.