John Nadeau: plus d’un quart de siècle dans le Circuit régional de hockey

À l’automne de 1992, lorsque John Nadeau a amorcé sa longue aventure avec les Panthères du Haut-Madawaska dans le Circuit Roger-Lizotte, devenu depuis le Circuit régional de hockey, Mario Lemieux était au fait de sa gloire dans la LNH, Alexandre Daigle et Martin Lapointe se voulaient les principales vedettes de la LHJMQ, Sean Couturier s’apprêtait à voir le jour à Phoenix, où son père Sylvain évoluait avec une équipe appelée les Roadrunners dans la Ligue internationale, et personne n’était prêt à parier sur les chances du Canadien de Montréal de remporter sa 24e et dernière Coupe Stanley le printemps suivant.

Vingt-six saisons, trois championnats des pointeurs et deux Coupes du Président plus tard, John Nadeau est toujours là. Fidèle au poste. Certes, il n’est plus que l’ombre du joueur qu’il a déjà été, mais l’amour du jeu est toujours intact.

C’est d’ailleurs pourquoi il ne voit aucune raison d’arrêter. Du moins, tant et aussi longtemps que l’organisation voudra de lui. Le hockeyeur de 45 ans est d’autant plus motivé qu’il n’aurait rien contre l’idée de disputer au moins un match dans une quatrième décennie à compter de janvier 2020.

À ce sujet, juste pour vous donner une petite idée de sa longévité, près de 60% des joueurs qui évoluent cette saison dans le CRH n’étaient même pas nés lorsque Nadeau y a donné ses premiers coups de patin à 19 ans. Dans la LNH, seuls Gordie Howe, Mark Messier, Chris Chelios, Mark Recchi et Raymond Bourque ont joué dans quatre décennies. En fait, Howe a joué dans cinq décennies, mais vous comprenez le concept.

Nadeau est aussi le seul joueur dans l’histoire du CRH à avoir atteint le plateau des 900 points (360 buts, 547 passes, 907 points) et il s’apprête à disputer sa 550e rencontre en carrière, ce qui se veut un autre sommet. Avec une telle feuille de route, la logique voudrait que la ligue nomme un trophée à son nom une fois qu’il aura accroché ses patins.

Pourtant, si vous lui posez la question, le vétéran vous répondra qu’il est le premier surpris d’avoir tenu le coup aussi longtemps.

«Quand j’ai commencé, je pensais jouer deux ou trois saisons. Jamais je ne me serais douté que je rendrais à 26 saisons. Et encore j’en ai raté une (1995-1996) parce que l’équipe avait demandé une sabbatique. Cet hiver-là, j’ai été jouer quelques parties à Dégelis dans une ligue senior du Québec. Aujourd’hui, les gars me taquinent en raison de mon âge. Dans le vestiaire, il y en a même qui m’appellent ’Pa. Ils me voient un peu comme leur père. Et sur la glace, quand ça brasse, je me fait parfois dire par un adversaire ‘‘Quand est-ce que tu vas arrêter de jouer mon vieux chr…’’», lance-t-il en riant.

John Nadeau a remporté deux Coupes du Président avec les Panthères de Haut-Madawaska – Gracieuseté: Digiphoto

Depuis quelques saisons, John Nadeau s’impose un calendrier plus allégé afin de suivre le développement de ses deux fils, Joshua et Bradley.

«Je vais donner un coup de main aux Panthères quand ça adonne. Je suis présentement entraîneur adjoint avec les Bulls du Nord-Ouest dans le bantam AAA majeur, où évolue mon plus jeune (Bradly). Et je tente d’aller voir le plus de matchs possible de mon plus vieux (Joshua) qui joue dans le midget AAA avec les Caps de Fredericton», raconte-t-il.

«C’est sûr qu’à mon âge, mon rôle a changé dans l’équipe. Désormais, je suis davantage un attaquant défensif qu’un joueur offensif. Disons que je suis maintenant plus là pour conseiller les jeunes. De temps en temps, je leur dis que je vais bientôt prendre ma retraite et ils me disent toujours ‘‘Non, non, non’’. Mais je sais qu’un jour, c’est clair que ça va arriver. Je ne me rendrai pas jusqu’à 50 ans c’est garanti. Je ne voudrais surtout pas voler la place à un jeune. Mais pour l’instant, je pourrais jouer chaque soir si je le voulais parce qu’ils n’ont jamais un alignement complet», mentionne-t-il.

Triomphes et persévérance

Au-delà de ses nombreux buts et passes, deux événements arrivent en tête de liste parmi les moments que John Nadeau chérira encore longtemps une fois sa carrière de joueur terminée.

«Il y a bien sûr ma première Coupe du Président en 2013-2014. Quand ça fait une vingtaine de saisons que tu passes proche, c’est quelque chose de finalement gagner le championnat. Ç’a été un grand moment», affirme Nadeau, qui a eu l’occasion d’en soulever une deuxième le printemps dernier.

«Et un autre moment que je vais toujours garder en mémoire c’est la persévérance que tous les gars ont démontrée après avoir perdu les 30 matchs de saison régulière et toutes les parties éliminatoires en 2008-2009. Une année complète sans gagner une seule rencontre, ça prend une grande persévérance pour continuer. Pourtant, tout le monde était à son poste la saison suivante», indique-t-il.

Questionné à savoir ce qui avait le plus changé dans le CRH depuis ses débuts en 1992, Nadeau s’est esclaffé de rire avant de répondre, au bout de quelques secondes, que c’est le calibre de jeu.

«Écoute, les deux époques ne se comparent même pas. C’est le jour et la nuit. Il y a deux ans, ils ont montré une vidéo dans laquelle on voyait des séquences des débuts de la ligue et c’était incroyable de voir ça. C’est là que j’ai vraiment réalisé à quel point le niveau de jeu avait augmenté. Dans les premières années, tous les gars qui sortaient de la polyvalente se sont intégrés à la ligue. Ce n’est plus du tout comme ça. Aujourd’hui, il n’y a pratiquement plus de place pour les jeunes qui sortent du hockey scolaire», révèle-t-il.

«C’est quand même dommage que ce soit plus difficile pour les jeunes parce que la ligue va finir par se retrouver avec un manque de relève, poursuit-il sur un ton plus sérieux. La plupart qui réussissent à percer l’alignement d’une équipe se retrouve dans un quatrième trio et finissent par se décourager et s’en aller. Le calibre du CRH est rendu élevé. Tu as aussi bien dire de quatre à cinq gars par équipe qui ont joué universitaire, quand ce n’est pas chez les professionnels.»

«Au fil des ans, certains clubs ont fait l’erreur de regarder davantage pour le championnat sans tenir compte de sa relève. Les Cataractes de Grand-Sault sont un bel exemple. Ils ont voulu gagner à tout prix sans préparer sa relève et ils n’ont plus d’équipe aujourd’hui. Les As de Saint-Basile ont eux aussi remporté plusieurs championnats, mais ils en ont arraché après que les vétérans sont partis. Heureusement pour eux, ça va mieux cette saison. Ils ont su aller chercher de bons joueurs importés et ils ont fait confiance aux jeunes. Ils ont compris que pour développer des jeunes, il faut que tu leur donnes une véritable chance», explique John Nadeau.

– En passant John, est-ce qu’il te reste encore un but dans le corps?, que lui demande l’auteur de ces lignes.

«Oh sûrement», rétorque-t-il en riant.

Plusieurs parties à l’horaire

Les huit formations du Circuit régional de hockey seront à l’oeuvre, vendredi soir. Le duel le plus alléchant opposera toutefois le Thunder Perth-Andover (4-3-0, 8 pts) qui rendra visite aux Panthères du Haut-Madawaska (6-1-1, 13 pts).

Pour leur part, les Castors de Saint-Quentin (6-2-0, 12 pts) accueilleront les Draveurs du Bas-Madawaska (1-5-2, 4 pts). De leur côté, les Ambassadeurs de Saint-Jacques (5-3-0, 10 pts) seront les visiteurs pour se mesurer aux Prédateurs du Témiscouata. Enfin, les As de Saint-Basile (2-5-0, 4 pts) tenteront de causer la surprise devant le Dynamo de Kedgwick (5-3-0, 10 pts) qui sera le club visiteur.

Trois autres matchs sont au programme samedi: Saint-Basile vs Saint-Jacques; Saint-Quentin vs Perth-Andover; Témiscouata vs Kedgwick.

Enfin, dimanche, les deux parties opposeront dans un premier temps le Haut-Madawaska et le Bas-Madawaska et dans un deuxième temps Perth-Andover et Saint-Basile.

Saison      Équipe B A Pts
1992-1993 Panthères du Haut-Madawaska 12 11 23
1993-1994 Panthères du Haut-Madawaska 16 13 29
1994-1995 Panthères du Haut-Madawaska 18 13 31
1996-1997 Panthères du Haut-Madawaska 23 18 41
1997-1998 Panthères du Haut-Madawaska 11 22 33
1998-1999 Panthères du Haut-Madawaska 29 47 76
1999-2000 Panthères du Haut-Madawaska 42 46 88
2000-2001 Panthères du Haut-Madawaska 36 34 70
2001-2002 Panthères du Haut-Madawaska 25 59 84
2002-2003 Panthères du Haut-Madawaska 24 34 58
2003-2004 Panthères du Haut-Madawaska 13 10 23
2004-2005 Panthères du Haut-Madawaska 12 23 35
2005-2006 Eskimos d’Edmundston 9 15 24
2006-2007 Panthères du Haut-Madawaska 10 31 41
2007-2008 Panthères du Haut-Madawaska 8 21 29
2008-2009 Panthères du Haut-Madawaska 16 22 38
2009-2010 Panthères du Haut-Madawaska 14 21 35
2010-2011 Panthères du Haut-Madawaska 12 17 29
2011-2012 Panthères du Haut-Madawaska 9 34 43
2012-2013 Panthères du Haut-Madawaska 5 20 25
2013-2014 Panthères du Haut-Madawaska 7 11 18
2014-2015 Panthères du Haut-Madawaska 5 16 21
2015-2016 Panthères du Haut-Madawaska 1 1 2
2016-2017 Panthères du Haut-Madawaska 2 2 4
2017-2018 Panthères du Haut-Madawaska 1 5 6
2018-2019 Panthères du Haut-Madawaska 0 1 1
Totaux en carrière 360 547 907