Hockey: tout un changement de cap pour les Aigles Bleus

L’équipe de hockey masculine des Aigles Bleus de l’Université de Moncton n’a encore rien gagné. Mais avec une fiche gagnante à la pause des Fêtes, la troupe de Judes Vallée peut dire mission accomplie pour cette première moitié de saison 2018-2019.

À pareille date l’an passé, le Bleu et Or présentait un dossier inquiétant de 3-13-2.

Cette saison, les joueurs de l’U de M vont aller réveillonner fort d’un dossier plus que respectable de 8-7-3.

Tout un changement de cap.

Sauf que Judes Vallée est loin d’être rassasié.

«Comme entraîneur et comme organisation, on en veut toujours plus», affirme-t-il.

«Mais si on considère où nous étions l’an passé, je pense que nous avons fait un pas en avant. Il reste des choses à changer par rapport à la culture, parce que ça ne se change pas dans une année, mais je dirais qu’en général, on avait lancé le message qu’on voulait compétitionner et c’est le cas présentement.»

Quelques grosses victoires ont contribué à changer l’air dans le vestiaire.

«C’est certain que le fait de battre des équipes comme (les Reds) UNB, (les Huskies) St. Mary’s et (les X-Men) St. Francis Xavier, c’est une grosse confiance qu’on a été chercher», mentionne l’entraîneur-chef.

«Mais il y a encore beaucoup de choses à travailler, dont la constance», s’empresse-t-il d’ajouter.

«On doit aussi faire mieux en zone défensive et améliorer nos unités spéciales. Mais dans l’ensemble, je suis content de la façon que les gars ont répondu. Dans les 18 parties, je considère qu’il y a seulement une partie où on n’était vraiment pas là (un revers de 5-1 contre les Axemen de l’Université Acadia). On a connu des bouts de parties difficiles, mais on se reprenait toujours.»

Le pilote de l’U de M a eu droit à plusieurs belles surprises depuis le début de la saison au plan individuel.

«Je ne peux passer à côté de gars comme Édouard Michaud, Olivier Desjardins, Vincent Lanoue et Marc-Anthony Therrien. On savait tous qu’Étienne Montpetit était un très bon gardien et il l’a bien montré.»

Reste maintenant à faire mieux au niveau des unités spéciales.

«C’est surtout une question de répétition et de confiance. Notre désavantage numérique va assez bien présentement. On roule autour de 80%. En avantage numérique, on est à peu près au milieu du peloton (à 15,2%). Il faudrait certainement être un peu meilleurs que ça.»

Avec une fiche gagnante à mi-parcours, devra-t-on réévaluer les objectifs de début de saison à la hausse?

«Dans le hockey universitaire, il y a une marche vers le haut qui se fait après les Fêtes. Ça va aller très vite avec seulement 12 parties. Il va falloir être prêt chaque soir. On ne peut pas se permettre de flâner», explique Judes Vallée.

«Il faut toujours croire qu’on peut causer des surprises quelque part. C’est notre but. On joue des bonnes parties à la maison (6v-3d) et les gars veulent gagner. Ils veulent aller le plus loin possible. Ça se sent.»

L’U de M disputera une rencontre préparatoire avant sa seconde moitié de saison le 30 décembre, alors qu’elle affrontera les Pronghorns de l’Université de Lethbridge, à Edmundston.

Les Aigles Bleus amorceront la dernière portion du calendrier régulier le samedi 5 janvier, en accueillant les Tigers de l’Université Dalhousie.